Sauf contra­rié­té extrême de der­nière minute, il va y aller. Cou­ru d’avance, au nom de la real-poli­tik, donc des impé­ra­tifs éco­no­miques. De même que les JO sont aus­si vitaux pour le nou­vel expan­sion­nisme chi­nois, la pré­sence poli­tique de la France s’impose à son omni-pré­sident. Les éco­no­mies capi­ta­lises – fussent-elles « com­mu­nistes » ou « libé­rales » – se tiennent par la bar­bi­chette des affaires. D’où les ter­ribles pres­sions por­tées à l’encontre des empê­cheurs de trai­ter en rond, ces tru­blions que sont cer­tains jour­na­listes, voire cer­tains poli­ti­ciens comme Daniel Cohn-Ben­dit à la langue encore bien pen­due – même s’il a failli se la bouf­fer l’autre fois à la tri­bune du Par­le­ment euro­péen. Mais le plus impor­tant, c’est encore que des jour­na­listes dignes de ce nom se rendent en Chine et témoignent. Qu’il concourent, en somme, pour un jour­na­lisme debout et d’élévation, un jour­na­lisme olym­pien.

Exemple his­to­rique : 1927, dixième anni­ver­saire de la Révo­lu­tion d’Octobre. Céré­mo­nies fas­tueuses, invi­ta­tions d’innombrables figures de l’intelligentsia inter­na­tio­nale. Panaït Istra­ti, consi­dé­rable écri­vain rou­main de langue fran­çaise, fuit les cor­tèges et céré­mo­nies offi­ciels, s’enfonce dans la Rus­sie pro­fonde, touche du doigt la réa­li­té ter­ri­fiante du bol­ché­visme. Ce sera « Vers l’autre flamme, Confes­sion pour vain­cus », publié en 1929 – témoi­gnage reten­tis­sant dénon­çant les germes du sta­li­nisme – avant Sta­line…

Pour la Chine, le casse-tête est vrai­ment chi­nois : faire sem­blant d’accueillir la presse mon­diale et, en même temps, cana­li­ser ce flux si dan­ge­reu­se­ment impé­tueux dans ses pos­sibles débor­de­ments.

Quelle est donc l’actuelle situa­tion à un mois à peine de l’ouverture des Jeux de Pékin ? Pas brillante, c’est le moins qu’on puisse dire !

Cent jour­na­listes et cyber-dis­si­dents chi­nois se trouvent tou­jours en pri­son. Des jour­na­listes étran­gers sont blo­qués et mena­cés en dépit des pro­messes répé­tées de Pékin de leur don­ner « entière liber­té » avant les Olym­piques - tant au Tibet que dans les zones du Sichuan frap­pées par le trem­ble­ment de terre. Cen­sure constante, en ligne et ailleurs. Alors qu’il ne reste que trois semaines avant l’ouverture des Jeux, les membres de l’IFEX (asso­cia­tion de défense de la libre expres­sion, basée à Toron­to au Cana­da) demandent aux jour­na­listes de faire mon­ter la pres­sion.

De son côté, Repor­ters sans fron­tières (RSF) main­tient son appel aux diri­geants et chefs d’État, à com­men­cer par Sar­ko­zy, pour qu’ils boy­cottent les céré­mo­nies d’ouverture. RSF veut orga­ni­ser des ras­sem­ble­ments le 8 août, jour d’ouverture des JO, devant les ambas­sades de Chine. Les Inter­nautes pour­ront se rendre en ligne à la cyber-mani­fes­ta­tion de RSF via http://www.rsf.org

RSF et d’autres membres de l’IFEX comme le Comi­té pour la pro­tec­tion des jour­na­listes (CPJ) et la Fédé­ra­tion inter­na­tio­nale des jour­na­listes (FIJ) se sont déjà joints à l’appel mon­dial en faveur de la remise en liber­té des « Huit PO » (Pri­son­niers d’opinion) chi­nois avant le jour J des jeux. Les membres de l’IFEX ont fait cam­pagne en faveur de tous les huit, et en par­ti­cu­lier de Shi Tao et de Hu Jia.

