261006monde1J’ai pas le temps, mais je ne peux pas m’empêcher, merde alors ! Cette une du Monde me fout en pétard. Comme si les radios, télés et autres feuilles de France, Navarre et au delà n’avaient pas assez clai­ron­né la (bonne, pour qui ?) nou­velle. Comme si il n’y avait pas déjà Le Pari­sien et France Soir pour livrer ce sale bou­lot sans recul, sans pers­pec­tives.

Je le dis – et tout le monde [;-} s’en fou­tra, de mon avis, mais la ques­tion n’est pas là : si j’étais réd’ chef du Monde, je n’aurais pas sor­ti cette une. Voi­là ! D’ailleurs, c’est pour ça que je ne le suis pas, et qu’il y a un Éric Fot­to­ri­no (direc­teur même).

Non, un « Monde », ça ne devrait pas être fait « pour ça »„ quel que soit tout ce qu’on pour­ra trou­ver dedans, en par­ti­cu­lier d’excellents repor­tages.

On dira qu’un « lec­teur du Monde », sur­tout alter/mondialiste, ben il n’a qu’à démis­sion­ner ou fer­mer sa gueule ! Pour le moment, je l’ouvre.

–––––––––––––––––

Je reviens à la charge, avec des muni­tions. J’ai lu de plus près. C’est quoi, ce titre et cette géné­ra­li­sa­tion d’amateur :  « Des auto­bus  », etc. Il y en a eu com­bien : deux ou pas deux, et plus?

Et c’est quoi encore, cette approxi­ma­tion dans l’accroche : « Ces agres­sions noc­turnes semblent avoir été” etc.

Bien sûr, même deux auto­bus atta­qués et brû­lés c’est trop. Mais sou­haite-t-« on » faire croire que deux bandes de voyous ont déclen­ché la guerre civile ? Alors, qui donc tur­bine en tâche de fond, mine de rien,  der­rière ce « on » ? Qui cela sert-il, au bout de ce petit compte à deux balles. A qui pro­fite ce crime jour­na­lis­tique ?

• Et avec ça, même le Plan­tu est nase.

Share Button