Je
me couche le same­di avec un cau­che­mar de marée noire sur les plages
liba­naises. Les infos n’en ont que pour le dimanche noir pré­dit
par Bison futé… Dimanche, le réveil est autre­ment dou­lou­reux : ces
dizaines de morts à Cana lors d’un bom­bar­de­ment israélien.T
ris­tesse à pleu­rer,
rage impuis­sante. Écrire, déjà, pour dénon­cer, ça sera mon com­bat du
jour, un dimanche où des croyants auront beau prier… Même à la Mai­son
Blanche, ils prient tous les matins, avant cha­cune de leurs réunions
qui décident du Bien et du Mal dans le monde. Ils prient aus­si à
Jéru­sa­lem. Et encore à Bey­routh. Et à Téhé­ran, à Damas, à Bag­dad. Dans
tout le Proche-Orient. Et ailleurs-par­tout dans le monde entier. Plus
ça prie, plus ça meurt !
Prière mati­nale à la Mai­son Blanche

Dimanche 30 juillet 2006. Hier soir, jus­te­ment, j’ai scru­té à la loupe le remar­quable film de William Karel, Le Monde selon Bush.Tandis
qu’un déluge de bombes s’abattait sur Cana, comme la radio me
l’apprenait ce matin. Les théo­cra­ties à l’ouvrage, pêle-mêle. Avec
l’onction état­su­nienne. Et pas que de l’eau bénite. Cette dépêche
d‘hier soir, aus­si, m’a révol­té :

Nou­velles escales en Ecosse d’avions amé­ri­cains à des­ti­na­tion d’Israël.

« AFP 29.07.06 | 22h10
«
Deux avions-car­go amé­ri­cains à des­ti­na­tion d’Israël devaient faire
escale dans la nuit de same­di à dimanche à l’aéroport écos­sais de
Prest­wick-Glas­gow après avoir reçu cette fois le feu vert de Londres, a
annon­cé l’autorité de l’aviation civile bri­tan­nique (CAA).

«
Les deux 747 gros por­teurs, qui effec­tuent une escale de ravi­taille­ment
en Ecosse entre le Texas et Tel-Aviv, trans­portent « des maté­riels
dan­ge­reux » pour les­quels ils ont reçu les auto­ri­sa­tions, a indi­qué la
CAA sans pré­ci­ser la nature exacte des maté­riels embar­qués.

«
Les appa­reils devaient faire escale res­pec­ti­ve­ment tard same­di soir et
tôt dimanche matin à Prest­wick-Glas­gow, a pré­ci­sé un porte-parole de la
CAA.

«
« Il s’agit de vols de trans­port de maté­riaux dan­ge­reux, ce qu’ils
trans­portent est consi­dé­ré comme étant d’une nature dan­ge­reuse », a-t-il
décla­ré. »

La dépêche apporte aus­si cette insou­te­nable pré­ci­sion :
•••  Lire tout l’article

Share Button