Dans un com­men­taire reçu ce matin, Jean-Louis Bétant reBon­dy [Je sais : facile…] :

 « Je reviens de visite à Bon­dy. Cha­pô, les Suisses. Je pense qu’il y a une grande dif­fé­rence entre leur démarche et celle de Libé. Libé, c’est qua­rante ans de presse écrite sur du papier (moi aus­si, presque, je ne leur lance pas la pierre). Et, même sur Inter­net, ça reste de l’essence de presse écrite. Le site est consi­dé­ré pour ce qu’il apporte à l’édition papier, pas en ce qu’il pour­rait en être indé­pen­dant.

« Les p’tits Suisses n’ont pas cette chape. C’est un blog, point, sans même de cor­don ombi­li­cal entre lui et le maga­zine exo­tique dont per­sonne (ici du moins) n’a enten­du par­ler. Et ça marche. Ça donne de l’information comme on n’en a pas encore eu sur le sujet, ça vit en feed-back. C’est fan­tas­tique.

« Reste que ça sup­pose qu’une struc­ture paye le loyer – et les salaires. Que l’information n’est pas gra­tuite. »

Voi­là qui met bien « l’église au milieu du vil­lage », comme aimait à dire un vieux copain lor­rain.

Voir, au besoin, Le che­min de Bon­dy comme Damas jour­na­lis­tique.

Share Button