On n'est pas des moutons

En cas d’attentat par balles. Cinq consignes de sécurité

La crain­te du ridi­cu­le peut s’avérer  plus mor­tel­le, que le ridi­cu­le lui-même. Spé­cia­le­ment en pério­de de ris­ques d’attentats. Quand la vie est en dan­ger, un ges­te, une atti­tu­de peu­vent être sal­va­teurs. Il en va de même des ges­tes de secou­ris­me lors d’accidents. Ne pas crain­dre, par consé­quent, d’« en fai­re trop », ni d’être trai­té de « para­no ». Voi­ci quel­ques consi­gnes de sécu­ri­té bon­nes à connaî­tre – en sou­hai­tant qu’elles ne ser­vent jamais !

Par Gian Lau­rens*

AVANT

Consi­gne n°1 : CONSTATER

Il y a 4 niveaux de dan­ge­ro­si­té :

NIVEAU VERT ORANGE ROUGE NOIR
RISQUES AUCUN LEGERS à MOYENS MOYENS à ELEVES TRES ELEVES

Avant de se ren­dre dans un lieu quel­con­que, fai­re le constat luci­de du niveau de la dan­ge­ro­si­té qui le carac­té­ri­se, et de celui du par­cours pour y accé­der et en reve­nir. S’il s’agit d’un lieu nou­veau, se ren­sei­gner préa­la­ble­ment sur ces niveaux.

Actua­li­ser son infor­ma­tion sur ces niveaux, qui peu­vent varier du matin au soir, d’un jour à l’autre. L’attentat peut sur­ve­nir durant les niveaux oran­ge à noir.

Cet­te déter­mi­na­tion préa­la­ble condi­tion­ne des pré­pa­ra­tions spé­ci­fi­ques :

• niveau VERT : rien de par­ti­cu­lier.

• niveau ORANGE : lors des dépla­ce­ments jusqu’au lieu, ou depuis le lieu, être atten­tif à tout ce qui peut sem­bler bizar­re, et pour cela, pros­cri­re tout ce qui peut dis­trai­re l’attention (écou­teurs, musi­que, por­ta­ble mis en mode silen­cieux ou réunion) ; dans les trans­ports en com­mun, la lec­tu­re doit être régu­liè­re­ment sus­pen­due aux arrêts pour véri­fier qui des­cend et n’abandonne rien, et qui mon­te avec quoi : sur­veiller ses mains. S’éloigner de tou­te situa­tion bizar­re.

Pas de chaus­su­res à hauts talons lors des dépla­ce­ments.

• niveau ROUGE : vigi­lan­ce de tous les ins­tants, vision et ouïe jamais dis­trai­tes ; fai­re des pau­ses d’observation régu­liè­res en cours de rou­te ; por­ta­ble en mode avion.

Se fier à son intui­tion : ne pas hési­ter à des­cen­dre d’un bus ou d’un tram si on consi­dè­re que celui qui y mon­te est sus­pect (se foca­li­ser sur ses mains, qui annon­cent ses inten­tions). Evi­ter de sta­tion­ner en grou­pe aux abris bus ou aux pas­sa­ges pié­tons en atten­dant le vert.

Chaus­su­res de sport. Pan­ta­lons pour les fem­mes. Cou­leurs des vête­ments pas­se-par­tout.

Sacs, car­ta­bles, baga­ges allé­gés au maxi­mum. Port de la pla­que d’identification sur soi (nom, pré­nom, adres­se, nom et numé­ro de télé­pho­ne à pré­ve­nir, numé­ro sécu, grou­pe san­guin).

• niveau NOIR : vigi­lan­ce extrê­me, ne se dépla­cer (mains nues) que par abso­lue néces­si­té, en tenue la plus spor­ti­ve et la plus dis­crè­te pos­si­ble. À plu­sieurs, ne se dépla­cer qu’espacés. Por­ta­ble en mode avion. Pla­que d’identification en sau­toir.

De façon géné­ra­le, une fois ren­du dans le lieu, véri­fier que les accès sont conve­na­ble­ment sécu­ri­sés (sinon, repar­tir), recon­naî­tre les issues de secours et les che­mi­ne­ments y condui­sant, repé­rer les extinc­teurs et, s’il y en a, les maté­riels d’incendies (seau, hache, lan­ce, échel­le).

Enfin, il est très judi­cieux de pren­dre des cours de secou­ris­me, et si pos­si­ble de sur­vie urbai­ne.

PENDANT

Consi­gne n°2 : COURIR 

Agir ! L’action est anxio­ly­ti­que, l’inaction anxio­gè­ne. Dès le(s) premier(s) coup(s) de feu, ou y res­sem­blant, ne pas atten­dre que quelqu’un démar­re pour se met­tre à cou­rir en s’éloignant de la sour­ce sono­re, et en direc­tion de l’issue de secours la plus pro­che si on est dans le lieu : on s’y sera ins­tal­lé au meilleur endroit, loin de l’accès prin­ci­pal, près d’une issue de secours et sans obs­ta­cles (chai­ses, tables) sur le tra­jet y condui­sant, à la péri­phé­rie du grou­pe. Empla­ce­ment le moins éclai­ré pos­si­ble.

Il vaut mieux se ren­dre ridi­cu­le en fuyant un dan­ger fan­tas­mé que véri­fier, en étant tué pour n’avoir pas fui, que le dan­ger était bien réel.

Aban­don­ner sur pla­ce tout objet per­son­nel. Ne pas se retour­ner avant d’être en zone sécu­ri­sée.

Se pen­cher en avant pour dimi­nuer sa sur­fa­ce de cible. Cou­rir en zig­zag autant que pos­si­ble. Si on est seul et pour­sui­vi, ren­ver­ser der­riè­re soi tout obs­ta­cle impro­vi­sé (chai­se, pou­bel­le).

Dans la rue il peut être néces­sai­re de mar­quer un arrêt : s’abriter der­riè­re une pro­tec­tion très soli­de (mur ou voi­tu­re à hau­teur du moteur, entre l’arme et soi).

Si on est avec un enfant ou un être cher qui sem­ble sidé­ré, l’entraîner de for­ce sans par­ler ni crier.

S’il n’y a pas de pos­si­bi­li­té de fui­te, s’allonger, tête en direc­tion de la sour­ce des déto­na­tions. Si on doit fai­re le mort, gar­der les yeux ouverts et si on a été bles­sé, se badi­geon­ner le cou et le visa­ge de sang.

Arri­vé en lieu sûr, appe­ler la poli­ce (17 ou 112), puis le SAMU (15) et les pom­piers (18).

Consi­gne n°3  : SE CACHER

Si on n’a pas pu fuir, il faut se sous­trai­re à la vue du (des) tireur(s). Sous une table, ou der­riè­re une table ren­ver­sée, à défaut de mieux. Der­riè­re un comp­toir, dans un pla­card : il fau­dra fai­re silen­ce abso­lu, ne pas bou­ger et pen­ser pou­voir res­ter là des heu­res (il n’est donc pas dégra­dant de se pis­ser des­sus à défaut d’autre pos­si­bi­li­té). Si on est avec quelqu’un qui pani­que et gémit, voi­re com­men­ce à crier, le bâillon­ner d’autorité.

Si on a pu accé­der à un local qui fer­me avec une por­te, ver­rouiller cet­te der­niè­re autant que pos­si­ble (la caler avec un petit objet en sus de la fer­me­tu­re par la ser­ru­re), et dis­po­ser autant de meu­bles contre elle pour la bar­ri­ca­der. Ne pas sta­tion­ner der­riè­re la por­te. Etein­dre la lumiè­re et fai­re silen­ce abso­lu.

Si quelqu’un der­riè­re la por­te dit être de la poli­ce, res­ter silen­cieux mais ques­tion­ner par sms une connais­san­ce en zone sécu­ri­sée, ou appe­ler très dis­crè­te­ment le 17 pour vous infor­mer ; à défaut, se bran­cher sur une radio pour avoir des nou­vel­les (assaut don­né et ter­mi­né). Sor­tir alors en met­tant ses mains bien en évi­den­ce, sans tenir quel­que objet que ce soit. Signa­ler s’il y a d’autres per­son­nes après soi.

Consi­gne n°4 :  COMBATTRE

Option ulti­me, quand ni fuir ni se cacher sont pos­si­ble. Pas de corps-à-corps héroï­que, à moins d’être super-entraî­né et de béné­fi­cier d’une chan­ce extra­or­di­nai­re com­me dans le cas du Tha­lys.

Il n’y a qu’une fenê­tre d’intervention pos­si­ble, c’est quand le tireur rechar­ge, mais on ne dis­po­se que de quel­ques secon­des : on peut alors fon­cer des­sus et lui fra­cas­ser le crâ­ne avec un extinc­teur ou une hache d’incendie s’il n’est pas trop loin, ou le char­ger avec une échel­le si on contre-atta­que à plu­sieurs. Sinon, l’arroser à la lan­ce d’incendie en visant son visa­ge. Entraî­ner avec soi pour un tel assaut s’énonce clai­re­ment et for­te­ment : « Ensem­ble ! On y va ! ».

Si on est très près, cre­ver un œil (puis l’autre) avec un sty­lo, une clef (voi­re les pou­ces).

APRÈS

Consi­gne n°5 : CICATRISER

Avoir sur­vé­cu à un atten­tat est un trau­ma­tis­me majeur. Il est impé­ra­tif d’en pré­ve­nir le contre­coup qui est le SSPT (syn­dro­me de stress post trau­ma­ti­que). Il est impos­si­ble de se soi­gner tout seul, il faut recou­rir à des aides spé­cia­li­sées, et com­men­cer, dans l’immédiate sui­te de l’attentat, pour un décho­qua­ge ver­bal autant que cor­po­rel-émo­tion­nel. Puis on doit s’appliquer à sui­vre une pri­se en char­ge psy­cho­lo­gi­que consé­quen­te.

Sinon, au plan per­son­nel, il est tout aus­si essen­tiel de culti­ver ses rela­tions, de repren­dre ses acti­vi­tés nor­ma­les et en entre­pren­dre de nou­vel­les, de fai­re le tri entre ses amis pour en éli­mi­ner les faux, et fuir tou­tes per­son­nes toxi­ques. L’événement est une occa­sion extra­or­di­nai­re de refai­re sa vie sur un mode qui en éli­mi­ne tous les aspects néga­tifs, et le sta­tut de sur­vi­vant en don­ne plei­ne­ment le droit.

  • Gian Lau­rens, chi­mis­te spé­cia­lis­te explo­sifs, inter­ve­nant (ges­tion de la vio­len­ce) en hôpi­tal psy­chia­tri­que. Novem­bre 2015. Repro­duc­tion libre.
Share Button

Attentats de Paris. Que de morts, que de drames !

Même encore incomplète, qu'elle semble interminable, la liste des victimes des attentats de ce vendredi noir ! Que de drames soudain surgis dans les familles, chez les proches !… Et que de souffrances sous les blessures, les mutilations ! Fallait-il y ajouter l'outrage infligé, hier à l'Assemblée nationale, par les politicards et leurs gesticulations imbéciles, indécentes, outrageantes, atterrantes ? Cette liste des morts de vendredi ne peut que leur faire honte. Une honte qui ne consolera de rien, ni des peines, ni des douleurs.

attentats-Paris

Marseille , lundi midi. [Ph. gp]

Guillaume Barreau Decherf, 43 ans, était journaliste aux Inrocks. Passionné de Hard Rock, il était diplômé de l'école de journalisme ESJ Lille. Il avait débuté à Libération et travaillé pour le magazineRolling Stone. Il avait récemment écrit au sujet du nouvel album du groupe Eagles of Death Metal, qui se produisait au Bataclan le soir du massacre.. Père de deux filles, il est né à Bar-le-Duc (Meuse) et a grandi dans l'Essonne, comme le rapporte l'Est Républicain. Ses confrères et anciens camarades de l'Ecole de journalisme ESJ de Lille se souviennent de sa douceur sous une allure de «métalleux», de sa passion pour la musique et de son sens de la formule qui faisait souvent mouche. Il a perdu la vie au Bataclan.

Macathéo Ludovic Boumbas, 40 ans, dit «Ludo», 40 ans, est mort à La Belle Equipe, bistrot du XIe arrondissement où il fêtait l'anniversaire d'une amie. «Il a voulu protéger une amie, Chloé, en se mettant sur elle. Il s'est pris une rafale», a dit son frère à l'AFP. D'origine congolaise, Ludo était ingénieur chez le transporteur FedEx.

Alban Denuit, 32 ans, originaire du Lot-et-Garonne, à Marmande, ce plasticien était exposé à la galerie bordelaise Eponyme. Diplômé de l'École nationale des Beaux-Arts de Paris, il enseignait à l'université Bordeaux 3. Selon Sud Ouest, il avait obtenu l'été dernier son doctorat d'arts plastiques avec félicitations du jury. Il est décédé au Bataclan.

Romain Didier, 32 ans, était originaire du Berry. Il vivait non loin du lieu du drame, comme le rapporte le Journal du Centre. A Paris, il avait suivi des cours d'art dramatique à l'école Jean Périmony et avait occupé entre 2009 et 2013 le poste de manager du Little Temple Bar, un bar du VIe arrondissement de Paris. Il a été tué rue de Charonne, dans le XIe arrondissement de Paris, alors qu'il était avec son amie, Lamia Mondeguer, elle aussi décédée.

Lamia Mondeguer, 30 ans, a été tuée rue de Charonne alors qu'elle se trouvait avec son compagnon, Romain Didier. La jeune femme, diplômée de l'université Paris VII et de l'Ecole supérieure d'études cinématographiques travaillait pour l'agence artistique Noma Talents.

Cédric Mauduit, 41 ans, était originaire de Lion-sur-Mer (Calvados). Il travaillait au Conseil départemental du Calvados, où il était directeur de la Modernisation du département, comme le rapporte le site internet du département. Il assistait au concert avec 5 amis, dont une autre victime, David Perchirin. Son frère a lancé un appel sur les réseaux sociaux pour faire venir les Rolling Stones ou David Bowie, des artistes qu'il admirait, à son enterrement.

