mon­JOUR­NAL depuis le « Debus­sy » (17/11/05, sep­tième jour à bord)

Recon­naître sa défaite est gage des pro­chaines vic­toires… Le « Debus­sy » n’aura donc pas niqué le « Nyk Cano­pus ».

Le bos­co Mar­cotte se jetait son pas­tis au bar des mate­lots quand le com­man­dant a annon­cé la nou­velle : « Il a six heures d’avance, on vient de le poin­ter au cap Finis­terre [Espagne], on ne l’aura pas… On passe en mode éco­no­mique…» Joël, l’électricien au regard de jade, ne retrou­ve­ra pas sa ché­rie avant same­di soir ; il a la parade : « Boh, c’était à pré­voir… » La voix de bour­don du car­go a bais­sé d’un ton. Le cœur est tom­bé à 85. Ça va souf­fler un peu en bas, où il fera un chouïa moins chaud. En haut aus­si, jusque dans l’atmosphère qui s’allègera ain­si de quelques tonnes de CO et autres salo­pe­ries. Éco­no­mique le car­go, soit. Éco­lo, euh…

Pénards, on file ain­si nos 23 nœuds rési­gnés. La brise est sou­te­nue, quelques creux sym­pas dans les­quels le « Debus­sy » s’enfonce comme dans un édre­don. Le golfe de Gas­cogne défile en dou­ceur dans le soir tom­bant ; la dépres­sion annon­cée a capi­tu­lé. Au dîner, à la table des offi­ciers, ça spé­cule encore sur le quai de débar­que­ment au Havre. Il y aurait bien le quai de l’Europe… Il fau­drait fran­chir une écluse à passe étroite, moins de dix mètres de chaque côté, avec d’éventuelles rafales à redou­ter. Le com­man­dant n’aura fina­le­ment pas à tran­cher, le quai de l’Europe étant aus­si occu­pé. On ira donc au mouillage. Et, se tour­nant vers moi : « Ça sera bien pour vous, vous irez à la manœuvre avant avec le bos­co, c’est sym­pa ! ». 

Dou­ce­ment ber­cé dans mon lit bateau, je dors tout mon soûl, comme soli­daire avec la baisse de régime décré­tée. Pre­mier café sur la pas­se­relle. Rail d’Ouessant. Une pen­sée pour mes amis bre­tons, les fameux remor­queurs Abeille, ces saint-ber­nard de la mer. Le cou­rant nous pousse : un nœud de mieux. San­dei, l’officier de quart a ouvert le fas­ci­cule  « Cou­rants de marées », n°561, baie de Seine.  Mr John Sin­ger, jubile, il hume le Royaume, se met au garde-à-vous – pour rigo­ler, mais tout de même… 

Voi­ci Guer­ne­sey, ô Vic­tor H., puis  en cha­pe­let les îles Ori­gny (Alder­ney), les Cas­quets… Visi­bi­li­té excep­tion­nelle. Grande exci­ta­tion à la pas­se­relle. Les jumelles chauffent. Pointe de la Hague. Je prends au télé l’usine de retrai­te­ment des déchets nucléaires. Elle a l’air de flot­ter. Il y a des bateaux tous azi­muts. Le com­man­dant taquine Mr John en lui mon­trant la terre au loin : « Mon­sieur Sin­ger, voi­ci la France ! »…

Y a pas à dire, et je le dis : « C’est beau ! ». À en res­ter muet. Pour­tant je tente de taper, en direct. Deux lignes et je relève le nez. Qu’elle est belle ma salle de rédac­tion flot­tante ! Sais-tu bien le pri­vi­lé­gié que tu fais ?, me dis-je en dedans. « Tous les matins du monde sont sans len­de­main » fait dire Pas­cal Qui­gnard à Mon­sieur Sainte-Colombe. Vivre chaque moment comme le der­nier pos­sible, comme pour tutoyer l’éternité…

Le « Cano­pus » doit déjà être à quai. Au fond, main­te­nant, on s’en fout. Je pense « on » par iden­ti­fi­ca­tion totale à l’aventure « Debus­sy ». Cha­cun a remis son pro­gramme à jour. Constan­tin va mieux ; en arrêt depuis trois jours – dou­leurs lom­baires ou mal de rein – l’ouvrier élec­tri­cien était sui­vi en télé-diag­nos­tic depuis Tou­louse par le ser­vice spé­cia­li­sé de l’hôpital Pur­pan.  Sur­gi des entrailles apai­sées, le chef méca­no demande à la can­to­nade : « Est-ce qu’on va l’avoir, notre prime des 100.000 tonnes ? »

1barmatelotsDidier le bos­co remonte du pont avec l’odeur vive de la mer et des images de son Fécamp plein le regard. Il pète la forme. Ça sent l’écurie. Enfin pas pour tout le monde. La répu­blique flot­tante est tout de même à deux vitesses – comme à terre, sauf que ça ne crame pas à bord. Les Rou­mains, eux, vont reprendre la mer. Sans souf­fler.

En prime, mer­ci  Féne­lon: « Quand l’Aurore avec ses doigts de rose entr’ouvrira les portes dorées de l’Orient ».

Anni­ver­saire : 17 novembre 1869 : À bord du yacht « Aigle », l’impératrice Eugé­nie inau­gure le canal de Suez…

-->L’image : Au bar des mate­lots. Un ouvrier méca­no, le chef cui­si­nier, le chouf et le bos­co. La défaite n’est pas consom­mée…

Share Button