mon­JOUR­NAL depuis le « Debus­sy » (17/11/05, sep­tiè­me jour à bord)

Recon­naî­tre sa défai­te est gage des pro­chai­nes vic­toi­res… Le « Debus­sy » n’aura donc pas niqué le « Nyk Cano­pus ».

Le bos­co Mar­cot­te se jetait son pas­tis au bar des mate­lots quand le com­man­dant a annon­cé la nou­vel­le : « Il a six heu­res d’avance, on vient de le poin­ter au cap Finis­ter­re [Espa­gne], on ne l’aura pas… On pas­se en mode éco­no­mi­que…» Joël, l’électricien au regard de jade, ne retrou­ve­ra pas sa ché­rie avant same­di soir ; il a la para­de : « Boh, c’était à pré­voir… » La voix de bour­don du car­go a bais­sé d’un ton. Le cœur est tom­bé à 85. Ça va souf­fler un peu en bas, où il fera un chouïa moins chaud. En haut aus­si, jus­que dans l’atmosphère qui s’allègera ain­si de quel­ques ton­nes de CO et autres salo­pe­ries. Éco­no­mi­que le car­go, soit. Éco­lo, euh…

Pénards, on file ain­si nos 23 nœuds rési­gnés. La bri­se est sou­te­nue, quel­ques creux sym­pas dans les­quels le « Debus­sy » s’enfonce com­me dans un édre­don. Le gol­fe de Gas­co­gne défi­le en dou­ceur dans le soir tom­bant ; la dépres­sion annon­cée a capi­tu­lé. Au dîner, à la table des offi­ciers, ça spé­cu­le enco­re sur le quai de débar­que­ment au Havre. Il y aurait bien le quai de l’Europe… Il fau­drait fran­chir une éclu­se à pas­se étroi­te, moins de dix mètres de cha­que côté, avec d’éventuelles rafa­les à redou­ter. Le com­man­dant n’aura fina­le­ment pas à tran­cher, le quai de l’Europe étant aus­si occu­pé. On ira donc au mouilla­ge. Et, se tour­nant vers moi : « Ça sera bien pour vous, vous irez à la manœu­vre avant avec le bos­co, c’est sym­pa ! ». 

Dou­ce­ment ber­cé dans mon lit bateau, je dors tout mon soûl, com­me soli­dai­re avec la bais­se de régi­me décré­tée. Pre­mier café sur la pas­se­rel­le. Rail d’Ouessant. Une pen­sée pour mes amis bre­tons, les fameux remor­queurs Abeille, ces saint-ber­nard de la mer. Le cou­rant nous pous­se : un nœud de mieux. San­dei, l’officier de quart a ouvert le fas­ci­cu­le  « Cou­rants de marées », n°561, baie de Sei­ne.  Mr John Sin­ger, jubi­le, il hume le Royau­me, se met au gar­de-à-vous – pour rigo­ler, mais tout de même… 

Voi­ci Guer­ne­sey, ô Vic­tor H., puis  en cha­pe­let les îles Ori­gny (Alder­ney), les Cas­quets… Visi­bi­li­té excep­tion­nel­le. Gran­de exci­ta­tion à la pas­se­rel­le. Les jumel­les chauf­fent. Poin­te de la Hague. Je prends au télé l’usine de retrai­te­ment des déchets nucléai­res. Elle a l’air de flot­ter. Il y a des bateaux tous azi­muts. Le com­man­dant taqui­ne Mr John en lui mon­trant la ter­re au loin : « Mon­sieur Sin­ger, voi­ci la Fran­ce ! »…

Y a pas à dire, et je le dis : « C’est beau ! ». À en res­ter muet. Pour­tant je ten­te de taper, en direct. Deux lignes et je relè­ve le nez. Qu’elle est bel­le ma sal­le de rédac­tion flot­tan­te ! Sais-tu bien le pri­vi­lé­gié que tu fais ?, me dis-je en dedans. « Tous les matins du mon­de sont sans len­de­main » fait dire Pas­cal Qui­gnard à Mon­sieur Sain­te-Colom­be. Vivre cha­que moment com­me le der­nier pos­si­ble, com­me pour tutoyer l’éternité…

Le « Cano­pus » doit déjà être à quai. Au fond, main­te­nant, on s’en fout. Je pen­se « on » par iden­ti­fi­ca­tion tota­le à l’aventure « Debus­sy ». Cha­cun a remis son pro­gram­me à jour. Constan­tin va mieux ; en arrêt depuis trois jours – dou­leurs lom­bai­res ou mal de rein – l’ouvrier élec­tri­cien était sui­vi en télé-diag­nos­tic depuis Tou­lou­se par le ser­vi­ce spé­cia­li­sé de l’hôpital Pur­pan.  Sur­gi des entrailles apai­sées, le chef méca­no deman­de à la can­to­na­de : « Est-ce qu’on va l’avoir, notre pri­me des 100.000 ton­nes ? »

1barmatelotsDidier le bos­co remon­te du pont avec l’odeur vive de la mer et des ima­ges de son Fécamp plein le regard. Il pète la for­me. Ça sent l’écurie. Enfin pas pour tout le mon­de. La répu­bli­que flot­tan­te est tout de même à deux vites­ses – com­me à ter­re, sauf que ça ne cra­me pas à bord. Les Rou­mains, eux, vont repren­dre la mer. Sans souf­fler.

En pri­me, mer­ci  Féne­lon: « Quand l’Aurore avec ses doigts de rose entr’ouvrira les por­tes dorées de l’Orient ».

Anni­ver­sai­re : 17 novem­bre 1869 : À bord du yacht « Aigle », l’impératrice Eugé­nie inau­gu­re le canal de Suez…

-->L’image : Au bar des mate­lots. Un ouvrier méca­no, le chef cui­si­nier, le chouf et le bos­co. La défai­te n’est pas consom­mée…

Share Button