Romain Feuillade, 31 ans, était sur la terrasse de La Belle équipe lorsqu'il est tombé sous les balles des assaillants. Le jeune homme, marié, était originaire de Gilly-sur-Isère (Savoie) et s'était installé à Paris pour devenir comédien. Il tenait un restaurant dans le XIe arrondissement, Les Cent kilos, avec un associé. «C'était un garçon d'une profonde gentillesse, doté d'un puissant sens de l'humour. Souriant, généreux, humble, bienveillant. Un exemple d'homme, le meilleur. Un ami dévoué», a témoigné l'un de ses amis dans Libération

Véronique Geoffroy de Bourgies, 54 ans, était une ex-mannequin et ancienne journaliste duFigaro Madame et Vogue Homme. Elle avait fondé jemesensbien.fr, un blog sur lequel elle postait quotidiennement des billets “bonne humeur”. Elle avait adopté il y a deux ans une petite fille, Mélissa et un petit garçon, Diego. Amoureuse de Madagascar, elle y avait créé en 2004 une association, Zazakely Sambatra (“enfants heureux”) . Elle a été abattue à la terrasse de La Belle équipe. Son mari, photographe, était en déplacement à Shanghaï pendant les attentats.

Mathieu Hoche, 38 ans, était technicien cadreur pour la chaîne France 24. “Il était jeune, il avait un enfant de 6 ans”, a twitté sa collègue Roselyne Febvre sur Twitter. «Un garçon adorable, discret, bosseur, professionnel», évoque le directeur de la chaîne Marc Saikali.

Thomas Ayad, 34 ans, originaire d'Amiens, était producteur pour la maison de disque Mercury Records, un label qui dépend du groupe Universal et s'occupait notamment du marketing d'Eagles of Death Metal. Tué au Bataclan, il assistait au concert avec deux collègues. Lucian Grainge, PDG d'Universal Music Group, a rendu hommage à Thomas Ayad dans une lettre publiée par le Los Angeles Times. Passionné de hockey sur gazon, son ancien club a organisé un rassemblement d'hommage dimanche. «Il est mort presque tout de suite, au Bataclan, alors qu'il était en train de parler avec un garçon de Nous Productions (le tourneur du concert, ndlr), qui lui a été blessé. (...) Franc, honnête, c'était un ami fidèle, on pouvait compter sur lui», a raconté à Libération l'un de ses amis.

Marie Mosser, 24 ans, originaire de Nancy et ancienne employée de la maison de disque Mercury Records, elle collaborait avec le site internet Celebrities in Paris, qui a confirmé son décès. Cette spécialiste en Communication et marketing digital est l'une des victime de l'attentat du Bataclan.

Quentin Boulenger, 29 ans, était originaire de Reims et habitait dans le 17e arrondissement de Paris, selon l'Union. Il est décédé au Bataclan. Diplômé de l'école de commerce Audiencia de Nantes (Loire-Atlantique), ce jeune marié s'était installé dans le XVIIe arrondissement de Paris et travaillait comme responsable digital international au sein du groupe de cosmétiques L'Oréal.

Valentin Ribet, 26 ans, était avocat d'affaires au barreau de Paris depuis l'année dernière. Il travaillait au cabinet Hogan Lovells, qui a confirmé sa disparition. Le jeune homme avait étudié à London School of Economics, après avoir obtenu son diplôme à la Sorbonne. Il est décédé au Bataclan, où il était avec son amie Eva, blessée, opérée et dont les jours ne sont plus en danger.

Djamila Houd, 41 ans, et originaire de Dreux, a été tuée sur la terrasse de La Belle Équipe, rue de Charonne. Fille de Harkis, issue «d'une des grandes familles drouaises», comme le rapporte l'Écho Républicain, Propriétaire de la brasserie parisienne le Café des anges, à Bastille, Djamila Houd vivait à Paris.

Fabrice Dubois, 46 ans, marié et père de deux enfants âgés de 11 et 13 ans, était rédacteur concepteur chez Publicis Conseil. Il habitait à Médan, dans les Yvelines. Il est décédé au Bataclan. Sa sœur a confirmé sa mort à Paris Match.

François-Xavier Prévost, 29 ans, originaire de Lambersart, dans le Nord-Pas-de-Calais, était passionné de tennis. Il travaillait dans la publicité à Lille, comme le rapporte l'AFP. Selon La Voix du Nord, il assistait au concert du Bataclan avec deux amis. «We miss you FX», une page Facebook dédiée au jeune homme a été créée par ses proches. «L'amour de ma vie, à jamais», a écrit sa compagne sur la page Facebook créée pour lui rendre hommage.

Mathias Dymarski, 22 ans et Marie Lausch, 23 ans, sont tous les deux décédés lors de l'attentat du Bataclan. Ces Mosellans étaient ensemble depuis 5 ans, et avaient emménagé en septembre dernier dans un appartement parisien, selon Le Républicain Lorrain. La jeune femme, diplômée de l'école de commerce de Reims, venait de terminer une mission pour un groupe de cosmétiques. Mathias, ingénieur travaux, allait fêter ses 23 ans le 6 décembre prochain.

Pierre Innocenti, 40 ans, que tout le monde appelait “Pierro”, avait repris le restaurant italien familial Livio, une institution à Neuilly-sur-Seine. Il avait posté sur sa page Facebook, quelques minutes avant le début du concert, une photo de l'affiche du groupe de rock. «Pierre était un énorme bosseur, mais c'était aussi un bon vivant, il aimait faire la fête. C'était aussi un homme de valeurs», raconte Arash Derambarsh, un ami de Pierre Innocenti et élu de Courbevoie.

Stéphane Albertini, cousin de Pierre Innocenti, était le copropriétaire du restaurant Livio.

Matthieu Giroud, 39 ans, était originaire de Jarrie, dans la région de Grenoble. Géographe, spécialiste de la gentrification, il était maître de conférence à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand entre 2008 et 2012, avant de rejoindre le CNRS et l'Université Paris Est Marne la Vallée. Il était le père d'un petit garçon de 3 ans et sa compagne, Aurélie, est enceinte d'une petite fille. Qualifié par un membre de sa famille d' «impitoyablement pacifiste», Matthieu Giroud «aimait le rock, le whisky japonais, le foot, les BD et regarder des séries avec son Aurélie. Plus que tout il aimait ses amis - nombreux. Ses amis de Jarrie et ses amis de Paris. Ses amis vivant en province et ses amis vivant à l'étranger», a écrit sur Facebook Fabienne Silvestre-Bertoncini, sa belle soeur. Matthieu Giroud est décédé au Bataclan.

Aurélie de Peretti, 33 ans, infographiste de formation, reconvertie dans la restauration, était originaire de Saint-Tropez. Elle était venue à Paris avec son amie Élodie Pierrat pour assister au concert du Bataclan, où elle est décédée. Élodie Pierrat demeure en soins intensifs.

Quentin Mourier, 29 ans, tué au Bataclan, était architecte aux Vergers Urbains. Il est décrit comme quelqu'un «plein de ressources, d'énergie, d'initiatives, d'engagement» sur le site internet de cette association qui milite pour la végétalisation. Il habitait dans la capitale mais était originaire de Rouffach (Haut-Rhin), selon les Dernières Nouvelles d'Alsace. Il avait étudié à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Versailles.

Élodie Breuil, 23 ans, était étudiante en design à l'école de Condé, dans le XVème arrondissement de la capitale. Elle est décédée au Bataclan alors qu'elle assistait au concert avec un groupe d'amis. Elle avait participé à la marche de la République en janvier dernier, avec sa mère. «Tout ce que vous pouvez faire, c'est informer le monde entier de ces horribles choses que nous nous infligeons les uns aux autres», a déclaré son frère Alexis à un journaliste de Time, alors qu'on venait de lui confirmer le décès de la jeune fille aux yeux bleus.

Fanny Minot, 29 ans, était monteuse pour Le Supplément de Canal +. «Une fan de rock», selon l'une de ses collègues contactée par l'AFP.

Nicolas Classeau, 40 ans, était le directeur de l'IUT Marne la vallée. Il assistait au concert avec sa compagne, toujours hospitalisée. Guitariste amateur, le quadragénaire vivait à Bagnolet (Seine-Saint-Denis) avec ses trois enfants, de 15, 11 et 6 ans.

Nick Alexander, 36 ans, britannique de Colchester, vendait des produits à l'effigie du groupe Eagles of Death Metal lorsqu'il a été tué au Bataclan. «Nick est mort en faisant le travail qu'il aimait et nous sommes réconfortés de voir à quel point il était aimé par ses amis à travers le monde», a écrit sa famille dans un communiqué. «Dors bien, mon doux prince, Nick Alexander... #fuckterrorism #iwillalwaysloveyou #Bataclan», a publié sur Twitter sa compagne Polina Buckley, avec une photo d'eux deux.

Halima Ben Khalifa Saadi, 35 ans, était originaire de Menzel Bourguiba (Tunisie), près de Bizerte. Cette jeune femme à la crinière de lionne était mariée à un Sénégalais, Adama Ndiaye, et vivait à Dakar. Sa famille est installée au Creusot (Saône-et-Loire), où son père est arrivé en 1970 pour travailler dans le bâtiment. Mère de deux jeunes garçons, elle était à Paris, au restaurant «La Belle équipe», pour fêter l'anniversaire d'une amie.

Hodda Ben Khalifa Saadi, 34 ans, était à Paris avec sa sœur aînée Halima pour fêter un anniversaire.

Maxime Bouffard, 26 ans, originaire du Coux (Dordogne), est mort au Bataclan. Titulaire d'un BTS en audiovisuel à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), il habitait depuis quatre ans à Paris, où il réalisait des clips vidéo -récemment pour le groupe Le Dernier Métro - et des films publicitaires. «C'était un amateur de rugby, de vin et de bonne bouffe. C'était un pilier dans sa famille et dans son groupe d'amis», a raconté un ami à l'AFP. Fan de rock, il avait partagé sur son profil Facebook en juillet une critique élogieuse du nouvel album d'Eagles Of Death Metal.

Nicolas Catinat, 37 ans, a été tué au Bataclan, alors qu'il se trouvait dans la fosse. Habitant à Domont, dans le Val-d'Oise, il a cherché à protéger ses amis en se plaçant en bouclier humain.

Précilia Correia, 35 ans, Portugaise, était employée par la maison de disques Mercury Music. Elle est morte au Bataclan. «Pour ceux qui se rappellent de moi après le primaire, j'aimais plus faire mes devoirs cela ne m'a pas empêcher de rester à l'école jusqu'à plus de 25 ans...», raconte sur son profil Copains d'Avant cette jeune femme brune qui a étudié les langues étrangères et la photographie.

Asta Diakite, cousine du joueur de l'équipe de France de football Lassana Diarra, qui était en train de jouer sur la pelouse du Stade de France lorsque les explosions ont eu lieu. La jeune femme, décrite comme une musulmane pratiquante, est morte dans la fusillade de la rue Bichat, où elle était sortie faire des courses. «Elle a donné sa vie pour sauver celle de son neveu qui était avec elle», a écrit sur Facebook sa cousine. «Elle a été pour moi un repère, un soutien, une grande soeur», a témoigné le joueur de l'OM dans un message posté sur les réseaux sociaux.

Manuel Colaco Dias, 63 ans, un Portugais fan de foot qui vivait depuis 45 ans à Paris, a péri alors qu'il se trouvait à l'extérieur du Stade de France.

Elsa Delplace, 35 ans, était venue au concert des Eagles of Death Metal avec sa mère et son fils de 5 ans, qui les aurait vu mourir mais qui a survécu. La jeune femme était formatrice dans un centre de formation d'apprentis parisien. La grand-mère, Patricia San Martin, 61 ans, était fonctionnaire à la mairie de Sevran et nièce d'un ambassadeur chilien.

Elif Dogan, 26 ans, Belge d'origine turque, travaillait dans une société d'informatique en Belgique. Installée à Paris depuis quatre mois, tout près du Bataclan, elle est décédée dans la salle de spectacles sous les balles des terroristes, comme son compagnon Milko Jozic. «On se disait que notre fille vivait dans un endroit sûr. On craignait des actions en Turquie et c'est dans une des plus grandes métropoles du monde qu'on l'a perdue», a déploré son père Kemal Dogan, retourné vivre en Turquie il y a quelques mois.

Romain Dunet, 25 ans, un grand fan de musique, de ukulele et de chant, est mort au Bataclan. Enseignant d'anglais dans un ensemble scolaire parisien, il était également membre d'un groupe de musique. Ses proches ont ouvert une page d'hommage sur Facebook, «pour témoigner de son intelligence et de sa gentillesse, de son engagement dans ses passions et de son dévouement pour ses élèves».

Thomas Duperron, 30 ans, un Parisien originaire d'Alençon s'occupait de la communication de la salle de concert parisienne La Maroquinerie. Spectateur du Bataclan, il est mort dimanche à l'hôpital de Percy-Clamart où il avait été transporté. «Nos pensées vont à sa famille, à ses proches ainsi qu'aux équipes de La Maroquinerie», a posté sur son site internet l'Ecole d'art et de culture (EAC), dont il était sorti diplômé en 2010.

Gregory Fosse, 28 ans, habitant de Gambais (Yvelines). Grégory était programmateur musical pour la chaîne D17. Un hommage lui sera rendu lundi, à l'initiative du conseil municipal de la commune de Gambais.

Juan Alberto Gonzàles Garrido, 29 ans, ingénieur espagnol , travaillait pour EDF. Originaire de Grenade, en Andalousie, il vivait à Paris avec son épouse Angelina Reina, 33 ans. Présente à ses côtés au Bataclan vendredi soir, cette dernière a vu son époux tomber au sol avant de perdre sa trace, selon le quotidien El Pais.

Cédric Gomet, 30 ans, originaire de Foucherans dans le Jura et résidant à Paris, travaillait pour TVMonde. Il se trouvait au Bataclan avec l'un de ses amis, Cédric, lui-même blessé par balles à la jambe au cours de l'assaut.

Nohemi Gonzalez, 23 ans, de nationalité mexicaine et américaine, se trouvait à la terrasse du Petit Cambodge en compagnie d'une amie. Étudiante en troisième année à l'université d'État de Long Beach en Californie, elle se trouvait à Paris dans le cadre d'un semestre d'échange universitaire à l'école de design Strate de Sèvres. Décrite par son petit ami comme «la plus douce des jeunes femmes», elle devait rentrer aux États-Unis le mois prochain.

Raphael H, 28 ans, est né à Garmisch-Partenkirchen en Bavière. Architecte, il avait été embauché dans le cabinet de Renzo Piano à Paris. Vendredi soir, il était allé dîner au Petit Cambodge avec deux collègues, un Irlandais et un Mexicain. Ils ont aussi été blessés lors de l'attaque.

