Maman Abou et Ouma­rou Kei­ta, direc­teur et rédac­teur en chef de l’hebdomadaire nigé­rien « Le Répu­bli­cain », sont déte­nus à Nia­mey depuis le 4 août. Ils encourent 18 mois de pri­son pour un article publié le 28 juillet sous le titre « Hama lâche l’Occident pour l’Iran  ».  Le pre­mier ministre Hama Ama­dou y est accu­sé de « cour­ti­ser à fond les Ira­niens », ris­quant de pro­vo­quer une rup­ture avec les « chan­cel­le­ries occi­den­tales et de liqui­der toutes les entre­prises appar­te­nant aux Blancs ». « Fausses nou­velles » et « dif­fa­ma­tion » du gou­ver­ne­ment nigé­rien, a esti­mé le pro­cu­reur.

Selon Mamane Abou, joint par Repor­ters sans fron­tières le 5 août, cette arres­ta­tion vise à punir « Le Répu­bli­cain » pour avoir publié, en avril 2006, une enquête sur des mal­ver­sa­tions et des détour­ne­ments de fonds au sein de l’administration. Ce qui aurait déclen­ché un audit des bailleurs de fonds du Niger.

Juge­ment le 1er sep­tembre. Les jour­na­listes auront alors déjà pas­sé près d’un mois en déten­tion.

Share Button