Mon­sieur S. a la migraine. C’est la meilleure. Et on s’en fou­trait trans­ver­sa­le­ment s’il se conten­tait de la trans­for­mer, sa migraine, en matière à diver­tis­se­ment média­tique. Mais c’est sur­tout qu’il com­mence sale­ment à nous la filer, la migraine ! Et à nous les gon­fler. Vous avez vu, cette his­toire de spams : des cen­taines de mil­liers de mes­sages envoyés au nom du pré­sident de l’UMP et à par­tir de la récu­pé­ra­tion de fichiers de la SNCF, via une boîte com­mer­ciale ! La Cnil, qui a été sai­sie, ne semble pas pres­sée de réagir. Le char­gé de pub de S. déclare que ça va conti­nuer. Solu­tion en atten­dant : comme avec les enve­loppes «T», ren­voyer tout avec ce qu’on a sur la patate.


1playmobilDeuxième sujet d’inquiétude concer­nant le même : la dis­tri­bu­tion aux enfants de France de 200.000 flics en Play­mo­bil – dont 19.000 en Seine-St-Denis (dans le «9-3», du côté de La Cour­neuve à kar­ché­ri­ser). Ici, je laisse la main à un pote qui a décou­vert ça dans le Pari­sien du jour, et que pour un peu ça le ferait déli­rer :

« Là, il se lance, sans migraine, dans l’éducation popu­laire. Dis­tri­bu­tion de flics Play­mo­bil pour tous. C’est vrai, faut qu’ils s’habituent les enfants. Il faut tou­jours bien connaître son envi­ron­ne­ment. Les flingues sur­tout (il parait que c’est l’industriel autri­chien Sig Sauer, four­nis­seur pro­chain de 30 000 pis­to­lets à nos hiron­delles qui aurait payé les jouets). Mais, Ach So !, la DGPN dément, donc il faut la croire.

« Je crois que dans les pro­chains jours on va avoir de drôles d’histoires avec ces petits bons­hommes sou­riant de tout leur plas­tique. Un serial killer pour­rait les lais­ser à côté de ses vic­times, on pour­rait voir des écra­se­ment de ces pou­pées comme les flics le font avec les Rolex de contre­fa­çon, ou dans les salles de classe, elles pour­raient, pen­dues au pla­fond déco­rer une ker­messe impro­vi­sée. De la Tous­saint par exemple. »

Share Button