« En 1899, Jose­ph Conrad fai­sait paraî­tre son célè­bre roman Au cœur des ténè­bres, dans lequel il évo­quait une Afri­que dérou­tan­te, à pei­ne sor­tie du car­net de notes des pre­miers explo­ra­teurs ». Ain­si com­men­ce l’avant-propos de Ber­nard Nan­tet à son Au cœur de l’Afrique qui vient de sor­tir, un siè­cle et cinq ans plus tard. La dis­tan­ce ain­si poin­tée à l’évocation des deux titres illus­tre bien l’obscurantisme qui, aujourd’hui enco­re, enta­che la connais­san­ce de tout un conti­nent. C’est pour­quoi un tel livre demeu­re néces­sai­re à qui veut renon­cer aux cli­chés tou­jours coria­ces, jamais ou pres­que jamais, cor­ri­gés par l’ « actua­li­té média­ti­que », nour­ries pres­que exclu­si­ve­ment de guer­res, catas­tro­phes et pan­dé­mies.

Au départ conçu pour les jeu­nes lec­teurs, cet ouvra­ge inté­res­se­ra en fait tous les publics. Tant par son conte­nu, éma­nant d’un afri­ca­nis­te répu­té, que par sa for­me qui mul­ti­plie les entrées avec d’innombrables des­sins, car­tes, pho­tos et enca­drés, sans jamais tom­ber dans la vul­ga­ri­sa­tion sim­plis­te. (Edii­tons Milan, 256 p. 22,60 €).

Share Button