1timbre-juju.1247923190.jpgDites donc, avant de par­tir, même et sur­tout si c’est au bout du mon­de, n’oubliez pas d’emporter « Le tour d’un mon­de en sept jours avec un âne en Pro­ven­ce », vous en revien­drez trans-for-mé(s) ! Pour vous en convain­cre, voyez ce cri d’amour illus­tré par Gal­la, pit­chou­net­te de 7 ans (c’est une peti­te-niè­ce…)

galla.1247923545.jpg

Voyez aus­si ce témoi­gna­ge inter-géné­ra­tions, de Daniel D. :

« 4 jour­nées de mar­che de 10 à 14 km, un héber­ge­ment dif­fé­rent cha­que soir […] J’avais ache­té votre livre et nous l’avons lu... sou­vent avec le sou­ri­re car vous racon­tez bien des évè­ne­ments que nous avions vécu nous aus­si lors de nos pré­cé­den­tes ran­don­nées. Les ânes ne sont pas têtus mais intel­li­gents et s’ils ne font pas ce que nous vou­lons c’est rare­ment sans rai­son... le tout est de trou­ver pour­quoi.« J’ai prê­té votre livre à notre peti­te Mathil­de en lui sug­gé­rant de racon­ter nos aven­tu­res com­me vous l’avez fait pour votre voya­ge autour du mon­de... par­don d’un mon­de en Pro­ven­ce. Cha­que soir elle a rem­pli une page d’un cahier avec le récit de sa jour­née mais je crains fort que cela aille beau­coup plus loin. »

De Jac­ques C., « âne­mes­tre » de bourricot.com – autant dire une som­mi­té … : « Je ne sais si je vous ai remer­cié pour le livre que j’ai lu jusqu’à la der­niè­re ciga­le. Jolie plu­me et sens de l’écriture. »

De Gérard J. : « Après lec­tu­re (en une fou­lée au petit trot très agréa­ble), leçons à rete­nir : – n’est pas éco­lo qui veut (Cf. Depar­don & Yan … et la sui­te);– pour dra­guer ces dames, en tout lieu, rien ne vaut ‘’bel âne’’ (sin­cè­re remer­cie­ment pour le tuyau) »

De Jean K. : « J’ai appré­cié Juju et sa phi­lo­so­phie, envié ton tour en Pro­ven­ce, sou­ri bien des fois en tour­nant les pages de ce cahier de vacan­ces. »

De Jean-Pier­re P. : « Les nuits étoi­lées réveillent nos sens et inter­ro­gent sur la com­plexi­té de notre exis­ten­ce, d’où venons nous, qui som­me nous, ou allons nous ? ….. tant de ques­tions sans répon­se. L’Inaccessible étoi­le (de Jac­ques Brel) en dit long sur notre par­cours ter­res­tre. Et l’Homme avec tout ses baga­ges, ses mal­les, ses valo­ches ou seule­ment avec un balu­chon et un âne com­me tu l’à fait en sept jours, à la recher­che du non dit. » 

De Joël D. : « J’ai lu et ado­ré. Un point, c’est pres­que tout. Gé, tu devrais nous mon­trer com­ment tu (te) vois (dans) l’oeil de Jules. C’est beau com­me M. Arnol­fi­ni dans un miroir de Van Eyck. Enfin... c’est mon avis et je le par­ta­ge. »

De Odi­le C. : « Bra­vo pour ces “Mémoi­res d’un âne et de son maî­tre inté­ri­mai­re”, qui ont réjoui mon œil, mon esprit et mon cœur ».

De Ber­nard L. (Poli­tis) : « Gégé et Juju, eux aus­si, à leur façon, font de la résis­tan­ce. À la moder­ni­té. À la vites­se. À l’impatience. À la sale­té. Au bruit des moteurs et à la consom­ma­tion sans frein. Un petit bou­quin frais com­me un rosé de Pro­ven­ce, com­me un bou­quet de lavan­de. »

Et tout ça, hein, c’est pas moi qui le dit…

»> Dans quel­ques librai­ries pro­ven­ça­les, ou bien là, à gau­che «< chez Pri­ce­Mi­nis­ter. Ou direc­te­ment chez le pro­duc­teur : Gérard Pon­thieu, 73, allée du Cas­tel­las - 13770 Venel­les (chè­que de 14 euros)

Share Button