Oui oui il s’agit bien de voix, ain­si que le rap­porte ce 12 mars le Nou­vel Hori­zon. de Bama­ko au Mali. Sous la rubrique «  Coup de pied » et le titre «  Mos­quée de Djin­ga­reï­berg : les télé­phones dérangent ! », Dado Cama­ra s’insurge :

« A Tom­bouc­tou, dans la mos­quée de Djin­ga­reï­ber, les son­ne­ries de télé­phones dérangent fré­quem­ment. Pour­quoi ce com­por­te­ment dans un lieu aus­si hau­te­ment reli­gieux?

« La mos­quée de Djin­ga­reï­ber, patri­moine mon­dial de l’UNESCO, regroupe chaque ven­dre­di des mil­liers de fidèles musul­mans. Elle peut conte­nir jusqu’à 3000 per­sonnes, apprend-on. Mais figu­rez-vous que dans cette foule, les son­ne­ries de télé­phones por­tables fusent de tous les coins avant et même pen­dant la prière du ven­dre­di.

« Et cela mal­gré les affiches deman­dant d’éteindre les télé­phones dans la mos­quée. Pire, avant la prière, cer­tains n’hésitent pas à décro­cher leur appel tout en pre­nant soin de répondre à voix basse. Cette atti­tude est condam­nable dans un lieu aus­si saint que cette grande mos­quée dres­sée sur plu­sieurs tombes de Saints.

« Ce ne sont pour­tant pas des étran­gers qui se com­portent de la sorte, mais des autoch­tones. Le pire, c’est que cela se passe au vu et au su des auto­ri­tés reli­gieuses qui ne disent rien. Que c’est dom­mage ! »

Share Button