Retour en for­ce du nucléai­re, sui­te (et pas fin !). J’alertais ici il y a quel­ques jours sur le retour annon­cé du nucléai­re dit civil (com­me civi­li­sa­tion…) à la faveur du réchauf­fe­ment clai­ron­né. Rien de pro­phé­ti­que là-dedans, alors qu’il s’agit tout bon­ne­ment, si on ose dire, d’un effet direct de la main visi­ble du Mar­ché.

AFP du 8/3/10 :

«Paris accueille, lun­di 8 et mar­di 9 mars, une confé­ren­ce minis­té­riel­le, réunis­sant 65 pays, sur le thè­me de la « renais­san­ce » du nucléai­re civil dans le mon­de, et les moyens de s’assurer que les Etats qui par­tent de zéro en la matiè­re pour­ront se doter de cet­te sour­ce d’énergie dans les meilleu­res condi­tions de sûre­té.

« Le pré­si­dent Nico­las Sar­ko­zy a annon­cé la créa­tion d’un Ins­ti­tut inter­na­tio­nal de l’énergie nucléai­re regrou­pant les meilleurs ensei­gnants et cher­cheurs fran­çais, dans le cadre d’un réseau inter­na­tio­nal des­ti­né à for­mer des spé­cia­lis­tes du nucléai­re civil dans le mon­de. Cet ins­ti­tut fera par­tie d’un réseau inter­na­tio­nal de « cen­tres d’excellence » spé­cia­li­sés, dont le pre­mier sera mis en pla­ce en Jor­da­nie, a pré­ci­sé le pré­si­dent fran­çais lors de l’ouverture d’une confé­ren­ce inter­na­tio­na­le sur l’accès au nucléai­re civil.

« Quel­que soixan­te-cinq pays, dont une majo­ri­té d’émergents, sont conviés à Paris lun­di et mar­di dans le cadre de cet­te confé­ren­ce. En ligne de mire, un mar­ché très pro­met­teur de plu­sieurs cen­tai­nes de mil­liards d’euros. Cet­te confé­ren­ce inter­vient alors que la filiè­re fran­çai­se du nucléai­re (EDF, Are­va, GDF-Suez...) a subi un revers majeur en décem­bre en lais­sant échap­per un contrat de 20 mil­liards de dol­lars (14,6 mil­liards d’euros) pour la construc­tion de qua­tre réac­teurs aux Emi­rats ara­bes unis. »

Au fond, la ques­tion du nucléai­re relè­ve d’une équa­tion sim­plis­si­me : le pro­fit sans la pro­li­fé­ra­tion. Sauf qu’il s’agit d’une contra­dic­tion, aus­si inso­lu­ble que sa dis­si­mu­la­tion est éhon­tée. Com­ment pour­rait-on, par quel mira­cle? mul­ti­plier le nom­bre d’installations nucléai­res sans aug­men­ter le ris­que de dis­sé­mi­na­tion des pro­duits radio­ac­tifs hau­te­ment dan­ge­reux ? Par des règle­ments par­di ! répon­dent nos irres­pon­sa­bles poli­ti­ciens – notons qu’il s’agit là de l’exact pen­dant à la poli­ti­que inté­rieu­re sar­ko­zien­ne consis­tant à empi­ler des lois tou­jours plus coer­ci­ti­ves pour régler le… dérè­gle­ment de la socié­té – que ladi­te poli­ti­que ne ces­se d’aggraver. C’est tout conne­ment la poli­ti­que de Gri­bouille dou­blée de cel­le du sapeur Camem­ber, lequel étant pas­sé maî­tre dans l’art de creu­ser un trou pour en bou­cher un autre. Mais ici on ne joue plus dans le cocas­se. Sans crain­dre de paraî­tre pom­peux (sapeur), il ne s’agit rien de moins que de l’avenir de l’humanité.

Share Button