Thierry Hardouin, 36 ans, sous-brigadier au dépôt de Bobigny, devait passer la soirée à Paris au restaurant la Belle Équipe, rue de Charonne, pour célébrer l'anniversaire de sa compagne. «Bon vivant», «homme joyeux et professionnel», «Thierry avait affaire au quotidien à des gens dangereux. On savait qu'il fallait toujours rester sur le qui-vive» confie un de ses proches au quotidien Le Parisien. Thierry Hardouin était père de deux enfants.

Pierre-Antoine Henry, 36 ans, ingénieur de profession, était originaire de la région parisienne, comme le rapporte Ouest France. Il travaillait dans les systèmes de communication. Pierre-Antoine est décédé dans la salle du Bataclan. «Le premier mot qui me vient à l'esprit quand je pense pense à lui, c'est sa gentillesse», a inidiqué à l'AFP l'un de ses proches.

Marion Lieffrig-Petard, était étudiante en 1e année du master franco-italien de musicologie de la Sorbonne. Musicienne, passionnée par les voyages musicaux en Méditerranée, elle venait de rentrer d'une année d'Erasmus à Barcelone et s'apprêtait à effectuer sa deuxième année de Master à Palerme. Elle fait partie des victimes. Barthélémy Jobert, Président de Paris-Sorbonne lui a rendu hommage.

Anna Lieffrig-Petard, 27 ans, graphiste. Elle a été tuée alors qu'elle dînait à la terrasse du Petit Cambodge avec sa soeur Marion, décédée également, a indiqué à l'AFP le maire de Chailles (Loir-et-Cher), Yves Crosnier-Courtin, où leurs parents tiennent une boucherie. «Elle était venue retrouver sa soeur ce week-end-là et elles avaient envoyé un message à leurs parents pour leur dire que la vie était belle, qu'elles étaient contentes de se retrouver».

Suzon Garrigues, 21 ans, était étudiante en troisième année de Licence de lettres modernes appliquées à la Sorbonne, a elle aussi disparu au Bataclan. Barthélémy Jobert, Président de Paris-Sorbonne lui a également rendu hommage: «Elle laisse à ses camarades le souvenir de la plus généreuse, la plus altruiste, la plus drôle des amies, et aussi d'une inconditionnelle et fidèle admiratrice de Zola».

Mohamed Amine Ibnolmobarak, Marocain, 28 ans, architecte encadrant à l'Ecole nationale supérieure d'architecture Paris-Malaquais, ce passionné de natation était «engagé, intellectuel, créatif», selon l'un de ses anciens professeurs interrogé par Libération. Il a été tué alors qu'il se trouvait au bar Le Carillon avec sa femme, qu'il avait épousée cet été. Cette dernière, gravement blessée, «a subi trois opérations chirurgicales» mais «ses jours ne seraient plus en danger», a confié un proche à l'AFP.

Milko Jozik, 47 ans, de nationalité belge. Cet ingénieur souriant, père d'une jeune femme de 22 ans, habitait avec sa nouvelle compagne Elif Dogan, également de nationalité belge, elle aussi décédée, dans la rue du Bataclan où ils s'étaient installés il y a quatre mois. «Je me dis simplement que le monde est complètement pourri. C'est surtout pour ma fille que c'est dur, on se sent paumées», a confié son ex-épouse au quotidien belge La Dernière Heure.

Hyacinthe Koma, 37 ans, serveur au restaurant Les Chics Types, dans le 19e arrondissement, il participait à une soirée d'anniversaire au restaurant La Belle Équipe rue de Charonne. «Il avait beaucoup d'amis», selon sa petite sœur Amy. L'un d'entre eux a lancé une cagnotte sur le site Leetchi pour aider sa famille à financer les obsèques.

Guillaume Le Dramp, 33 ans, figure du quartier, buvait un verre en terrasse au bar La Belle Equipe quand il a été tué. Originaire de Cherbourg, il avait fait ses études à Caen avant d'aller à Parme (Italie) puis à Paris, où il travaillait dans un restaurant derrière la place des Vosges. Décrit comme «charmeur, chaleureux, un vrai gentil, avec un humour dévastateur» par l'un de ses proches à l'AFP, il était tenté de retourner vivre en Italie et préparait le concours de professeur des écoles.

Christophe Lellouche, 33 ans, tué au Bataclan. Il était supporter de l'OM, guitariste et compositeur du groupe Oliver et fan de Metallica, selon un de ses amis interrogé par Libération.

Yannick Minvielle, 39 ans, travaillait dans la publicité et chantait dans un groupe de rock. Il est mort au Bataclan.

Justine Moulin, 20 ans, une parisienne originaire d'Asnières (Hauts-de-Seine), était étudiante en Master à SKEMA Business School, qui lui a rendu hommage sur son site internet.

Victor Muñoz, 25 ans, est mort à La Belle Équipe, rue de Charonne. Il était le fils d'un élu du XIe arrondissement. Il venait d'être diplômé de l'ESG Management School, une école supérieure de commerce à Paris.

Bertrand Navarret, 37 ans. Selon la Dépêche du midi, il avait grandi à Tarbes, où son père est notaire, et vivait à Capbreton, sur la côte landaise. Il était parti à Paris pour passer quelques jours dans la capitale et assister au concert au Bataclan.

David Perchirin. Après avoir été journaliste, il était devenu récemment professeur des écoles et enseignait depuis septembre 2014 en Seine-Saint-Denis. Ce quarantenaire est mort au Bataclan aux côtés de son ami Cédric Mauduit, rencontré à Sciences Po Rennes. «Bons vivants, débordants d'énergie, enthousiastes indéfectibles, le ciment de leur amitié a toujours été leur passion du rock'n roll», selon l'hommage rendu par l'association des anciens élèves de l'établissement.

Manu Perez, âgé d'une trentaine d'années, directeur artistique chez Polydor. Ce père de famille a posté sur Facebook quelques minutes avant sa mort une vidéo prise dans la fosse du Bataclan, intitulée «Il y a ceux qui y sont et qui ne sont pas». Sa mémoire a été saluée sur Twitter par plusieurs artistes dont il s'était occupé.

Caroline Prenat, 24 ans,originaire de Lyon, était graphiste. Elle était diplômée de l'École de Condé de Nancy et avait étudié à l'École d'arts appliqués de Bellecour, selon Lyon Capitale. Elle est décédée lors de la tuerie du Bataclan.

Armelle Pumir-Anticevic, 46 ans, est morte au Bataclan, où elle se trouvait avec son mari, Joseph. «Armelle m'a dit: «Viens, on court». On n'était pas loin de la porte de sortie. Armelle était derrière moi, on a foncé. Elle est tombée. J'ai cru qu'elle avait trébuché sur un cadavre. Je l'ai ramassée, je la portais. Mais en arrivant près de la porte, un flic m'a tiré par le bras, j'ai dû la lâcher. Putain. Je n'ai jamais revu Armelle», avait-il raconté dimanche à Libération. Chef de fabrication, mère de famille, cette Parisienne était aussi attachée aux Pyrénées-Orientales, où elle possédait une maison.

Matthieu de Rorthais, 32 ans, est mort dans l'attaque du Bataclan. Son père et sa soeur lui ont rendu hommage sur Facebook, cette dernière saluant la mémoire de son grand frère, «la plus belle étoile du ciel».

Raphaël Ruiz, 37 ans, mort au Bataclan. Il était «passionné de musique, de cinéma, de BD et de tant d'autres choses» selon l'association des anciens de Sciences Po Grenoble. «C'était un ami hors pair, un homme attachant et passionnant, et un grand éclat de rire avec les enfants». Il travaillait depuis 10 ans chez Ubiqus, où il était «unanimement apprécié pour son professionnalisme, son dévouement et son immense gentillesse».

Madeleine Sadin, 30 ans,qui vivait à Paris, est morte au Bataclan. Décrite comme «vivante, aimante et curieuse» par ses proches à l'AFP, elle était professeur de Français dans un collège de l'Essonne. Son cousin, Simon Casteran, journaliste toulousain, a publié, sur son bloglessermonsdulundi.com, une lettre adressée à Daech et titrée «Oui, je suis un pervers et un idolâtre».

Kheireddine Sahbi, 29 ans, surnommé «Didine», ce violoniste de nationalité algérienne rentrait chez lui vendredi après une soirée avec des amis lorsqu'il a été tué. Après des études de sciences, il s'était tourné vers la musique et étudiait depuis un an à Paris. Il était étudiant en master d'ethnomusicologie à la Sorbonne. Barthélémy Jobert, Président de Paris-Sorbonne, lui a rendu hommage. «Il habitait un quartier périphérique d'Alger, où la situation était très tendue» et «avait survécu à dix ans de terrorisme», à témoigné à l'AFP un de ses cousins. Son corps devrait être rapatrié en Algérie.

Lola Salines, 29 ans, était éditrice chez Gründ, chargé des ouvrages Jeunesse. Cette passionnée de rock et de metal a notamment édité l'Encyclo des Filles, paru en 2013, un manuel de référence pour les adolescentes. Passionnée de roller derby, la jeune femme faisait partie du club la Boucherie de Paris, l'équipe de la capitale. Elle portait sur les pistes le nom de «Josie Ozzbourne». Son père, Georges, l'a cherchée toute la nuit de vendredi à samedi, pour finalement annoncer son décès samedi matin, sur Twitter.

Hugo Sarrade, 23 ans, débutait son week end à Paris par ce concert au Bataclan, avant de rejoindre son père en région parisienne. Étudiant en intelligence artificielle à Montpellier, Hugo était persuadé que «l'obscurantisme est notre pire ennemi», selon son père, interrogé par le quotidienMidi Libre.

Valeria Solesin, 28 ans, est morte au Bataclan, après avoir été prise en otage avec son fiancé et deux proches. Cette Italienne originaire de Venise, doctorante en démographie, vivait depuis quatre ans à Paris. «Elle nous manquera et je pense, au vu de son parcours, qu'elle manquera aussi à l'Italie», a déclaré sa mère aux médias italiens. «Elle était le visage souriant et le cerveau brillant de la jeune communauté italienne à Paris», a témoigné un proche à l'AFP.

Ariane Theiller, 24 ans, était au Bataclan avec des amis lorsqu'elle a été abattue. Originaire du Nord, elle s'était installée à Paris. Après des études de Lettres à Orléans et à Strasbourg, elle avait effectué un stage chez Urban Comics. Elle était assistante de rédaction chez Rustica depuis le mois de juin dernier. Ses collègues lui ont rendu hommage sur Facebook: «Pour sa discrétion, sa douceur sans mièvrerie et la gentillesse naturelle qui émanait d'elle, nous l'avions tout de suite adoptée, comme une des nôtres, une enfant de notre clan. Chère Ariane, au minois candide, tu avais aménagé ton bureau pour regarder en face les autres et l'avenir qui pour toi s'annonçait radieux. Mais le livre que tu rêvais d'écrire s'est refermé trop vite».

Éric Thomé, photographe et graphiste parisien, âgé d'une quarantaine d'années, passionné de musique, est mort au Bataclan.

Luis Felipe Zschoche Valle, 33 ans, Chilien, habitait depuis huit ans avec sa femme à Paris, où il travaillait comme musicien, selon les autorités chiliennes.

Olivier Vernadal, 44 ans, natif du Puy-de-Dôme, était contrôleur des impôts à Paris. Il vivait à deux pas de la salle de concert du Bataclan, a confié son père au quotidien La Montagne. Il est l'une des victimes de la tuerie du Bataclan.

Ciprian Calciu, 31 ans et Lacramioara Pop, 29 ans, un couple de Roumains et parents d'un enfant âgé de 18 mois. Ils ont tous les deux été tués au cours de la tuerie du bar La Belle Équipe, selon Reuters.

Michelli Gil Jaimez, 27 ans, Mexicaine originaire de la ville de Veracruz, elle résidait à Paris, selonEl Pais. La jeune femme, qui s'était fiancée le 26 octobre avec son petit ami, étudiait sur le campus parisien de l'EM Lyon. Elle est l'une des victimes de la fusillade du bar La Belle Équipe. «Je t'aime mon amour. Repose en paix», a publié sur Facebook son compagnon italien, Filo. La famille de Michelli est arrivée à Paris afin de s'occuper du rapatriement de sa dépouille. «Michelli était une jeune fille charmante, c'était une jeune fille très heureuse, sociable, travailleuse et douée», a confié son cousin Félix José Gil Herrera aux médias mexicains.

Maud Serrault, 37 ans, ancienne étudiante du Celsa à Neuilly-sur-Seine, était directrice du Marketing et du e-commerce de la chaîne hôtelière Best Western France depuis près de trois ans. Elle s'était mariée récemment, comme l'a confié sa cousine Caroline Pallut à Reuters. Elle est décédée au cours de la tuerie du Bataclan.

Sébastien Proisy, 38 ans, né à Valenciennes (Nord), habitait à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, auprès de sa maman. Ce Franco Bulgare était «un étudiant brillant, boursier, plein de mérite et passionné de géopolitique», raconte Viviane, l'une de ses meilleures amies, rencontrée sur les bancs de l'université Panthéon-Assas. «Il avait un sens de l'humour de malade mental». Après avoir travaillé à la Commission européenne, Sébastien Proisy a créé sa propre start up, «qui marchait bien». Il dînait au Petit Cambodge, avec un collègue et un client, au moment de la fusillade. L'un d'entre eux a également été blessé lors de l'attaque.

Nathalie Jardin, 31 ans, originaire de Marcq-en-Barœul, et régisseuse lumière au Bataclan depuis 2011, travaillait vendredi 13 novembre dernier à la salle de concert. Elle était chargée d'accueillir les membres du groupe californien Eagles of Death Metal, selon La Voix du Nord. Son père, Patrick Jardin, était sans nouvelle de sa fille depuis vendredi et avait interpellé le Premier ministre Manuel Valls, lorsque celui-ci a salué les forces de police Gare du Nord, dimanche 15 novembre dernier, à Paris. Le décès de la jeune femme a été confirmé dimanche 15 novembre, deux jours après l'attentat.

