L’empressement de nos poli­ti­ciens à saluer ce cher grand dis­pa­ru de Bon­go, pape de la Fran­çà­fric, semble nor­ma­le­ment pro­por­tion­nel à ses ser­vices ren­dus à icelle – la Fran­ça­frique. Tous ont peu ou prou, sur­tout prou, été atteints par ses lar­gesses. Des liens « étroits » se sont ain­si tis­sés au long de quatre décen­nies d’un pou­voir au ser­vice de ses inté­rêts et par contre­coups bien com­pris à ceux de «la France». Qui n’aura-t-il pas arro­sé de ses bien­faits? Aus­si est-il à parier que les ins­truc­tions judi­ciaires en cours sur le très cher dis­pa­ru, pas­se­ront bien vite à la trappe de la rai­son d’État. On com­prend donc la recon­nais­sance expri­mée par notre ministre des affaires étranges. Le contraire eut rele­vé de l’ingratitude.

1lm-08609.1244631028.png

»> A consul­ter : Cel­lule Fran­ca­frique
Notre article Fran­ça­frique. Sai­sie immo­bi­lière dans le Bon­go­land

Share Button