La grand-messe annuelle  du capi­ta­lisme mon­dia­li­sé bat son plein une fois de plus depuis mer­cre­di. La nou­veau­té, cette année, c’est  la crainte mani­feste des explo­sions sociales dans le monde. La révo­lu­tion tuni­sienne est pas­sée par là et la rue gronde ou menace ça et là. Le texte qui suit n’y va pas par quatre che­mins. Il émane de l’association alter­mon­dia­liste Attac, ins­pi­ré en par­tie par… le quo­ti­dien éco­no­mique Les Échos. Les temps chan­ge­raient ? Ce n’est qu’apparence. D’où ce « nor­ma­le­ment » qui en dit long.

© édi­to-des­sin de faber

« Nor­ma­le­ment, Davos ne devrait plus exis­ter. Enfin, pas la tris­tou­nette sta­tion hel­vé­tique de ski, mais le Forum éco­no­mique mon­dial, qui y attire fin jan­vier des cen­taines de patrons, de ministres, d’universitaires et de jour­na­listes. Cette gigan­tesque « busi­ness par­ty » aurait dû s’étioler. Car elle a por­té toutes les valeurs, toutes les idées balayées par la crise finan­cière, qui a connu son apo­gée en 2008. Nulle part ailleurs la « sha­re­hol­der value », la valeur action­na­riale, n’aura été prê­chée avec autant de foi. À Davos, on a aus­si prô­né avec une rare constance la mon­dia­li­sa­tion débri­dée, la finance sou­ve­raine et la déré­gle­men­ta­tion per­ma­nente. On s’y est aus­si beau­coup trom­pé. Une ses­sion a été orga­ni­sée chaque année pour ten­ter de trou­ver « d’où vien­dra le pro­chain choc » sans jamais débus­quer autre chose que les pays émer­gents, l’immobilier chi­nois ou le pétrole. 

« En 2007 et 2008, l’économiste Nou­riel Rou­bi­ni avait sérieu­se­ment aga­cé les par­ti­ci­pants en annon­çant des catas­trophes. Toutes les étoiles déchues de l’entreprise ont brillé à Davos, de Jean-Marie Mes­sier (Viven­di) à Car­ly Fio­ri­na (HP) en pas­sant par Ken­neth Lay (Enron), Chuck Prince (Citi­group) ou Dick Fuld (Leh­man Bro­thers), qui affi­chait encore une incroyable morgue début 2008, huit mois avant sa chute [Note de GP : sur ce der­nier per­son­nage et sa morgue, pas­sage recom­man­dé ici-même : La crise comme un (mau­vais) roman. « Leur arra­cher le cœur et le bouf­fer avant qu’ils crèvent ! »]. Et en ces temps d’économies tous azi­muts pour pré­ser­ver la tré­so­re­rie des entre­prises voire des États, il peut paraître sur­pre­nant de cla­quer des dizaines ou quelques cen­taines de mil­liers d’euros ou de dol­lars pour aller se faire voir dans un vil­lage per­du des Gri­sons suisses »[1].

Mais Davos existe encore. Car les élites glo­bales n’ont aucu­ne­ment renon­cé à impo­ser à leurs socié­tés « la mon­dia­li­sa­tion débri­dée, la finance sou­ve­raine et la déré­gle­men­ta­tion per­ma­nente ». Les plans d’austérité, le chô­mage et la pré­ca­ri­té déferlent sur l’Europe, les bulles finan­cières gonflent à nou­veau, la spé­cu­la­tion se déchaîne sur les pro­duits agri­coles. Mais les puis­sants vont conti­nuer à dis­ser­ter sur les « risques émer­gents », les « oppor­tu­ni­tés de crois­sance » et  les « normes par­ta­gées pour une nou­velle réa­li­té »… Nico­las Sar­ko­zy ose­ra-t-il tenir demain un dis­cours encore plus « anti-finance » que l’an der­nier ? Les paris sont ouverts…

À l’initiative de mou­ve­ments sociaux – dont Attac Suisse – se tenait du 21 au 23 jan­vier à Bâle « L’Autre Davos  2011 », une ini­tia­tive « des­ti­née à valo­ri­ser toutes les expé­riences révé­lant le carac­tère intel­li­gem­ment sub­ver­sif des luttes popu­laires » contre ce néo­li­bé­ra­lisme dis­cré­di­té mais tou­jours aus­si arro­gant.

Dans quelques jours, s’ouvre à Dakar le Forum social mon­dial, où se ren­con­tre­ront non les maîtres du monde comme à Davos mais les arti­sans d’un autre monde.

Attac y sera pré­sent  à tra­vers une délé­ga­tion de près de 60 per­sonnes de France, et plus d’une cen­taine de repré­sen­tants des Attac du monde.

Sur le G20, la crise cli­ma­tique, l’accès à l’eau, la sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire, à Dakar nous construi­rons les mobi­li­sa­tions et les conver­gences entre toutes les luttes qui cherchent à faire chu­ter le pou­voir de la finance et aspirent à construire des alter­na­tives éco­lo­giques et soli­daires. »

Attac France

________________________________

[1] Nous remer­cions Jean-Marc Vit­to­ri, l’éditorialiste du quo­ti­dien éco­no­mique Les Échos, d’avoir rédi­gé notre com­mu­ni­qué de presse pour l’ouverture du som­met de Davos. http://www.lesechos.fr/opinions/analyses/0201092173513-l-invraisemblable-survie-du-forum-de-davos.htm

Share Button