Richard Rammant, 53 ans, originaire du Lot, mais résidant à Paris, il était le père de deux filles. Ce passionné de musique et de moto était bénévole au Cahors Blues Festival, comme le rapporte La Dépêche. Il assistait au concert du Bataclan avec sa femme, Marie Do, blessée aux jambes, mais qui a survécu. Son club de bikers prône «le respect, la fraternité et la solidarité comme un mode de vie», selon son site internet.

Lucie Dietrich, une graphiste, diplômée en 2013 de l'école multimédia IESA, à Paris, a été tuée au cours de la fusillade de la rue de la Fontaine au Roi. La jeune femme habitait à une rue du lieu du drame, a écrit sur Instagram Emmanuel Dietrich, son grand frère, en commentaire d'une photo de famille. En mémoire de sa sœur cadette, il a créé une montre, reproduite 13 fois, pour chacun des membres de la famille Dietrich. Marc-François Mignot-Mahon, le président de Studialis, un réseau d'écoles auquel appartient l'IESA, lui a rendu hommage dans un communiqué.

Thibault Rousse Lacordaire, 37 ans, habitant de Neuilly-sur-Seine, était Parisien de naissance, selon Jérôme Brucker, un ami d'enfance. Il est l'une des victimes de la fusillade du Bataclan. «Une gentillesse sans pareil» le qualifiait un de ses proches.

Gilles Leclerc, 32 ans, est mort au Bataclan, a annoncé sa tante lundi en début de soirée, après trois jours d'incertitudes. Le jeune homme, fleuriste dans la boutique de sa mère, à Saint-Leu-la-Forêt (Val-d'Oise), au nord de Paris. Quelques minutes avant le concert, le jeune homme barbu, fan de rock, de tatouages et des Etats-Unis, avait publié un selfie sur les réseaux sociaux: il y apparaissait, avec sa compagne, Marianne, une bière à la main, devant la scène, depuis la fosse qui commençait à se remplir. Lorsque les premiers tirs ont fusé, il a projeté son amie par terre qui, en rampant, est parvenue à s'enfuir.

Antoine Mary, 34 ans, développeur informatique. Développeur pour des sites internet, ce jeune homme originaire de Caen (Calvados) était sorti au Bataclan en compagnie de son ami Ferey, réalisateur, monteur et photographe, lui aussi décédé. «Aujourd'hui nous pleurons l'un des nôtres. Ton esprit libre, ta belle humeur. Antoine, nous ne t'oublierons pas», a tweeté pour annoncer son décès l'agence de publicité Milky, où il avait travaillé avant de se mettre à son compte.

Germain Ferey, 36 ans. Originaire de Vienne-en-Bessin (Calvados), il avait bifurqué tardivement vers l'Ecole supérieure de réalisation audiovisuelle (ESRA), après des études de Lettres étrangères et d'administration économique et sociale et même un emploi dans le milieu bancaire. A son compte depuis 2011 après avoir travaillé dans des entreprises de post-production audiovisuelle, il était réalisateur et monteur, et aussi photographe, installé à Paris. Il est mort au Bataclan, où il s'était rendu avec son ami Antoine Mary, une autre victime. «On a du mal à imaginer que ce soit possible», a confié au quotidien Ouest France Rémi Françoise, le maire de Vienne-en-Bessin, où résident toujours ses parents.

Jean-Jacques Amiot, 68 ans, était au Bataclan lorsqu'il s'est fait tuer. Fan de rock, familier des salles de concert, ce Parisien père de deux filles et deux fois grand-père était à la tête d'une entreprise de sérigraphie et travaillait régulièrement pour les artistes, les musiciens, ou les dessinateurs. «C'était un homme doux», a rappelé son frère dans Le Télégramme.

Baptiste Chevreau, 24 ans, est tombé sous les balles au Bataclan. Jeune guitariste, passionné de musique, il était le petit-fils de la chanteuse Anne Sylvestre. Après une enfance passée à Tonnerre (Yonne), il s'était installé à Paris il y a cinq ans.

Marion Jouanneau, 24 ans. «C'était une jeune femme très, très douce», dit d'elle une proche. Son compagnon, un kinésithérapeute qui a réussi à échapper au massacre, a multiplié les avis de recherche pendant le week-end, postant et repostant sur les réseaux sociaux un souriant portrait d'une jeune femme aux cheveux blonds cendrés. Il a fini par annoncer sur Twitter lundi: «Marion est morte». Ils habitaient Chartres (Eure-et-Loir).

Vincent Detoc, 38 ans, est mort au Bataclan. Cet architecte, père de deux enfants de 7 et 9 ans, était un fan de musique, guitariste amateur.

Christophe Foultier, 39 ans, est mort au Bataclan. Ce directeur artistique, père de deux enfants, passionné de rock, est décrit comme «simple, honnête et sincère» par ses amis sur Facebook.

Raphaël Hilz, 28 ans. Né en Bavière, en Allemagne, il était architecte et avait été embauché dans le cabinet de Renzo Piano à Paris. Vendredi soir, il était allé dîner au Petit Cambodge avec deux collègues, blessés lors de l'attaque.

Stella Verry, 37 ans, dînait au Petit Cambodge, rue Bichat, lorsque les balles ont fusé. Médecin généraliste, elle avait récemment ouvert un cabinet dans le XIXe arrondissement de Paris, tout en étant médecin régulateur du Samu.

Chloé Boissinot, 25 ans, originaire de Château-Larcher dans la Vienne selon La Nouvelle République. Elle et son petit ami Nicolas, blessé, étaient en train de dîner au restaurant Le Petit Cambodge lorsque les assaillants ont ouvert le feu.

Emmanuel Bonnet, 47 ans, habitant de la Chapelle-en-Serval (Oise). Ce père de famille était vendredi au Bataclan avec l'un de ses enfants. «Le fils a réussi à quitter la salle, il ne trouvait pas son père mais était persuadé qu'il s'était lui aussi échappé», a raconté le maire de la commune Daniel Dray au Courrier Picard. Employé de la RATP, il avait partagé la veille du concert sur sa page Facebook un lien du groupe «Les athées en action» citant Jacques Prévert avec une photo du poète: «La théologie c'est simple comme dieu et dieu font trois.»

Anne Cornet, 29 ans. Originaire de Houdlémont (Meurthe-et-Moselle), la jeune femme a été tuée au Bataclan avec son mari Pierre-Yves Guyomard, avec lequel elle résidait à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), selon Le Républicain Lorrain.

Mayeul Gaubert, 30 ans, juriste. Originaire de Saône-et-Loire, il travaillait depuis cinq ans pour l'organisme de formation continue Cegos, où il était décrit comme «drôle, discret, efficace, très professionnel». Il est mort des suites de ses blessures au Bataclan. Sa page Facebook affichait en portrait «Je suis Charlie».

Pierre-Yves Guyomard, ingénieur du son et professeur en sonorisation à l'Institut supérieur des techniques du son (ISTS) à Paris. Il a été tué au Bataclan avec sa femme Anne Cornet. «Il était l'un des meilleurs enseignants que j'ai jamais eus et il avait beaucoup à partager avec ses étudiants et à leur donner», a écrit sur Facebook un de ses étudiants.

Olivier Hauducoeur, 44 ans, banquier. Diplômé de l'Ecole nationale supérieure d'Ingénieurs de Caen, il travaillait depuis 2006 au sein du groupe BNP Paribas. Ce coureur amateur était depuis un an employé de la société française de location automobile longue durée Arval, filiale du groupe bancaire. Il est mort au Bataclan.

Renaud Le Guen, 29 ans, a été tué au Bataclan où il se trouvait avec sa compagne, rescapée. «Renaud était quelqu'un de très cultivé et doux. Tout le monde l'aimait. C'était un mec bien», a témoigné au quotidien Libération celle qu'il devait épouser l'année prochaine et qu'il avait rencontrée à 17 ans. «Il aimait le jazz, le rock, la photo, être avec sa famille et ses amis», a-t-elle raconté. Il travaillait dans un garage pour poids lourds près de la gare d'Evry-Courcouronnes (Essonne) et habitait à Savigny-sur-Orge, où il avait grandi.

Charlotte Meaud, 30 ans, est morte avec sa soeur jumelle, Emilie, sur la terrasse du café Le Carillon. Cette chargée de développement de start-up, passionnée de musique et de sport, habitait dans le XXe arrondissement de Paris et a grandi à Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne) et fait ses études à Lyon et à Strasbourg.

Emilie Meaud, 30 ans, tuée avec sa soeur jumelle Charlotte sur la terrasse du Carillon, était architecte à Paris. Originaire de Haute-Vienne, elle aimait le rock et les films d'Eric Rohmer.

Cécile Misse, 32 ans, a été tuée au Bataclan, aux côtés de son compagnon, Luis Felipe Zschoche Valle, un musicien chilien. La jeune femme, installée à Paris depuis 2006, était chargée de production au théâtre Jean-Vilar de Suresnes, dans l'ouest parisien. Elle avait grandi à Gap (Hautes-Alpes).

Hélène Muyal-Leiris, 35 ans, tuée au Bataclan. Mère d'un petit garçon de 17 mois à peine, elle était maquilleuse-coiffeuse à Paris et travaillait dans la mode ou sur des tournages. «Vous n'aurez pas ma haine», a écrit lundi sur Facebook son mari Antoine Leiris, qui avait multiplié les avis de recherche pendant le week-end. «Je l'ai vue ce matin. Enfin, après des nuits et des jours d'attente. Elle était aussi belle que lorsqu'elle est partie ce vendredi soir, aussi belle que lorsque j'en suis tombé éperdument amoureux il y a plus de 12 ans.»

«Bien sûr je suis dévasté par le chagrin», a reconnu le journaliste de France Bleu, passionné de cinéma, poursuivant: «Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus forts que toutes les armées du monde. (...) Nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l'affront d'être heureux et libre»; a-t-il lancé aux assassins d'Hélène.

Eric Thomé, photographe et graphiste parisien, âgé d'une quarantaine d'années. Ce passionné de musique, titulaire d'un BTS en communication visuelle, avait exposé des photos en juillet aux Rencontres de la photographie d'Arles. Selon l'un de ses amis, qui a posté un message sur Facebook, il allait bientôt être père.

Fabian Stech, 51 ans, tué au Bataclan était critique d'art et aussi enseignant d'allemand dans un lycée privé de Dijon. Né à Berlin, il était installé en France depuis 1994 où il était marié à une avocate dijonnaise et père de deux enfants.

Claire Scesa-Camax, 35 ans, originaire d'Avignon, était graphiste à Paris depuis 2009, selon leDauphiné Libéré. Mère de deux enfants, la jeune femme travaillait en free-lance pour le cabaret parisen Crazy Horse. Elle était au Bataclan avec son mari, qui a survécu. L'Ecole professionnelle supérieure d'arts graphiques de la Ville de Paris (Epsaa), où la jeune femme avait étudié, lui a rendu hommage sur Facebook: «Elle aimait le rock. Elle assistait au concert des Eagles Of Death Metal au Bataclan. Elle nous a quittés, parmi tant d'autres.Nous la pleurons. Claire était une de nos anciennes étudiantes, promo 2003 en arts graphiques. Le meilleur hommage que l'on puisse lui rendre est en images, à travers ses créations».

Julien Galisson, 32 ans, qui a grandi à Orvault, en Loire-Atlantique, habitait à Nantes. Il est l'une des victimes de l'attaque du Bataclan. Joseph Parpaillon, le maire d'Orvault, lui a rendu hommage lundi 16 novembre dernier, comme le rapporte Ouest France.

Sven Alejandro Silva Perugini, 29 ans, et vénézuélien, vivait en Espagne. Il est décédé au Bataclan. « Nous nous souvenons de son sourire, de ses plaisanteries, de son optimisme et de son charisme», a écrit sa mère, Giovanina Perugini, sur son compte Facebook, ce mardi 17 novembre.

D'après Le Figaro. Liste incomplète et hélas provisoire.

 

Share Button

Attentats de Paris. La mort contre l’Art de vivre

attentats_parisLes atrocités de ces jours funestes, comme à chacun sans doute, m’inspirent des flots de réflexions, entraînent mes pensées vers les profondeurs. L’une d’elles tourne autour d’une expression forte remontée avec les événements : l’art de vivre.

Les ter­ro­ris­tes, à tra­vers leur rage mor­ti­fè­re, ont vou­lu s’en pren­dre à notre mode de vie, à ce que nous vivons au quo­ti­dien. La mor­bi­di­té assas­si­ne, com­me sou­vent par les dra­mes et la mort, vient nous rap­pe­ler que la vie est en effet un art, ou qu’elle devrait l’être en tout cas, autant que pos­si­ble. Cet­te véri­té pro­fon­de, essen­tiel­le, exis­ten­tiel­le nous échap­pe pour­tant trop sou­vent. Com­me si elle s’usait « quand on ne s’en sert pas » – com­me bien d’autres cho­ses ! Com­me si le fait de vivre s’écornait bête­ment au fil des jours, gan­gre­né par la bana­li­té. Or, il s’agit d’un art qui, com­me tel, deman­de atten­tion de cha­que jour, de cha­que ins­tant. Cet art, le plus vieux sans dou­te, est pour­tant le plus gal­vau­dé et aus­si, l’actualité nous le mon­tre, hélas, le plus mena­cé. Un art aus­si vieux que l’homo sapiens. – caté­go­rie abu­si­ve s’agissant de ces « fous d’Allah » qui n’ont que la mort pour hori­zon indé­pas­sa­ble.

attentats—paris

© André Faber 2015

Au bis­trot, à une ter­ras­se ; au ciné, au théâ­tre ou à un concert ; flâ­ner dans les rues ou dans une expo ; dans un sta­de ou à la mes­se… Fai­re la cour, et l’amour, avec qui et com­me on veut. Man­ger un steak-fri­tes, un cous­cous, une sau­cis­se ou une sala­de (bio ou non). Boi­re un rou­ge, blanc ou rosé ; un whis­ky (même à la can­nel­le, ou au coca) ; ou un thé (à la men­the ou autre). Lire un jour­nal ou un autre ; un polar, un roman coquin ou non, un essai, un pam­phlet ; rire d’une bla­gue, d’un des­sin, d’une cari­ca­tu­re. Savou­rer la vie, l’honorer dans cha­que ins­tant, sans gran­di­lo­quen­ce, voi­là l’art de vivre – du moins « à la fran­çai­se », qui n’est heu­reu­se­ment pas le seul ! Car il se décli­ne par­tout où la vie lut­te pour elle-même et non pour son contrai­re, la mort.

