Le gou­ver­ne­ment israé­lien a déci­dé de fai­re de Mar­seille capi­ta­le euro­péen­ne de la cultu­re un outil pour « modi­fier son ima­ge ». Un cer­tain nom­bre de citoyens, par­mi les­quels des artis­tes, res­pon­sa­bles de struc­tu­res cultu­rel­les ou d’édition, soli­dai­res du peu­ple pales­ti­nien, refu­sent de cau­tion­ner une tel­le opé­ra­tion de pro­pa­gan­de. Ils ont signé et lan­cé un appel de pro­tes­ta­tion contre cet­te manœu­vre de séduc­tion.

Voi­ci le tex­te de cet appel :

 « Pas en notre nom »

Appel d’artistes, de res­pon­sa­bles de struc­tu­res cultu­rel­les, de spec­ta­teurs, soli­dai­res du peu­ple pales­ti­nien

« A l’occasion de « Mar­seille capi­ta­le euro­péen­ne de la cultu­re 2013 », le Consu­lat d’Israël à Mar­seille a orga­ni­sé la venue de nom­breux artis­tes pour une qua­ran­tai­ne de ren­dez-vous appe­lés « Israël en scè­ne 2013 ». Il ne s’agit pas de sim­ples évé­ne­ments artis­ti­ques et cultu­rels, mais d’une véri­ta­ble opé­ra­tion de pro­pa­gan­de des­ti­née à « chan­ger l’image d’Israël » dans l’opinion fran­çai­se, direc­te­ment orga­ni­sée par le gou­ver­ne­ment israé­lien. Les artis­tes ain­si ins­tru­men­ta­li­sés ne peu­vent l’ignorer.

« Israël n’est pas un « état com­me les autres ». Il vio­le quo­ti­dien­ne­ment le droit inter­na­tio­nal par l’occupation et la colo­ni­sa­tion de ter­ri­toi­res, il main­tient un blo­cus illé­gal sur Gaza, pri­vant ain­si tou­te une popu­la­tion de vivres et de maté­riel médi­cal, il conti­nue cha­que jour à expul­ser, empri­son­ner, à détrui­re des mai­sons de famil­les pales­ti­nien­nes. Depuis la récen­te recon­nais­san­ce de la Pales­ti­ne com­me État obser­va­teur à l’ONU, le gou­ver­ne­ment israé­lien a ripos­té en enga­geant la construc­tion de plus de 2 600 loge­ments illé­gaux sup­plé­men­tai­res dans les colo­nies de Jéru­sa­lem-Est. En Cis­jor­da­nie, plus de 600 che­ck-points pri­vent les Pales­ti­niens de leur liber­té de cir­cu­la­tion, ren­dant leur accès à l’eau, à l’éducation, à la san­té ou au tra­vail dépen­dant de l’arbitraire mili­tai­re. Il s’obstine à refu­ser le retour des famil­les des 750 000 Pales­ti­niens expul­sés de leur pays en 1948 et main­tient en pri­son des mil­liers de fem­mes, d’hommes et d’enfants en vio­la­tion tota­le du droit inter­na­tio­nal.

« Nous appe­lons tous les artis­tes par­ti­ci­pant à Mar­seille 2013 à ne pas cau­tion­ner cet­te opé­ra­tion. Nous appe­lons tous les visi­teurs de Mar­seille capi­ta­le euro­péen­ne de la cultu­re à boy­cot­ter les évé­ne­ments et artis­tes label­li­sés « Israël en scè­ne 2013 ». Nous dénon­çons la col­la­bo­ra­tion de Mar­seille-Pro­ven­ce 2013 avec l’État d’Israël. Nous refu­sons de cau­tion­ner des évé­ne­ments cultu­rels spon­so­ri­sés par l’État d’Israël, com­me ce fut le cas pour l’Afrique du Sud du temps de l’Apartheid!

« De nom­breu­ses per­son­na­li­tés artis­ti­ques ont déjà choi­si de ne pas se pro­dui­re en Israël tant que cet État ne chan­ge­ra pas sa poli­ti­que. Récem­ment les grou­pes Por­ti­co Quar­tet et Tuba Skin­ny, les pia­nis­tes Jason Moran et Eddie Pal­mie­ri, ont annu­lé leur par­ti­ci­pa­tion au fes­ti­val de jazz d’Eilat. Par­mi les autres artis­tes qui ont annu­lé leurs pres­ta­tions artis­ti­ques dans dif­fé­ren­tes vil­les israé­lien­nes, on comp­te éga­le­ment Cas­san­dra Wil­son, Nata­cha Atlas, Cat Power, Jel­lo Bia­fra, Lha­sa, Gil­les Vigneault, Roger Waters, Elvis Cos­tel­lo, Car­los San­ta­na, Annie Len­nox, Vanes­sa Para­dis, Gil Scott-Heron, Les Pixies ou Mas­si­ve Atta­ck. Ken Loa­ch a décla­ré qu’il refu­se­rait « n’importe quel­le invi­ta­tion au fes­ti­val de films de Haï­fa ou à d’autres occa­sions iden­ti­ques ». Com­me lui nous sou­te­nons « l’appel lan­cé par les réa­li­sa­teurs de film, les artis­tes pales­ti­niens et d’autres pour boy­cot­ter les évé­ne­ments cultu­rels israé­liens finan­cés par l’État et invi­ter d’autres artis­tes à se join­dre à leur cam­pa­gne. »

L’art c’est la vie

A ceux qui disent « Ne mélan­geons pas la cultu­re et la poli­ti­que », nous répon­dons que la cultu­re du poli­ti­que – et la poli­ti­que de la cultu­re – ne doi­vent pas ser­vir à « blan­chir » la colo­ni­sa­tion et son cor­tè­ge d’exactions.

Mar­seille le 4 mars 2013

Adres­sez votre signa­tu­re à pasennotrenommarseille2013@gmail.com

Voir le DOSSIER DE PRESSE - ISRAEL EN SCENES 2013 (cli­quer sur ce lien, puis une secon­de fois dans la nou­vel­le fenê­tre).

Share Button