2venturi

A peine redes­cen­du des hau­teurs qua­si célestes du Mont Ven­tu­ri (pro­non­cer ven­tou­ri, mer­ci), à peine remis en marche les machines com­mu­ni­cantes qu’un « émile » (e-mail…) ami – en fait aus­si jaloux qu’absent – m’interpelle de la sorte :

« C’est exa­gé­ré d’aller gra­vir le 8 mai la “Sainte” Vic­toire. Il m’étonne un peu que vous, si ico­no­clastes, vous vous ral­liez à cet espèce de pèle­ri­nage ! Qu’on com­mé­more le 8 mai, soit ! J’en suis aus­si. Mais de là à pra­ti­quer l’amalgame... Est-ce cette atmo­sphère de culs-bénits de laquelle nous sor­tons (en sor­tons nous ?) qui vous aurait influen­cés ? J’avais pour­tant cru com­prendre que vous vous en défiiez ! »

Je vous passe les détails per­sos de la mis­sive qui se ter­mine cepen­dant ain­si : « Je vous accom­pagne de loin, et veille sur vous, oh! Péle­rins.... Jean K. »

Eh bien Cher Jean, et tous ces chers amis d’une aus­si mémo­rable jour­née, voi­ci la preuve pour l’un, le sou­ve­nir pour les pré­sents, l’image pieuse pour ceux qui en auraient besoin… Voi­ci donc com­ment la Lumière fut, en ce 8 mai 2005, au som­met du mont Ven­tu­ri, vul­gai­re­ment appe­lé Sainte Vic­toire (cli­quer sur la pho­to pour l’agrandir):

1venturi080505

Quel rap­port, dirons les puristes, avec l’objet de ce blog en prin­cipe voué aux dieux de l’information et à ses saints ? Aucun, enfin presqu’aucun, si ce n’est la pré­sence là de quelques jour­na­listes habi­tués aux cimes les plus éle­vées… Hmmm… → Récit com­plet.

Share Button