L’idée est si ancien­ne ! Elle remon­te notam­ment (sans par­ler ici de la Chi­ne anti­que) aux civi­li­sa­tions égyp­tien­ne et sumé­rien­ne – là où, pré­ci­sé­ment, les « cho­ses » se tor­dent et se nouent de nos jours ; c’est-à-dire tout autour de cet­te Méso­po­ta­mie qui a vu naî­tre l’écriture et, par delà, la pen­sée éla­bo­rée. Plus tard, vin­rent les phi­lo­so­phes grecs et latins, dont la moder­ni­té demeu­re éblouis­san­te. Ils inven­tè­rent lit­té­ra­le­ment – à la let­tre – l’amour de la sages­se, après les­quels nous cour­rons tou­jours aujourd’hui, en nous essouf­flant ! Pytha­go­re, Socra­te et leurs foi­son­nan­tes lignées de pen­seurs et de viveurs. Ceux qui en effet, pré­ci­sé­ment, posè­rent la phi­lo­so­phie com­me un art de vivre, conden­sé plus tard par le fameux car­pe diem emprun­té au poè­te latin Hora­ce. Oui, urgen­ce quo­ti­dien­ne : « cueillir le jour » sans dila­pi­der son temps.

On est évi­dem­ment là aux anti­po­des de Dae­sh et de ses arriè­re-mon­des !

J’y oppo­se­rai enco­re ce cher vieux Mon­tai­gne et la jeu­nes­se de sa pen­sée ; ain­si, par exem­ple, quand au fil de ses Essais il pas­se à deux états phi­lo­so­phi­ques suc­ces­sifs : l’un sur le thè­me « Vivre c’est appren­dre à mou­rir » –  dan­ge­reux slo­gan trop actuel… ; l’autre, plus heu­reu­se­ment tour­né vers la vie : « La mort est bien le bout, non pas le but de la vie ; la vie doit être pour elle-même son but, son des­sein. »

Autre réflexion, abor­dée ici dans un com­men­tai­re récent :

« Je vou­lais « seule­ment » dire qu’il n’y a pas de « pul­sion de mort » inhé­rente à la natu­re humai­ne, et cela il me sem­ble que Wil­helm Rei­ch l’a mon­tré magni­fi­que­ment, et que cet­te démons­tra­tion, par exem­ples cli­niques, est au cœur de son ensei­gne­ment, et de tout ce qu’il a appor­té ensui­te au Mon­de. Pour moi cela n’a rien à voir avec une croyan­ce ou non, Wil­helm Rei­ch a rai­son ou il a tort. La « pes­te émo­tion­nelle » dont il par­le, équi­va­lente à peu de cho­se près au res­sen­ti­ment mis au jour et génia­le­ment ana­lysé par Nietz­sche, ne tou­che pas l’ensemble de l’humanité. […] » (Gérard Bérilley, 14/11/15)

C’est là un des grands points de cli­va­ge dans le mou­ve­ment psy­cha­na­ly­ti­que, celui autour de la freu­dien­ne « pul­sion de mort » que Rei­ch, en effet, fut par­mi les pre­miers à reje­ter. Appli­quée à l’actualité, son objec­tion pour­rait s’exprimer ain­si : tout mor­ti­fè­res qu’ils soient, ces dji­ha­dis­tes ne sont nul­le­ment mus par une hypo­thé­ti­que « pul­sion de mort » ; c’est leur inca­pa­ci­té à vivre qui les mène vers la mort ; c’est-à-dire leur impuis­san­ce à l’abandon au flux du vivant.

On dira que cela ne chan­ge en rien l’atrocité de leurs actes. Cer­tes. Mais une tel­le ana­ly­se (ici som­mai­re­ment résu­mée) évi­te l’impasse de la fata­li­té devant la Mort pul­sion­nel­le, condui­sant à des ana­ly­ses autre­ment com­pré­hen­si­ves de la réa­li­té. Notam­ment s’agissant de la hai­ne de la fem­me, créa­tu­re impu­re, qu’on ne rêve donc qu’en vier­ge fan­tas­ma­ti­que et « para­di­sia­que ».

Cet­te obses­sion de la « pure­té » se retrou­ve dans les idéo­lo­gies fas­cis­tes et en par­ti­cu­liè­re dans le nazis­me et sa « pure­té racia­le ». Dans Psy­cho­lo­gie de mas­se du fas­cis­me, notam­ment, Rei­ch avait ana­ly­sé les com­por­te­ments anti-vie, rigi­di­fiés sous la cui­ras­se carac­té­riel­le et cel­le des corps frus­trés. Une sem­bla­ble ana­ly­se auprès des dji­ha­dis­tes met­trait au jour, à n’en pas dou­ter, les com­por­te­ments sexuels de vio­leurs et d’impuissants orgas­ti­ques. Les fem­mes vic­ti­mes de ces phal­lo­pa­thes « pei­ne à jouir » – sauf à la secous­se des kala­ch’– auront peut-être un jour à témoi­gner dans ce sens.

Com­pren­dre, cer­tes, se pose com­me une néces­si­té qui évi­te les géné­ra­li­sa­tions, sim­pli­fi­ca­tions, amal­ga­mes de tou­tes sor­tes. Expli­quer ne four­nit aucu­ne solu­tion clé en main.

Share Button

Attentats de Paris. Ni prier, ni plier

attentats_paris« Pray for Paris ». De gran­des âmes, sans dou­te, appel­lent à « prier pour Paris ». Est-ce bien le moment ? Que cha­cun prie ou non selon ses (in)croyances, pour­vu que ce soit dans l’intimité de ses convic­tions. Or, l’injonction se veut publi­que ; elle s’exprime, dans la lan­gue de Sha­kes­pea­re – éma­nant donc du mon­de anglo-saxon qui igno­re la laï­ci­té –, selon le mode gra­phi­que et récu­pé­ra­teur, du « Je suis Char­lie » des atten­tats de jan­vier. La manœu­vre empes­te plu­tôt de ces « bon­nes inten­tions » dont l’enfer est pavé. Plu­tôt que solu­tion, l’incantation reli­gieu­se ne relè­ve-t-elle pas pré­ci­sé­ment du pro­blè­me ? Celui qui jus­te­ment jet­te une gran­de par­tie du mon­de dans les illu­sions de l’au-delà – ce qui s’appelle l’obscurantisme, au nom duquel agis­sent les assas­sins hal­lu­ci­nés.

Appe­ler à « prier » ren­voie, en symé­trie, dans les arriè­re-mon­des de ces « fous de Dieu » qui par­sè­ment l’Histoire de leur démen­ce de san­gui­nai­res. Plus que jamais nous avons besoin d’allumer les lumiè­res, avec et sans majus­cu­le, cel­les qui ont besoin du grand air frais de la vie pour nous don­ner à res­pi­rer la liber­té et ce qui s’ensuit : éga­li­té, fra­ter­ni­té, laï­ci­té et joyeu­se­té par consé­quent et de maniè­re indis­so­cia­ble.

Ni prier, ni plier. Il nous faut être debout et, au nom de l’humanité, nous éle­ver et nous main­te­nir au-des­sus de la sau­va­ge­rie. L’élévation, bien sûr, ne sau­rait exclu­re le recueille­ment et la spi­ri­tua­li­té, for­mes laï­ques de la priè­re.

minute_silence_marseille

Lun­di 16 novem­bre sous l’ombrière du Vieux port à Mar­seille. Recueille­ment lors de la minu­te de silen­ce en mémoi­re des vic­ti­mes des atten­tats de Paris. [Ph. gp]

Share Button

Un vendredi de noir malheur

Leur vrai dieu, c’est la mort. Ils l’aiment, la servent, la sèment. Venus des arrière-mondes, leurs incursions dans celui des vivants n’a d’autre but que de tuer, détruire, semer la désolation, la souffrance, le malheur partout. Humains ils ne sont pas. Ou inachevés ; infirmes de la pensée, indignes d’être, en dehors de l’humanité. Détruire Palmyre ne leur suffit pas ; la pierre ne saigne pas, ne hurle pas, ne souffre pas. Ils veulent la grande jouissance du mal absolu, du désastre, de la haine qui tue.

Je souffre du grand malheur de ce vendredi noir. Le noir de l’obscurité morbide. « Nous » qui aspirons aux lumières, multiples, multicolores, joyeuses et jouissives ; « nous » dont l’Histoire – bien convulsive – se veut une lutte pour la vie ; la vie vivante, celle qui agrandit le monde. Et le voilà, ce monde, qui se rabougrit sous la terreur assassine ; mais aussi sous l’avidité des possédants, insatiables prédateurs, méprisants de l’Autre, vils profiteurs, en fin de compte aussi mortifères que les terroristes. Ce monde des murs et des barbelés, ce monde de la séparation et de l’injustice galopante, cause du grand dérèglement. Dénoncer ceux-là ne saurait pour autant absoudre la sauvagerie nihiliste. Mais que faire face à une telle négation de la vie ? Quelle espérance nourrir ?

Share Button

Poussée d’intolérance au Maroc. « Much Loved » interdit, comédienne agressée

Much Loved, du cinéaste marocain Nabil Ayouch, est un film remarquable dont j’aurais dû parler ici depuis que je l’ai vu il y a deux mois et qui, heureusement, est toujours à l’affiche dans les bonnes salles. Je me décide aujourd’hui pour une raison plus que cinématographique : le film est interdit au Maroc, ce qui n’est pas surprenant, mais, surtout, l’actrice qui tient le rôle principal, Loubna Abidar – superbe –, a été violemment agressée le 5 novembre. Elle raconte cela dans une tribune adressée au Monde [12/11/15 ], expliquant aussi pourquoi elle se voit contrainte de quitter son pays.

Maroc Loubna Abidar agressée

Loubna Abidar violemment agressée à Casablanca [Ph. dr]

Une fois de plus, c’est la place des femmes dans la société qui se trouve au centre d’une actualité permanente et à peu près générale dans le monde, même si, bien sûr, les situations sont variables, et donc leur degré de gravité. N’empêche, cela vaut dans nos sociétés dites évoluées. Que l’on songe aux différences de salaires entre hommes et femmes, à fonctions égales ; qu’il s’agisse de l’attribution des postes de responsabilité, du harcèlement sexuel, du machisme « ordinaire ». On n’entrera même pas ici sur le lamentable débat autour des notions de genre.

Much Loved qui, comme son titre ne l’indique pas, est un film sur la condition féminine dans un des pays arabes les plus rétrogrades sur la question – et sur tant d’autres, hélas – tandis que cette royauté d’un autre âge voudrait se draper dans une prétendue modernité.

Dans son texte, la comédienne donne à voir le propos du film, en même temps qu'elle exprime une détresse personnelle, une implacable dénonciation d’un régime d’oppression et l’intolérance d’une société.

Après des petits rôles au théâtre et dans des films commerciaux, j’ai obtenu le premier rôle dans le long-métrage Much Loved, de Nabil Ayouch. C’était le plus beau jour de ma vie, car j’allais pouvoir travailler avec un réalisateur talentueux et internationalement reconnu, et parce que j’allais donner la parole à toutes celles avec lesquelles j’avais grandi : ces petites filles des quartiers qui n’apprennent ni à lire ni à écrire, mais auxquelles on dit sans cesse qu’un jour elles rencontreront un homme riche qui les emmènera loin… Dès 14-15 ans, elles sortent tous les soirs dans le but de le trouver. Un jour, elles réalisent qu’elles sont devenues des prostituées.

« Dans ce film, j’ai mis toute mon âme et toute ma force de travail, portée par Nabil Ayouch et mes partenaires de jeu. Le film a été sélectionné à Cannes. J’y étais, c’était magique. Mais dès le lendemain de sa présentation, un mouvement de haine a démarré au Maroc. Un ministre qui n’avait pas vu le film a décidé de l’interdire avant même que la production ne demande l’autorisation de le diffuser. Much Loved dérangeait, parce qu’il parlait de la prostitution, officiellement interdite au Maroc, parce qu’il donnait la parole à ces femmes qui ne l’ont jamais. Les autorités ont déclaré que le film donnait une image dégradante de la femme marocaine, alors que ses héroïnes débordent de vie, de combativité, d’amitié l’une pour l’autre, de rage d’exister.

« Et une campagne de détestation s’est répandue sur les réseaux sociaux et dans la population. Personne n’avait encore vu le film au Maroc, et il était déjà devenu le sujet numéro un de toutes les discussions. La violence augmentait de jour en jour, à l’encontre de Nabil « le juif » (sa mère est une juive tunisienne) et à mon encontre. Je dérangeais à mon tour, parce que j’avais le premier rôle, parce que j’en étais fière, et parce que je prenais position ouvertement contre l’hypocrisie par des déclarations nombreuses.

Cachée sous une burqa

« Des messages de soutien et d’amour, j’en ai reçu des dizaines. Dans les pays d’Europe où le film est sorti et a connu un bel accueil (j’ai notamment obtenu le Prix de la meilleure actrice dans les deux festivals majeurs de films francophones, Angoulême en France et Namur en Belgique). Mais surtout, et c’était le plus important pour moi, au Maroc. Par des gens éclairés car ils sont nombreux. Et aussi par des prostituées qui ont enfin osé parler à visage découvert pour dire qu’elles se reconnaissaient dans le film.

« Mais rien n’a calmé la haine contre moi. Sur Facebook et Twitter, mon nom est associé à celui de « sale pute » des milliers de fois par jour. Quand une fille se comporte mal, on lui dit « tu finiras comme Abidar ». Tous les jours, je lis que je suis la honte des femmes marocaines. Chaque semaine, je reçois des menaces de mort. J’ai encore des amis et des proches pour me soutenir, mais beaucoup se sont détournés de moi. Pendant des semaines, je ne suis pas sortie de chez moi, ou alors uniquement pour des courses rapides, cachée sous une burqa (quel paradoxe, me sentir protégée grâce à une burqa…).

