On se sent quand même mieux chez soi… Vous avez vu : grand net­toyage de prin­temps, coup de pein­ture avec virage au rouge, encore quelques tra­vaux en cours, des rac­cords de ci-de là. « C’est pour dire » a quit­té son sous-pente alloué par Le Monde pour emmé­na­ger dans ses propres murs, ceux de CIN­Q­sur­CINQ, mon ancienne agence consa­crée à la presse, aujourd’hui délo­ca­li­sée à 新 华网_传播中国报道世界.

Virage au rouge, car j’ai vu rouge sous le coup d’une fer­me­ture déci­dée de manière abrupte par les ges­tion­naires du monde.fr. Ceux-ci ont en même temps condi­tion­né le déblo­cage du blog à la sup­pres­sion de mon der­nier article où je m’élevais contre cette cen­sure tout en ana­ly­sant sa per­ver­sion. Contraint, j’ai fini par sup­pri­mer cet article, pré­ser­vant ain­si le blog et son conte­nu, ain­si que la pos­si­bi­li­té d ‘y trou­ver le nou­veau lien du « C’est pour dire libé­ré ». Pour plus d’explicaitons, voyez l’article liti­gieux ci-des­sous.

Bref, voi­là donc l’An I du nou­veau « C’est pour dire », avec tout son mil­lier d’articles parus sous l’Ancien régime… et qui repart de plus belle, comme en un jour de prin­temps annon­cia­teur du Temps des cerises.

»> Mer­ci spé­cial à l’ami Yanic Gor­net, grand mani­tou et démé­na­geur infor­ma­tique. Et à Anne pour ses fleurs de ceri­sier.

»> Lors du démé­na­ge­ment, des car­tons pleins de com­men­taires sont tom­bés du camion; il n’en reste donc qu’environ 600 sur ce blog, tan­dis que l’ensemble (quelque 3.000) sont res­tés dans l’ancien loge­ment [http://gponthieu.blog.lemonde.fr] où l’on peut tou­jours les consul­ter. Ain­si fluc­tue la tech­nique.

Share Button