Ce 2 août 2006, Jérôme Bian­co, 32 ans, tra­vaillait, sans for­ma­tion préa­lable, sans casque, sur une plate-forme aux garde-corps non adap­tés. Il est tom­bé d’une hau­teur de huit mètres et a été tué sur le coup. Un drame comme il s’en pro­duit dans les 500 chaque année, rien qu’en France. Celui-là, c’est le drame de Michel Bian­co, le père de Jérôme, un ami de Venelles (Bouches-du-Rhône) qui, depuis, jour après jour, bataille contre la machine broyeuse aux mul­tiples visages : machine de l’exploitation au nom du Ren­de­ment, machine judi­ciaire, machine des médias et de leur qua­si indif­fé­rence devant cette guerre sans nom – donc inexis­tante.

Selon l’assurance-maladie, en 2005, 482 sala­riés sont morts au tra­vail. Sec­teurs les plus tou­chés : le bâti­ment et les tra­vaux publics, les ser­vices, la métal­lur­gie, les trans­ports, l’énergie. C’est aus­si dans le bâti­ment que l’on compte le plus grand nombre d’accidents ayant entraî­né une inca­pa­ci­té per­ma­nente : 51.938 en 2005.

Un col­loque orga­ni­sé par le PCF va se tenir à Vitrolles (13) ce same­di 21 février sur le thème de la san­té et de la sécu­ri­té au tra­vail. La veille, à 18 h 30 au ciné­ma Les Lumières sera pro­je­té le film de Michel Car­ré « J’ai mal au tra­vail ». Pro­jec­tion sui­vie d’un débat avec le cinéaste et Annie Thé­baud-Mony, auteur du livre « Tra­vailler peut nuire gra­ve­ment à la san­té ».

« Ris­quer sa san­té et sa vie au tra­vail : une fata­li­té? » sera le thème du col­loque du len­de­main (dès 9 heures à la mai­son de quar­tier du Rou­cas). Témoi­gnages et débat, notam­ment avec Gérard Filoche, ins­pec­teur du tra­vail, mili­tant syn­di­cal et poli­tique, et bête noire dans ce sec­teur.

Ren­sei­gne­ments, ins­crip­tion : 04 95 05 10 10

Share Button