« Ces derniers jours, le temps passant, la tension me semblait retombée. Alors jeudi 5 novembre, le soir, je suis allée à Casablanca à visage découvert. J’y ai été agressée par trois jeunes hommes. J’étais dans la rue, ils étaient dans leur voiture, ils m’ont vue et reconnue, ils étaient saouls, ils m’ont fait monter dans leur véhicule, ils ont roulé pendant de très longues minutes et pendant ce temps ils m’ont frappée sur le corps et au visage tout en m’insultant. J’ai eu de la chance, ce n’était « que » des jeunes enivrés qui voulaient s’amuser… D’autres auraient pu me tuer. La nuit a été terrible. Les médecins à qui je me suis adressée pour les secours et les policiers au commissariat se sont ri de moi, sous mes yeux. Je me suis sentie incroyablement seule… Un chirurgien esthétique a quand même accepté de sauver mon visage. Ma hantise était justement d’avoir été défigurée, de garder les traces de cette agression sur mon visage, de ne plus pouvoir faire mon métier…

« Nabil Ayouch était là tout le temps pour me soutenir. J’ai fait des déclarations de colère que je regrette. Je ne savais plus où j’étais. Alors j’ai décidé de quitter le Maroc. C’est mon pays, je l’aime, j’y ai ma vie et ma fille, j’ai foi en ses forces vives, mais je ne veux plus vivre dans la peur. On s’attaque à moi pour un rôle que j’ai joué dans un film que les gens n’ont même pas vu. Une campagne de dénigrement légitimée par une interdiction de diffusion du film, alimentée par les conservateurs, nourrie par les réseaux sociaux si présents aujourd’hui… et qui continue de tourner en rond et dans la violence. Au fond, on m’insulte parce que je suis une femme libre. Et il y a une partie de la population, au Maroc, que les femmes libres dérangent, que les homosexuels dérangent, que les désirs de changement dérangent. Ce sont eux que je veux dénoncer aujourd’hui, et pas seulement les trois jeunes qui m’ont agressée… »

Loubna Abidar

La bande-annonce de Much Loved.

PS. Des copies du film ont été mises en circulation au Maroc, dans lesquelles des scènes pornographiques ont été ajoutées pour en dénoncer l'immoralité !

Share Button

Marseille. Le Point de Bascule, clap de fin

imgresN'oubliez surtout pas...
pour avant, c'est trop tard
pour après, c'est trop tôt
la vie est là où l'on est..
vivement maintenant !

Comme son nom l’indique, comme son (magnifique) logo le souligne, l’affaire ne pouvait indéfiniment défier les lois de la pesanteur. Et ce fut pesant, malgré tout, cette semaine de fête censée mettre fin à une aventure superbe commencée il y a une dizaine d’années. Hier soir, dimanche noir, même servies frais, les bulles avaient le champagne tristoune. Les restes du décor – ce qui n’était pas parti à l’encan dans la journée –, malgré tout, exprimaient encore la magie de ce haut-lieu marseillais. Un décor de briques (molles) et de broc (hard), issu des puces et des poubelles, recyclées à la belge – explications plus loin – selon les miraculeuses rencontres à la Magritte,  genre parapluie et machine à coudre sur table de dissection.

Hier soir, donc, jusqu’à nuit noire, résistait encore, le dernier carré des fidèles du 108, rue Breteuil qui, au fin fond d’une arrière-cour du VIe arrondissement de Marseille, de l’autre siècle, avaient amarré leurs utopies à la façon, va savoir, dont les Phocéens jetèrent l’ancre dans la calanque du Lacydon– qui deviendra Massilia.

le_point_de_bascule_marseille

François Pecqueur devant le mur des programmes passés – mais pas tous, la place manquait (plus de 1.000 soirées !) (Ph. François Ponthieu)

« A l’origine, racontent les historiens locaux, un collectif marseillais de plasticiens cherche un atelier, tombe sur ces 500 m2 de la rue Breteuil, et sent d’emblée que ce lieu pourrait être le nid de bien des possibles... et l’aventure commence !

Six mois de travaux intensifs, une inauguration tonitruante en se refusant à imaginer ce que sera le Point de Bascule. Tout de suite, c’est la demande extérieure spontanée qui définit ce que sera ce lieu : résidence d’artistes émergents et en marge, espace pour associations citoyennes.

La demande est claire et appelle un fonctionnement accordé : gratuité d’accueil et équipe d’accompagnement du lieu bénévole.
Neuf ans d’activités et de liberté, plus de 300 résidences d’artistes accueillies (soit plus de 1000 artistes pluridisciplinaires), et une foultitude d’actions citoyennes avec rencontres, débats, projections, soirées de soutien.

Plus de 1 000 soirées proposées, 10 000 adhérents avec ce plaisir de vous accueillir dans la simplicité et vous proposer l’insolite, l’inattendu, parfois le nécessaire.

Ah si... le Point de Bascule a tout de même décidé quelque chose : pas de communication média pour nos activités. Par les temps qui courent, un peu de radicalité ne fait pas de mal ! »

le_point_de_bascule_marseille

Un tel lieu va manquer à Marseille . il y en a d'autres, certes, mais ici, c'était vraiment autre chose. (Ph. François Ponthieu)

Telle fut la profession de foi de ce temple païen animé – il en fallut de l’anima ! – par un grand « prêtre », François Pecqueur, grand et pas que par la taille, voix de barde, rire ravageur, artiste multi-instrumental de la machine à dépasser le temps (voir le slogan maison ci-dessus) de la tireuse à bière, dénicheur d’enculette * et de talents multiples, utopiste de compétition, compétiteur de rien, ce qui est déjà tant.

Ça ne pouvait pas durer plus que la crise ! Alors, le François, le plus belge des Marseillais et donc le plus marseillais des Belges – il naquit à Liège, une fois – ayant jeté l’ancre ; ayant trouvé compagne et indispensable pilier dans l’aventure en la personne d’Anne-Marie Reymond, reine du sourire et des meilleures assiettes bio ; ayant labouré cette riche terre de rencontres ; étant revenu quelque peu de certaines illusions ; mais sans amertume aucune, ce grand échalas a donc tiré l’échelle et s’en va, avec sa reine à lui, explorer d’autres horizons.

Une page se tourne. La Bascule a basculé. Des burlingues vont « investir » cette colline inspirée ; encore des burlingues, oui mais « paysagers », jurent-ils – ah bon, on est rassurés ! –, pour des bipèdes assis, bulbes calculateurs, blanchis sous le pixel, profiteurs de la misère du monde. Oyez les potes, la terre se réchauffe mais il fait bien froid tout à coup, ne trouvez-vous pas ?

* Enculette, n. fém. du bas latin enculo. Invention marseillaise d’origine indéterminée. Machine de comptoir inspirée de la roulette de casino, destinée à faire casquer le pastis apéro par le couillon du jour.

Ni fleurs ni couronnes, mais courriels d’amitié possibles ici : accueil@lepointdebascule.fr

Share Button

Herr Diesel, das diktat

TPH_i7N6PWCix-RMQokNYwufEIALe Mon­de de ce 29/10/15 

Die­sel : l’Europe recu­le face aux lob­bys

Après le scan­da­le Volks­wa­gen, la Com­mis­sion euro­péen­ne vou­lait impo­ser des tests d’émissions de gaz pol­luants plus contrai­gnants. Les construc­teurs auto­mo­bi­les, sou­te­nus par les Etats, ont obte­nu de pou­voir émet­tre 2,1 fois le pla­fond d’oxydes d’azote auto­ri­sé, jusqu’en 2019.

L’Europe, l’écologie, la COP21… Du pipeau. Un déni démo­cra­ti­que. Tirons l’échelle !

Nous serons les der­niers, voi­là.

Share Button

Réfugiés. Du droit d’asile et autres droits de l’Homme…

IMG_0708 - Version 2

Mucem, Mar­seille : le Musée des civi­li­sa­tions de l’Europe et de la Médi­ter­ra­née joue plei­ne­ment son rôle en arbo­rant sur sa faça­de un des fon­da­men­taux des­di­tes civi­li­sa­tions – en l’occurrence, l’article 14 de la Décla­ra­tion uni­ver­sel­le des Droits de l’Homme sur le droit d’asile des réfu­giés. Jusqu’à preu­ve du contrai­re, si la Décla­ra­tion se veut uni­ver­sel­le, seule la guer­re entre les hom­mes y par­vient plei­ne­ment. [Cli­quer sur la pho­to pour mieux la lire].

OuymDSsI

« Les hom­mes nais­sent libres et égaux en droit ». Un des autres fon­da­men­taux, sinon le pre­mier – on ne peut plus bafoué !

Share Button

L’abattoir, lieu insoutenable, limite de l’humanité

Accrochez-vous ! Les images ci-dessous sont du genre insoutenable. Par delà, ce qui l’est encore plus, insoutenable, c’est le calvaire subi en permanence, dans le monde, par des milliards d’animaux. L’hominidé s’étant décrété comme « supérieur » – probablement depuis qu’il a prétendu « penser », ce qui est somme toute bien récent à l’échelle de l’évolution –, il n’a eu de cesse d’exploiter les animaux. Et cela, d’ailleurs, dans un sens si large, qu’il s’est aussi autorisé à exploiter ses semblables, jusqu’à les torturer, dans le travail notamment et, tant qu’à faire, jusqu’à les exterminer.

logo-L214-100pxLa vidéo ci-dessus est due à l’association de défense des animaux L214 

L’abattoir d’Alès (Gard) fait l’objet d’une enquête et a été provisoirement fermé. 20 000 porcs, 40 000 ovins et 6 000 bovins y sont mal-traités chaque année. À multiplier par le nombre de mouroirs semblables en France, en Europe, partout dans le monde.

L’homme, donc, considéré comme espèce supérieure, même si, trop souvent, il ne vole pas bien haut. De là, ce qu’on appelle le spécisme. Ce concept inclut aussi le fait que, même parmi les animaux, certains sont plus respectables que d’autres. C’est évidemment le cas des animaux de compagnie et des animaux domestiques ; parmi ces derniers, les animaux d’élevage font l’objet de traitements plus ou moins dégradants, selon le niveau de « rendement » qu’ils représentent : force motrice, marchandise de loisirs (chevaux),  ou/et de consommation, cobayes de laboratoires, objet sacrificiel. Reste, de toutes façons, la question de leur mort et de leur élimination, question qui rejoint trop souvent la « solution finale ».

Car « tout se tient » ici encore. Cause ou conséquence de l’éhontée domination humaine – variante du colonialisme –, le spécisme se décline en racisme tout autant qu’en sexisme. Supériorité d’une « race » sur une autre, d’un sexe sur l’autre.

Cette affaire des abattoirs dépasse celle du végétarisme ou du végétalisme. Ne pas manger de viande, ou pas même aucun produit ou sous-produit d’origine animale, cela peut se discuter sous de multiples aspects (moraux, religieux, économiques, écologiques, biologiques, sanitaires, etc.) Mais, quoi qu’il en soit, la manière dont l’animal humain (je reprends cette expression due à Wilhelm Reich ; elle renvoie l’homme à sa double composante et le remet à sa juste place) traite les autres animaux, notamment dans la mort, m’apparaît comme fondamentale dans le processus d’humanisation.

De ce point de vue, on peut considérer qu’il y a continuité – sans exclure des variations historiques dans l’ordre du progrès ou de la régression – entre l’hominidé chasseur-pêcheur, carnivore ; le chasseur viandard actuel ; l’aficionado des corridas ; le violent social ou criminel ; le guerrier sanguinaire ; le bourreau nazi ; l’halluciné fanatique. Liste non exclusive !

Share Button

Air France. Sans-chemises et sans-culottes

Une che­mi­se déchi­rée, et même deux. Une agres­sion contre des per­son­nes – fus­sent-elles des « patrons ». Cer­tes, le ges­te est moche. Ou plu­tôt « non esthé­ti­que ». C’est le ges­te du déses­poir, le der­nier ges­te du condam­né avant l’exécution. Il n’est ren­du beau qu’au ciné­ma. Per­dre son emploi de nos jours, c’est une exé­cu­tion. C’est pas­ser du sta­tut de « chan­ceux », pour ne pas dire pri­vi­lé­gié – du pri­vi­lè­ge d’avoir un tra­vail, qui est sou­vent une tor­tu­re… – à celui de déclas­sé, de déchu.
Alors, quand la direc­tion d’Air Fran­ce annon­ce la sup­pres­sion de 2.900 emplois, cela signi­fie 2.900 vies déchi­rées (bien davan­ta­ge, en fait). À côté des­quel­les deux che­mi­ses déchi­rées, même blan­ches et bien repas­sées, c’est une vio­len­ce très modé­rée !


Une vidéo révè­le les négo­cia­tions chez Air Fran­ce par Buzz­Vid

La vidéo ci-des­sus a été pri­se quel­ques minu­tes avant les inci­dents qui for­ce­ront les diri­geants Xavier Bro­se­ta et Pier­re Plis­son­nier à s’échapper du siè­ge d’Air Fran­ce. Des employés ten­tent d’interpeller et d’ouvrir le dia­lo­gue.
Cet­te vidéo est poi­gnan­te, mon­trant le cou­ra­ge et le déses­poir d’une fem­me affron­tant la mor­gue des cols blancs, mains dans les poches ou bras croi­sés, tri­po­tant leurs por­ta­bles, touillant leur café, l’air gogue­nard pour ne pas dire niais, et fina­le­ment muets com­me des tom­bes. « On nous a deman­dé de fai­re des efforts, on les a faits ! » lan­ce cet­te fem­me au bord du san­glot dans un mono­lo­gue pathé­ti­que.

Face à elle, l’indifférence, le mépris. Les cadres regrou­pés dis­cu­tent entre eux, fei­gnant d’ignorer l’interpellation. L’un d’eux lâche enfin : « On n’est pas habi­li­tés, on n’est pas habi­li­tés ».

Ils n’ont rien à répon­dre au réqui­si­toi­re. Car ils ne sont même pas res­pon­sa­bles et ne peu­vent répon­dre de rien… Mina­bles pan­tins cra­va­tés du capi­ta­lis­me plan­qué, sans visa­ge, sui­te de chif­fres et de pour cents, jouant dans les casi­nos finan­ciers  à l’ombre des para­dis fis­caux, fixant de loin, « off sho­re », les taux de ren­de­ment de leur sale pognon dont ils se goin­frent jusqu’à l’intoxication.