C’est le moment de pro­tes­ter en écri­vant à l’ambassadeur ou au consul de Chine le plus proche. Voir la vidéo d’appel et télé­char­gez des lettres déjà pré­pa­rées à:

On peut aus­si :
– écou­ter le poème « Juin », de Shi Tao, tra­duit en plus de 90 langues, y com­pris le tibé­tain: http://www.penpoemrelay.org/

– aller voir la cam­pagne du PEN Inter­na­tio­nal « We Are Rea­dy for Free­dom of Expres­sion » (Nous sommes prêts pour la liber­té d’expression) et lire les noms des 44 jour­na­listes et écri­vains incar­cé­rés.

Plus de 30 000 jour­na­listes étran­gers sont atten­dus aux Jeux - trois par ath­lète…. C’est pour­quoi la FIJ fait équipe avec « Play the Game » (Jouer le jeu), une orga­ni­sa­tion poli­tique qui suit la scène spor­tive, afin de lan­cer « Play the Game for Open Jour­na­lism » (Jouer le jeu du jour­na­lisme ouvert), un site web pour les repor­ters qui se rendent en Chine et qui ne savent pas quel degré de liber­té ils auront pour faire leur tra­vail. Obte­nez des conseils et des trucs (y com­pris de la part de jour­na­listes locaux!) sur la façon de réa­li­ser des repor­tages à Pékin, depuis les sujets déli­cats et la façon de les abor­der, jusqu’au tra­vail avec des assis­tants locaux et à la pro­tec­tion de vos sources. Vous avez des conseils à par­ta­ger? Assu­rez-vous de les télé­char­ger sur le site dans les forums de dis­cus­sion. Tout cela se trouve à: http://www.playthegameforopenjournalism.org

Conscients que la connais­sance des droits est essen­tielle et que l’accès aux sites web peut être cen­su­ré, Human Rights Watch et le CPJ ont publié un guide de sur­vie en for­mat poche - idéal pour votre voyage. Si vous n’avez pas le temps de le com­man­der, le « Repor­ters” Guide to Cove­ring the Bei­jing Olym­pics » (Guide du repor­ter qui couvre les Olym­piques de Pékin) peut être télé­char­gé gra­tui­te­ment à: http://china.hrw.org/ et sera aus­si bien­tôt dis­po­nible en alle­mand, en espa­gnol, en fran­çais et en japo­nais. Le Guide com­prend les ver­sions anglaises et chi­noise des règles tem­po­raires, que les repor­ters peuvent pré­sen­ter aux offi­ciels qui les inter­ro­ge­ront sur le ter­rain.

La FIJ met en place, du 20 juillet au 31 août, une per­ma­nence télé­pho­nique d’urgence et des conseils, notam­ment à l’usage des quelque 10.000 jour­na­listes qui devraient affluer à Pékin sans accré­di­ta­tion. Numé­ro : + 32 475 76 13 92.

Les obser­va­teurs des droits de l’homme estiment que la situa­tion de la libre expres­sion en Chine s’est dété­rio­rée de manière tel­le­ment sub­stan­tielle depuis un an « sous les yeux de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale », qu’il y a main­te­nant plus d’écrivains et de jour­na­listes dans les pri­sons chi­noises qu’il y en avait il y a sept mois.

A consul­ter :

Human Rights Watch :
http://hrw.org/reports/2008/china0708/.

– « Fai­ling to Deli­ver: An Olym­pic-Year Report Card on Free Expres­sion in Chi­na » (Man­quer à sa parole: Bul­le­tin de notes de l’année olym­pique) sur la libre expres­sion en Chine » :
http://www.pen.org/chinareport

– « Fal­ling Short », qui sou­ligne la faillite de la Chine face à ses enga­ge­ments sur la ques­tion des médias: http://www.cpj.org/Briefings/2007/Falling_Short/China/index.html

L’Association mon­diale des jour­naux (AMJ) dis­pose de tout un tas d’histoires, de des­sins, de gra­phiques et de pho­tos sur le Défi Olym­pique de libé­rer la presse en Chine. On peut s’en ser­vir gra­tui­te­ment à:
http://worldpressfreedomday.org/

Share Button