»> Attention ! Cette facturette serait un faux… Auquel cas, ça ferait « pan sur le bec » comme dit le Canard. Voir dans les commentaires ci-dessous.

Un copain m’envoie ça, qu’il a ramas­sé sur inter­net, après avoir été négli­gem­ment délais­sé par­mi les reliefs du fes­tin – un simple brunch pro­ba­ble­ment. Pour ceux, dont je suis – les minables sans roleix –, qui ne liraient pas cette poé­sie dans le texte, ten­ta­tive d’explications lexi­cales :

– les deux pre­mières lignes, ça res­semble à du caviar (à la louche) : 15 000 euros quand même ;

– suivent le cham­pagne, du Dom Péri­gnon; un mathu­sa­lem (soit 6 litres) pour com­men­cer (50 000 euros !) ; le Dom Péri­gnon rosé à 20 000 euros le jéro­boam3 litres seule­ment, mais vous m’en met­trez deux… (Notons en pas­sant le sur­moi biblique éti­que­tant les breu­vages du célèbre moine …) ;

– quant au reste, lan­gouste, badoit, coca, c’est tout ce qu’il y a de plus ordi­naire – sauf les prix bien sûr, sinon ça ser­vi­rait à quoi de se pava­ner sur une plage de Saint-Tro­pez, pro­ba­ble­ment à bord d’un des ces yotes à la Bol­lo­ré…

Gar­çon, l’addition je vous prie !

Voi­là Mon­sieur : 107 524 euros. Bah, pour 16 convives, ça fait jamais que 6 720,25 euros par tête de pîpe. Notez les quelque 16 000 euros de TVA. Pour le coup, une sorte de TVA sociale, ver­sion haut du pavé.

À pro­pos, cette cita­tion de Totor Hugo, ouais, celui des Misé­rables : « Le peuple, disait donc Vic­tor Hugo, c’est comme les pavés : on lui marche des­sus jusqu’à ce qu’il vous tombe sur la tête. »

[Mer­ci Frank, et à la nôtre !]

 

Share Button