Des vio­len­ces autre­ment plus radi­ca­les, la dégra­da­tion géné­ra­le des condi­tions socio-éco­no­mi­ques nous en pro­met ! Les « voyous » et la « chien­lit » se sou­vien­dront peut-être des sans-culot­tes et ne s’en pren­dront plus seule­ment aux che­mi­ses.
Sur son blog, le mili­tant enco­re socia­lis­te Gérard Filo­che a res­sor­ti pour la cir­cons­tan­ce un dis­cours de Jean Jau­rès devant la Cham­bre des dépu­tés le 19 juin 1906. Ces paro­les sont d’une actua­li­té brû­lan­te :

« Le patro­nat n’a pas besoin, lui, pour exer­cer une action vio­len­te, de ges­tes désor­don­nés et de paro­les tumul­tueu­ses ! Quel­ques hom­mes se ras­sem­blent, à huis clos, dans la sécu­ri­té, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quel­ques-uns, sans vio­len­ce, sans ges­tes désor­don­nés, sans éclats de voix, com­me des diplo­ma­tes cau­sant autour du tapis vert, ils déci­dent que le salai­re rai­son­na­ble sera refu­sé aux ouvriers ; ils déci­dent que les ouvriers qui conti­nuent la lut­te seront exclus, seront chas­sés, seront dési­gnés par des mar­ques imper­cep­ti­bles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vin­dic­te patro­na­le. […] Ain­si, tan­dis que l’acte de vio­len­ce de l’ouvrier appa­raît tou­jours, est tou­jours défi­ni, tou­jours aisé­ment frap­pé, la res­pon­sa­bi­li­té pro­fon­de et meur­triè­re des grands patrons, des grands capi­ta­lis­tes, elle se déro­be, elle s’évanouit dans une sor­te d’obscurité. »

Et Filo­che de com­men­ter : « Mal­heu­reu­se­ment, Manuel Valls trai­te les sala­riés de « voyous » et prend fait et cau­se pour la direc­tion d’Air Fran­ce. Il est vrai qu’il se réfè­re plus sou­vent à Clé­men­ceau, le bri­seur de grè­ves, qu’à Jau­rès… »

Share Button

Le Nobel à Svetlana Alexievitch, écrivaine du courage

nobel litterature 2015

© Ph. Peter Gro­th

En attri­buant le Nobel de lit­té­ra­tu­re à Svet­la­na Alexie­vit­ch, le jury de Stock­holm hono­re une magni­fi­que écri­vai­ne et s’honore lui-même. Un choix cou­ra­geux qui consa­cre une fem­me elle-même vouée à témoi­gner du cou­ra­ge face au ter­ri­ble quo­ti­dien de « héros ordi­nai­res ». Un choix qui s’inscrit dans un contex­te géo-poli­ti­que et éco­lo­gi­que des plus trou­bles, affec­tant tou­te l’humanité.

Je suis d’autant plus sen­si­ble à cet­te recon­nais­san­ce que je dois à Svet­la­na Alexie­vit­ch deux livres qui m’ont par­ti­cu­liè­re­ment bou­le­ver­sé : La Sup­pli­ca­tion (1997) et La Guer­re n’a pas un visa­ge de fem­me (1985).

2290300314Le pre­mier, sous-titré Tcher­no­byl, chro­ni­que du mon­de après l’apocalypse, témoi­gne avec for­ce de l’univers ter­ri­fiant d’après la catas­tro­phe ; les témoi­gna­ges ras­sem­blés don­nent au dra­me sa dimen­sion plei­ne­ment humai­ne, dépein­te sans arti­fi­ce aucun par les témoins et acteurs directs. Une « réa­li­té noi­re », signi­fi­ca­tion lit­té­ra­le de « Tcher­no­byl », ain­si que le sou­li­gne un pho­to­gra­phe, expli­quant pour­quoi il ne prend pas de pho­tos en cou­leur…

Plus loin, un liqui­da­teur racon­te com­ment se blo­quaient les dosi­mè­tres éta­lon­nés jusqu’à deux cents rönt­gens, tan­dis que des jour­naux écri­vaient : « Au-des­sus du réac­teur, l’air est pur » ! « On nous don­nait des diplô­mes d’honneur. J’en ai deux. Avec Marx, Engels, Léni­ne et des dra­peaux rou­ges. »

Une fem­me, épou­se d’un liqui­da­teur, racon­te l’agonie de son hom­me : « Un matin, au réveil, il ne pou­vait pas se lever. Et ne pou­vait rien dire… Il ne pou­vait plus par­ler… Il avait de très grands yeux… C’est seule­ment à ce moment-là qu’il a eu peur… […] Il nous res­tait une année. […] L’homme que j’aimais tel­le­ment […] se trans­for­mait devant mes yeux… en un mons­tre… » Le res­te de ce témoi­gna­ge, oui, c’est une sup­pli­ca­tion ; elle est insup­por­ta­ble et pour­tant on se doit de la lire jusqu’au bout.

Pour l’Union sovié­ti­que, cet­te catas­tro­phe a son­né le début de la fin, qui eut lieu trois ans après. Ses cau­ses en sont autant poli­ti­ques que tech­ni­ques, contrac­tion implo­si­ve d’un sys­tè­me dément et d’une incon­sé­quen­ce scien­tis­te.

Ce livre consti­tue aus­si le plai­doyer le plus impla­ca­ble contre l’énergie nucléai­re dite « paci­fis­te ». Rap­pel : Il y a plus de 400 réac­teurs nucléai­res dans le mon­de – dont 58 en Fran­ce.

415EtMbteHL._SX317_BO1,204,203,200_

-

Autre grand livre : La guer­re n’a pas un visa­ge de fem­me… mais les fem­mes ont été de tou­tes les guer­res. En par­ti­cu­lier les fem­mes rus­ses enrô­lées dans l’Armée rou­ge et envoyées au front contre les Alle­mands : auxi­liai­res de tou­tes sor­tes, de tou­tes cor­vées, blan­chis­seu­ses de lin­ge gor­gé de sang, infir­miè­res, bran­car­diè­res, méde­cins, cui­si­niè­res, puis com­bat­tan­tes, tireurs d’élite. Des héroï­nes au même titre que les liqui­da­teurs de Tcher­no­byl. Avec leurs témoi­gna­ges tout aus­si insup­por­ta­bles.

• Svet­la­na Alexan­drov­na Alexie­vit­ch, écri­vai­ne et jour­na­lis­te rus­so­pho­ne, ukrai­nien­ne par sa mère et bié­lo­rus­se par son père, est une dis­si­den­te irré­duc­ti­ble, tant sous le régi­me sovié­ti­que que dans la Rus­sie pou­ti­nien­ne et la Bié­lo­rus­sie du dic­ta­teur Lou­ka­chen­ko.

On lui doit aus­si Cer­cueils de zinc (1991), sur la guer­re sovié­to-afgha­ne, Ensor­ce­lés par la mort, récits (1995), sur les sui­ci­des de citoyens rus­ses après la chu­te du com­mu­nis­me et Der­niers Témoins (2005), témoi­gna­ges de fem­mes et d’hommes qui étaient enfants pen­dant la Secon­de Guer­re mon­dia­le. Enfin, en 2013, La Fin de l’homme rou­ge ou le temps du désen­chan­te­ment, recueille des cen­tai­nes de témoi­gna­ges dans l’ex-URSS (prix Médi­cis essai et « meilleur livre de l’année » par le maga­zi­ne Lire.)

Le prix Nobel de lit­té­ra­tu­re la consa­cre pour « son œuvre poly­pho­ni­que, mémo­rial de la souf­fran­ce et du cou­ra­ge à notre épo­que ».

 

Lire aus­si : Tcher­no­byl – Fuku­shi­ma. 25 ans après, « la leçon de Tcher­no­byl n’a pas été appri­se »

Tcher­no­byl. La ter­reur par le Men­son­ge

Share Button

Pendaison publique, place de l’Opéra à Marseille

Pendue

© gp

On croyait ces temps révo­lus, révo­lus com­me la Révo­lu­tion et com­me la pei­ne de mort… C’était sans comp­ter sur l’exception mar­seillai­se. Non pas cel­le des autres exé­cu­tions publi­ques, il y a dix jours enco­re, devant ce même opé­ra muni­ci­pal, à coup de bas­tos. Non, une vraie de vraie, par pen­dai­son. Plus éco­no­mi­que que la guillo­ti­ne, tel­le­ment moins san­gui­no­len­te. Un gibet, une cor­de, un bour­reau, une condam­née à mort, et hop ! Le tout devant un public recueilli et même une clas­se de petits éco­liers – c’était mer­cre­di. Il faut bien édi­fier les mas­ses face au Cri­me éter­nel, que le châ­ti­ment, pour­tant, jamais ne tarit…

Il y avait de la fas­ci­na­tion dans le regard du peu­ple ain­si assem­blé. Oui, des lueurs de défi, une cer­tai­ne jouis­san­ce dans les pru­nel­les avi­des. Il faut dire que la cri­mi­nel­le irra­diait lit­té­ra­le­ment, sous sa lon­gue robe écar­la­te et son regard de brai­se, sous ses ulti­mes paro­les en appe­lant à la vie, à la révol­te de la vie. Que lui repro­chait-on à cet­te Char­lot­te Cor­day mar­seillai­se ?

À enten­dre son cri, on com­prend que c’est la Fem­me, fata­le péche­res­se, qui devait ici expier son cri­me d’exister. Dans la sui­te inin­ter­rom­pue des muti­la­tions his­to­ri­ques infli­gées à tou­tes les fem­mes de la pla­nè­te en per­di­tion : bat­tues, exploi­tées, mépri­sées, répu­diées, trom­pées, humi­liées, exci­sées, lapi­dées, igno­rées ou même adu­lées – exé­cu­tées. La sup­pli­ciée : « Regar­de mon corps mon trou ma tom­be mes yeux mes seins mon sexe. L’os pelé de l’amour la clef des lar­mes. Je brû­le d’une flam­me nue... ». Et il est des pays où de tel­les scè­nes ne sont pas fic­ti­ves. Tant de sau­va­ge­rie par­tout ! Jus­que « dans l’ombre de la démo­cra­tie », ain­si que le sou­li­gne l’auteur du spec­ta­cle.

La dra­ma­tur­gie a joué à plein, dans le dénue­ment du lieu et de la situa­tion. La comé­dien­ne, poi­gnan­te, bou­le­ver­san­te au bout de sa cor­de. Son bour­reau intrai­ta­ble. Cela eut lieu entre les coups de sirè­ne de midi et midi dix, sous la plain­te trou­blan­te d’un saxo, face au soleil cru, balayé de mis­tral. Magie du théâ­tre.

C’était hier, com­me en cha­que pre­mier mer­cre­di du mois, depuis 2003 que Lieux publics s’approprie le par­vis de l’opéra mar­seillais pour une scè­ne de rue jamais ano­di­ne. Cela s’appelle Sirè­nes et midi net. Un beau nom de ren­dez-vous.

Pendue

© gp

Pen­due, de la com­pa­gnie Kumu­lus, une adap­ta­tion du spec­ta­cle Les Pen­dus, de Bar­thé­le­my Bom­pard, écrit par Nadè­ge Pru­gnard„ inter­pré­té par Céli­ne Dami­ron et Bar­thé­le­my Bom­pard,
accom­pa­gnés par Thé­rè­se Bosc au saxo­pho­ne. Tech­ni­que : Dja­mel Djer­boua, son : Nico­las Gen­dreau.

Share Button

La maltraitance gynécologique, variante du viol

28 septembre 2015, France Culture, l’émission Sur les Docks a pour thème la maltraitance gynécologique. Les témoignages d’enchaînent, bouleversants, révoltants. Ce n’est pas d’aujourd’hui ni d’hier, pourtant ce sujet, si grave, est rarement porté sur la place publique. Il est vrai qu’il s’agit de problèmes « de femmes », face au pouvoir médical, un pouvoir trop souvent totalitaire, voire fasciste et en tout cas empreint de sexisme.

On pourrait, plus généralement, évoquer la maltraitance médicale. Ainsi, j'ai eu moi-même à me plaindre de la brutalité machiste d'un médecin à l'occasion d'un "toucher prostatique". Eh oui, toujours cette violence anti-sexuelle !

Comme pour le viol, dont elle est somme toute une variante, cette maltraitance envers le corps féminin reste trop souvent subie en silence car, en plus de la blessure intime, les victimes s’efforcent de la refouler au plus profond d’elles-mêmes, ajoutant une dimension affective et psychique à cette souffrance.

Trop souvent, lors d’une consultation, d’un accouchement, d’une IVG… le corps de la femme ne lui appartient plus. Tout au long de leur vie, les femmes livrent leur corps à des gynécologues pas toujours respectueux, parfois méprisants – qu'il s'agisse de médecins hommes, ou femmes.

C’est un nouveau combat que les femmes sont en l’occurrence amenées à livrer dans leurs luttes pour l’égalité sexuelle.

25_maltraitanceCMYK_201110_G

d.r.

Faits récents : au printemps 2014, des sages-femmes alertent sur le « point du mari » : un geste clandestin – ou pas – qui consiste à recoudre une épisiotomie par quelques points de suture supplémentaires  – supposé accroître le plaisir de l'homme lors des rapports sexuels. En février 2015 surgit sur la toile, le scandale des touchers vaginaux sur patientes endormies. Puis, encore sur internet, des centaines de femmes ont raconté leurs expériences douloureuses chez le (ou la) gynécologue : paternalisme, sexisme, conseils dépassés, examens brutaux, paroles humiliantes, homophobie, absence de consentement, etc.

L’émission de France Culture a libéré la parole sur cette question, même si il faut se garder de la généralisation, toujours dangereuse, dans ce domaine comme dans d’autres.

 Magnifique pièce à verser au dossier, la chanson de Georges Brassens, Le Blason. [Impossible de la glisser ici]

Extraits des témoignages recueillis par Hélène Combis-Schlumberger sur cette maltraitance.. En notant qu’ils ne concernent que cette partie restreinte et privilégiée du monde – le nôtre – où les femmes ont acquis plus de droits qu’ailleurs…

"Parfait pour la levrette", par Léa

Au CHU de Nantes, mon gynéco m'a dit une fois : "Votre col de l'utérus doit être parfait pour la levrette". Toi, à ce moment là, tu es au plus mal, position humiliante sur l'étrier (l'engin de torture) et tu as juste envie de l'émasculer : CONNARD.

"L'ancienne gynéco de ma mère lui a caché un cancer", témoignage anonyme

L'ancienne gynéco de ma mère lui a caché un cancer (oui, oui) parce qu'elle était enceinte (bah oui, des fois que ma mère aurait préféré avorter et se faire soigner 8 mois plus tôt !!!).

