« Qui donc manœu­vre le navi­re pla­né­tai­re ? » Il en a de bon­nes, mon pote Joël (Decar­sin), à poser pareille ques­tion à l’heure pré­ci­se où il n’y a plus de pilo­te dans l’engin en déri­ve tota­le. Mais il a une répon­se, sa répon­se, LA répon­se – qui est aus­si cel­le d’un cer­tain Jac­ques Ellul (1912-1994). Si on en est « là », dixit mon pote et les siens, c’est à cau­se de la tech­ni­que, voi­re la Tech­ni­que, consi­dé­rée com­me enti­té prin­ceps, cel­le qui régit le mon­de et les rela­tions humai­nes, si peu humai­nes.

 

Je reviens de la confé­ren­ce sur ce thè­me orga­ni­sée ce soir [30/3/11] à l’IEP d’Aix-en-Provence, devant un public pas bien jeu­ne – cau­se que la tech­ni­que aus­si les aurait décul­tu­rés, les jeu­nes, et qu’ils ont des diver­tis­se­ments ne croi­sant guè­re les gran­des ques­tions sur l’avenir du mon­de. L’hypothèse fut avan­cée, quoi­que non véri­fiée. Mais c’est un fait qu’il faut avoir accu­mu­lé des mil­liers d’heures de vol pour com­pren­dre et la fra­gi­le beau­té du mon­de et les affreu­ses mena­ces venues des hom­mes . Et c’est à l’heure de ren­trer au han­gar qu’on se sou­cie des envo­lées du len­de­main, qui ne seront pas les nôtres… Mys­tè­re et gran­deurs de l’homo erec­tus. S’il s’est levé, jus­te­ment, l’homo, ce ne devrait pas être pour se cou­cher devant on ne sait quel­le idô­le, divi­ne ou tech­ni­que, avec ou sans majus­cu­le.

 

Pour­tant, on en est bien là, et il y a plus que du vrai dans la quê­te de Jac­ques Ellul. Ce tou­che-à-tout aux cin­quan­te livres publiés, celui qui « avait (pres­que) tout pré­vu » com­me l’a écrit Jean-Luc Por­chet (éd. Le Cher­che-midi, 2003), jour­na­lis­te au Canard, qui devait esquis­ser l’envergure du pro­fes­seur de droit bor­de­lais : mar­xis­te, éco­lo­gis­te avant la let­tre, chré­tien, anar­chis­te et ain­si contre l’État et la poli­ti­que, dont il n’attendait plus rien.

Ce qui n’a pas empê­ché l’engagement, reprit à son tour Daniel Com­pa­gnon (IEP Bor­deaux), citant Ellul : « La tech­ni­que rend l’avenir impen­sa­ble ». Les faits, l’actualité la plus irra­dian­te cor­ro­bo­rent la pré­dic­tion. Aus­si devait-il être main­tes fois ques­tion du nucléai­re et de la catas­tro­phe de Fuku­shi­ma, suc­cé­dant à de mul­ti­ples autres. Et de plus, « la tech­ni­que pié­ti­ne la démo­cra­tie », autre évi­den­ce ellu­lien­ne, là enco­re confir­mée par la « poli­ti­que » nucléai­re, les OGM ou enco­re les nano­tech­no­lo­gies s’accumulant com­me autant de dénis démo­cra­ti­ques. Ain­si la poli­ti­que se trou­ve-t-elle déter­mi­née par l’économie, et cel­le-ci par la tech­ni­que. Le nucléai­re, ô com­bien, en consti­tue la plus fla­gran­te illus­tra­tion, ain­si que le sou­li­gna de son côté Jean-Pier­re Gau­din (IEP d’Aix-en-Provence), rap­pe­lant l’alliance entre le « com­plexe mili­ta­ro-indus­triel » et les grands corps tech­no­cra­ti­ques (X, les Mines…) pour abou­tir à l’aval (poli­ti­que) du tout nucléai­re-tout élec­tri­que (en Alle­ma­gne, un sché­ma tout dif­fé­rent devait condui­re à une moin­dre dépen­dan­ce au nucléai­re, à l’apparition des Verts, huit ans avant la Fran­ce, et à une sor­tie pro­gram­mée dudit nucléai­re). En consé­quen­ce de quoi, et de maniè­re plus géné­ra­le, avons-nous vu s’instaurer « un uni­vers de déci­sions irres­pon­sa­bles » (D. Com­pa­gnon).

 

Ellul, fut-il aus­si rap­pe­lé, n’était pas tout à fait tech­no­pho­be. il croyait même aux bien­faits libé­ra­teurs des ordi­na­teurs… Ce qui n’était pas pour fâcher le plu­tôt tech­no­phi­le Char­les Népo­te (Fon­da­tion Inter­net Nou­vel­le Géné­ra­tion), tou­te­fois assez cri­ti­que entre admi­ra­tion (les algo­rith­mes en infor­ma­ti­que) et dénon­cia­tion (les morts par GPS, pour cau­se de sui­vi aveu­gle…) Bref, résu­ma Daniel Com­pa­gnon en une for­mu­le bien assé­née, il s’agit au fond  de « pen­ser la tech­ni­que pour la contrô­ler ».

 

Et l’homme dans tout ça ? Pour­quoi sa fas­ci­na­tion tech­no­lâ­tre ? Ses per­tes de repè­res ? Son man­que de sages­se ? Pour­quoi la riches­se osten­ta­toi­re, obs­cè­ne. Pour­quoi aus­si ce besoin d’idoles et de Sau­veurs ? Sa foi aveu­gle (pléo­nas­me) dans la tech­ni­que ne sau­rait expli­quer à elle seule ses pro­pres déri­ves et le débous­so­le­ment du mon­de. D’autres confé­ren­ces son pré­vues – il y a de quoi !

 

Asso­cia­tion Inter­na­tio­na­le Jac­ques Ellul - Grou­pe Mar­seille - Aix

Share Button