Sur son blog «Déchif­frages», Jean-Fran­çois Cou­vrat, montre com­ment Sar­ko­zy a chaus­sé lun­di à la télé ses plus gros sabots de bluf­feur. Sous le titre «Sar­ko­zy, plus c’est gros, plus ça passe «, le blo­gueur relève que Nico­las Sar­ko­zy s’est une fois de plus féli­ci­té qu’en France, « per­sonne ne paie plus de 50% de ce qu’il a gagné » (en impôts). Et une fois de plus, il a dési­gné son modèle : « Le bou­clier fis­cal existe en Alle­magne depuis plus de vingt ans »…

«Il a répé­té cela avec un aplomb décon­cer­tant. Igno­re­rait-il encore, tant le sujet lui tient à cœur, que cette dis­po­si­tion fis­cale a dis­pa­ru outre-Rhin depuis 2006, en même temps que l’impôt sur la for­tune, auquel elle s’appliquait exclu­si­ve­ment ?»

Puja­das n’y a vu que du feu et il n’aura pas été le seul. De même s’agissant de l’impôt payé par Mme L’Oréal, la pauv’ petite fille riche qui, dixit Sar­ko­zy en s’étranglant de com­pas­sion sur France 2, verse à l’Etat « plu­sieurs mil­lions d’euros par mois ! »

« […] Voi­là une for­tune, relève Jean-Fran­çois Cou­vrat, qui assure à Mme Bet­ten­court un reve­nu annuel de 700 mil­lions d’euros. Pour ceux que l’accumulation de zéros décon­certe, disons que cela cor­res­pond à plus de deux lotos gagnants par semaine. Ce qui étonne, ce n’est donc pas que la dame paie des impôts, c’est qu’elle en paie aus­si peu. 40 mil­lions, rap­por­tés à reve­nu de 700 mil­lions, cela fait un taux d’imposition de 5,7%.»

On est donc loi de la «moi­tié du vison» de la dame. Et quand bien même en paie­rait-elle la moi­tié que l’autre moi­tié res­tante – et appa­rente, pour ne pas par­ler des reve­nus «éva­sifs» ou éva­dés – demeu­re­rait un affront à la misère. Or, Mme Bet­ten­court ne paie que des caca­huètes ! « Le com­mun des mor­tels peine en tous cas, conclut Cou­vrat, à admettre que c’est à cette femme, troi­sième for­tune fran­çaise, que le Tré­sor public a remis l’an der­nier un chèque de 30 mil­lions d’euros au titre du bou­clier fis­cal. »

Share Button