Une amie n'a pas pu bénéficier d'un avortement thérapeutique (enfant non viable) parce que sa gynéco lui a volontairement menti sur les délais légaux pour le pratiquer, et a fait traîner les démarches. Elle a fini par le faire moyennant finances dans un pays frontalier ! Il faudrait prendre le problème dans le bon sens : dépister l'intégrisme religieux parmi les médecins. C'est cet intégrisme qui véhicule l'image nauséabonde de la femme et de son corps, qui mène à ces abus.

"Quand il va tomber du trou", par Francine

Au début des années 70, je fus enceinte de mon premier enfant et j'étais suivie par un gynécologue strasbourgeois de renom.
Au sixième mois, au cours d'une consultation, nous avons parlé plus précisément de l'accouchement, et je fus effarée d'entendre ce monsieur dire à plusieurs reprises : "Quand il va tomber du trou...". Cette grossièreté m'a fait envisager de changer de praticien.
Je n'en ai pas eu l'occasion car quelques jours plus tard j'accouchais prématurément (à 40 km de Strasbourg). Mon fils est décédé très vite suite à une insuffisance respiratoire ; à aucun moment ce monsieur ne s'est manifesté ...
quelle classe et quelle humanité !
Et les femmes gynéco ne sont pas toujours différentes, un comble !

"Il me fait un bisou sur un sein", par Domie

Un gynécologue réputé dans ma ville qui, après consultation, me fait un bisou sur un sein.... J'avais 25 ans et depuis, je n'ai que des gynés femmes (...) Et il me dit : "Vous avez une des plus belles poitrines de ma clientèle". Combien de fois a-t-il dû dire ça ? Combien de fois cela a dû fonctionner.... ou pas. Combien de gynécos ou autres médecins ont abusé de leur fonction ? (...) J'étais jeune et je n'ai pensé qu'à fuir, et ne plus jamais revenir.

"Le gynécologue en chef est arrivé avec toute une équipe d'élèves", par Danielle

Je me souviens très bien d'avoir été hospitalisée à l'hôpital de Rennes pour une grossesse à risque il y a de cela 39 ans et je me rappelle très bien le gynécologue en chef, arrivé dans ma chambre avec toute une équipe d'élèves, après avoir expliqué mon cas et ayant demandé à chacun de faire un toucher. Or à un moment donné (j'étais toute jeune, 23 ans ) je me suis mise à pleurer à la grande surprise du médecin et j'ai réussi à dire que j'étais très gênée par tous ces regards sur moi braqués .
Ce témoignage vaut ce qu'il vaut mais je m'en souviens encore très sensiblement...

"Faut pas coucher", par Lux

Un jour, à une consult sur un souci de pilule : "Ah bah si vous voulez pas avoir de bébés, faut pas coucher, hein !"

"Un bout de viande sur sa table d'examen", par Anne-Marie

Je suis infirmière et pourtant, mon dernier passage chez ma gynécologue je l'ai considéré comme un viol : cette femme a été d'une brutalité incroyable et d'un irrespect pour ma pudeur... J'étais un bout de viande sur sa table d'examen. J'en suis sortie traumatisée, avec un mal au ventre terrible, je ne suis pas près d'y retourner. Cela m' a permis aussi de m'interroger sur mon travail, et sur le respect et la douceur que je dois aux patients : une remise en cause fondamentale de mon métier.

"J'ai subi un deuxième viol", témoignage anonyme

On a décidé de ne pas m'anesthésier du tout pendant une intervention au laser sur le col de l'utérus. Pleurer de douleur pendant toute l'intervention... Les demandes des infirmières n'ont pas convaincu le chirurgien de faire une pause ou de reporter l'opération pour passer sous anesthésie.
Une question : pourquoi attacher nos jambes sur les étriers avec des lanières de cuir si l'on n'est pas anesthésiées ?
Le coup de massue : "ça ne faisait quand même pas si mal que ça !", dixit Mr le Dr. G.
J'ai subi un deuxième viol, je n'en avais vraiment pas besoin.

"Elle a écrit IVG pour une femme qui venait de perdre sa troisième grossesse", par Edna

Lors de ma troisième fausse couche, à la sortie, après le curetage nécessaire, je demande épuisée, désespérée, à l'interne de me faire un arrêt de travail : elle me regarde de travers...
Je lui dis que reprendre mon travail de médecin, m'occuper des gens dans l’état où je suis va être difficile, que je me sens très mal, elle finit par me donner un arrêt en me disant : "Bon, trois jours".

Je sors du bloc, d'une anesthésie, j'encaisse ma troisième fausse couche... trois jours.
En rentrant chez moi je remplis l’arrêt et là, LA STUPEUR : elle a écrit IVG: interruption volontaire de grossesse, pour une femme qui vient de perdre sa troisième grossesse !!!!

En gros : elle ne connait pas mon dossier, elle confond fausse couche et IVG, et en plus, ça la gonfle, la détresse d'une femme qui "aurait" fait une IVG. Sii je n'avais pas été aussi affectée, je serais retournée lui mettre mon poing dans la g***** parce que juger, se tromper, manquer d'empathie, c'est carrément gravissime pour un médecin en formation!

Et que l'on me parle pas de la fatigue des internes, j'en étais, cela n'excuse pas la connerie et le mépris.

"Peut-être que mon corps me tuera dans quelques années de ne pas m'être soumise aux gynécos", témoignage anonyme

Traumatisée depuis mon adolescence par les propos que me tenait ma mère ("Le gynéco, tu vas devoir y passer"), par des consultations violentes au début de la vingtaine, où je me rendais de mon propre chef, persuadée qu'il fallait faire des frottis tous les ans parce que c'est important pour la santé, parce que c'est ce que disait le fascicule donné par la fac, parce que toutes les femmes semblent se résigner à remettre leur corps et surtout leur intimité physique et psychique entre les mains de médecins qui, au début de leur formation, vivent des bizutages d'une rare misogynie...
Un jour je me suis dit que si j'en souffrais tellement, eh bien il y avait une solution toute simple : ne plus y aller, chez le gynéco. Et advienne que pourra. Peut-être que mon corps me tuera dans quelques années de ne pas m'être soumise aux gynécos, peut-être que je mourrai au cours d'un accouchement à domicile. Ou pas. Mais au moins je vivrai à l'abri de cette violence destructrice, et digne.

"Vous allez prendre un traitement hormonal, sinon vous risquez de devenir lesbienne", témoignage anonyme

Quand j'étais ado : "Ah si vous voulez qu'un homme veuille de vous un jour malgré votre acné, faut arrêter le rugby, hein !" Ou à 17 ans : "C'est pas normal à votre âge que vous soyez aussi musclée et que vous n'ayez pas de seins, vous allez prendre un traitement hormonal, sinon vous risquez de devenir lesbienne." (???) Quand j'avais 20 ans : "De toute façon, toutes les jeunes filles qui ont des mycoses récurrentes, c'est qu'elles mentent sur leur pratique de la sodomie."

De ce que j'ai observé chez certains praticiens, l'incertitude est comblée par des mythes personnels souvent liés aux bonnes moeurs, à la bonne hygiène, à une "sexualité convenable." Ça donne des légions de filles sur Doctissimo qui s'essaient aux huiles essentielles diluées ou non (tee trea, etc) et aux cures de yaourt appliqué localement.

"Je n'étais pas là pour être tripotée par toute la classe", par Laurence

Lors de mon premier accouchement, j'avais alors 21 ans, j'ai eu un déclenchement. J'attendais depuis quelques heures déjà que le col s'ouvre, quand, de temps à autre, une infirmière venait se rendre compte de l'avancée des choses. Soudain un jeune étudiant en médecine entra et souleva le drap qui recouvrait mes jambes écartées, offrant ainsi une vue imprenable. Il fit mine de mesurer l'ouverture puis, semblant satisfait, ressortit. Un autre étudiant entra à sa suite et fit le même manège... Lorsque le troisième entra, je l'empêchais aussitôt d'aller plus loin dans la manoeuvre en rabaissant fermement le drap, et je lui indiquais la porte en lui disant que je n'étais pas là pour être tripotée par toute la classe. Qu'il fasse passer le mot, à ceux qui attendent derrière la porte !

"Je ne connais pas une amie qui n'a pas une histoire douloureuse à raconter", témoignage anonyme

Je ne connais pas une amie, une copine, une collègue qui, lorsqu'on parle gynéco, n'a pas une histoire douloureuse à raconter : atteinte violente à leur pudeur, commentaire très critique sur une partie de leur corps ou compliment sexuel malvenu, paroles dégradantes sur leur pratique sexuelle, douleur physique non entendue, voire méprisée, humiliation par celui qui vous prend de haut et vous intimide. On a cru longtemps qu'il fallait se taire.
Merci à tous ceux qui luttent contre ça : hommes, femmes, spécialistes de la médecine, de l'éthique et journalistes.

  • France Culture, Sur les docks, documentaire de Mélanie Déchalotte et François Teste. Diffusé le 28.09.2015. Des dizaines de commentaires s’ajoutent comme autant de témoignages à ceux de l’émission.

http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-collection-temoignages-maltraitance-gynecologique-2015-09-28

 

Share Button

Le climat, peut-être… Mais la connerie ?

Suite, som­me tou­te assez logi­que, de l’article pré­cé­dent (il y était ques­tion de la fin de l’humanité…), cet exem­ple pathé­ti­que, pris sur le « vif » de l’humanité débi­le. En l’occurrence, ça vient des Etats-Unis, dans l’État de Vir­gi­nie de l’Ouest (houille et gaz de schis­te…) qui comp­te le plus de cli­ma­to-scep­ti­ques (deux tiers des habi­tants). Mais il n’y aurait qu’à se bais­ser pour en ramas­ser à la pel­le tout autour de nous. Où l’on voit dans tou­te sa dimen­sion, l’alliance fusion­nel­le de l’ignorance et des croyan­ces (sur­tout reli­gieu­ses), à quoi vient s’amalgamer, de façon « natu­rel­le » en quel­que sor­te, la soif mala­di­ve du pro­fit. Inépui­sa­ble sujet de médi­ta­tion. C’était ce 28 sep­tem­bre 2015 dans le JT de 20 heu­res de Fran­ce 2.

Modi­fier l’évolution du cli­mat, ça peut enco­re se conce­voir… Mais que fai­re de la conne­rie ?

»> Vidéo cou­pée : Des dizai­nes d’autres films para­dent sur la toi­le – taper « coal rol­ling » et déses­pé­rer du gen­re humain…

Post scrip­tum : Dans la même vei­ne et en tout cas sur les mêmes sujets, j’ai failli oublier, cet excel­lent (com­me tou­jours) billet de Sophia Aram sur Fran­ce Inter, ce même 28 sep­tem­bre, au matin cet­te fois et inti­tu­lé Donald, Nadi­ne et Dar­win :

Share Button

  • © Ch.- M. Schulz

    « Il fau­drait com­pren­dre que les cho­ses sont sans espoir et être pour­tant déci­dé à les chan­ger. » F. Scott Fitz­ge­rald, Gats­by le magni­fi­que, 1925
    ––––
    « Le plus grand dérè­gle­ment de l’esprit, c’est de croi­re les cho­ses par­ce qu’on veut qu’elles soient, et non par­ce qu’on a vu qu’elles sont en effet. » Bos­suet

  • Traduire :

  • Abonnez-vous !

    Saisissez votre @dresse pour vous abonner à « C’est pour dire » et recevoir un courriel à chaque nouvel article publié.

  • Twitter - Gazouiller

  • Énigme

    Philippe Casal,, 2004 - Centre national des arts plastiques

    Phi­lip­pe Casal, 2004 - Cen­tre natio­nal des arts plas­ti­ques - Mucem, Mar­seille

  • Et ça, c’est tentant aussi…

  • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

    La réa­lité vraie n’est jamais la plus mani­fes­te.
    (Clau­de Lévi-Strauss)

  • 2sexpolLa Revue Sexpol ressuscitée !

    Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexua­li­té / poli­ti­que), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la gra­ce de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquet­te cou­leur et boî­tier rigi­de ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numé­ro, ci-des­sus. En savoir plus ici sur Sex­pol.
  • « Comme un nuage – 30 ans après Tchernobyl »

    Com­me un nua­ge, album pho­tos et tex­te mar­quant le 30e anni­ver­sai­re de la catas­tro­phe de Tcher­no­byl (26 avril 1986). La sous­crip­tion étant clo­se (vifs remer­cie­ments à tous les contri­bu­teurs !) l’ouvrage est désor­mais en ven­te au prix de 15 euros, fran­co de port. Vous pou­vez le com­man­der à par­tir du bou­ton « Ache­ter » ci-des­sous (bien pré­ci­ser votre adres­se pos­ta­le !)

    tcherno2-2-300x211

    Il s’agit d’un album-pho­to de qua­li­té, à tira­ge soi­gné et limi­té, 40 p. for­mat A4 « à l’italienne ». Les pho­tos, pri­ses en Pro­ven­ce et notam­ment à Mar­seille, expri­ment une vision artis­ti­que sur le thè­me d’« après le nua­ge ». Cet­te créa­tion rejoi­gnait l’appel à l’organisation de « 1.000 évé­ne­ments cultu­rels sur le thè­me du nucléai­re », entre le 11 mars 2016 (5 ans après Fuku­shi­ma) et le 26 avril 2016 (30 ans après Tcher­no­byl).
  • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

    L’argument fon­da­men­tal pour la liber­té d’expression est le carac­tère dou­teux de tou­tes nos croyan­ces. (Ber­trand Rus­sel)

  • montaigne

    Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. Montaigne - Essais, I, 26

    La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve. Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273)

  • « C’est pour dire » de Gérard Pon­thieu, est mis à dis­po­si­tion selon les ter­mes de la licen­ce Crea­ti­ve Com­mons : Attri­bu­tion - Pas d’Utilisation Com­mer­cia­le - Pas de Modi­fi­ca­tion (3.0 Fran­ce). Pho­tos, des­sins et docu­ments men­tion­nés sous copy­right © sont pro­té­gés com­me tels.
    Licence Creative Commons

  • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le mon­de chan­ge »

  • Catégories d’articles

  • Salut cousin !

    Je dou­te donc je suis - gp

  • Calendrier

    mars 2017
    lunmarmerjeuvensamdim
    « Fév  
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031 
    Copyright © 1996-2017 C’est pour dire. Tous droits réservés – sauf selon la license Creative Commons.
    iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress