Monsieur S. a la migraine. C’est la meilleure. Et on s’en foutrait transversalement s’il se contentait de la transformer, sa migraine, en matière à divertissement médiatique. Mais c’est surtout qu’il commence salement à nous la filer, la migraine ! Et à nous les gonfler. Vous avez vu, cette histoire de spams : des centaines de milliers de messages envoyés au nom du président de l’UMP et à partir de la récupération de fichiers de la SNCF, via une boîte commerciale ! La Cnil, qui a été saisie, ne semble pas pressée de réagir. Le chargé de pub de S. déclare que ça va continuer. Solution en attendant : comme avec les enveloppes «T», renvoyer tout avec ce qu’on a sur la patate.


1playmobilDeuxième sujet d’inquiétude concernant le même : la distribution aux enfants de France de 200.000 flics en Playmobil – dont 19.000 en Seine-St-Denis (dans le «9-3», du côté de La Courneuve à karchériser). Ici, je laisse la main à un pote qui a découvert ça dans le Parisien du jour, et que pour un peu ça le ferait délirer :

« Là, il se lance, sans migraine, dans l'éducation populaire. Distribution de flics Playmobil pour tous. C'est vrai, faut qu'ils s'habituent les enfants. Il faut toujours bien connaître son environnement. Les flingues surtout (il parait que c'est l'industriel autrichien Sig Sauer, fournisseur prochain de 30 000 pistolets à nos hirondelles qui aurait payé les jouets). Mais, Ach So !, la DGPN dément, donc il faut la croire.

« Je crois que dans les prochains jours on va avoir de drôles d'histoires avec ces petits bonshommes souriant de tout leur plastique. Un serial killer pourrait les laisser à côté de ses victimes, on pourrait voir des écrasement de ces poupées comme les flics le font avec les Rolex de contrefaçon, ou dans les salles de classe, elles pourraient, pendues au plafond décorer une kermesse improvisée. De la Toussaint par exemple. »

Share Button