Plein de morts dans le jour­nal. Plein sur les écrans. Des périodes comme ça, comme des len­de­mains de batailles. Séguin, Mano-Solo, Roh­mer. Et moi-même, je me sens pas bien – pour paro­dier Woo­dy Allen. Com­ment i-va lui, au fait ? Ce serait bien aus­si, un bon gros mort bien média­ti­sable. Bouh, coco, comme c’est bon pour les audi­mats et même pour le Peuple tout entier et son moral si bas-qu’un-pays-s’est-perdu. Donc bon pour la FFF­France ! Vingt guieux, voyez comme un pupille de la Nation à carac­tère de cochon et à fibre foo­teuse peut vous faire chia­ler toute la FFFrance catho­dique – quoique, avec les écrans plats, les cathodes, enfin c’est du pareil au même et même bien mieux : une larme en haute défi­ni­tion, un san­glot sur son­ne­rie aux morts en dol­by xxx, une bro­chette d’ex’ Inva­li­dés, plus la cerise de l’actuel tout en tré­mo­los la main sur le cœur – l’ai-je bien décla­mé, le laius de Guai­no pas trop sur­joué, hein ? Non, très bien chou­chou, très émou­vant. Et la FFF­France toute en émo­tion­ne­ment de com­mu­nion, bouh, que c’est grand tout ça.

Share Button