On n'est pas des moutons

Mot-clé: climat

Qui a dit « Je suis Haïti » ? Personne

Ce monde a le tour­nis. Ce monde donne le tour­nis. Et on ne sait plus où tour­ner la tête : la Syrie, l’Irak, la Libye, la Pales­tine, la Soma­lie, le Yémen et tous ces lieux de conflits sans fin, incom­pré­hen­sibles à la plu­part d’entre nous, à défaut de pou­voir les expli­quer. À ce sinistre tableau géo­po­li­tique, il faut désor­mais ajou­ter celui des dérè­gle­ments cli­ma­tiques qui risquent d’égaler bien­tôt ceux de la folie des hommes – d’ailleurs ils en relèvent aus­si. C’est sans doute le cas de l’ouragan Mat­thew qui s’est déchaî­né sur une par­tie des Caraïbes, dévas­tant en par­ti­cu­lier Haï­ti où il a cau­sé près de 1.000 morts et semé la déso­la­tion.

Quelles sont les consé­quences du réchauf­fe­ment cli­ma­tique sur les cyclones ?

Fabrice Chau­vin, cher­cheur au Centre natio­nal de recherches météo­ro­lo­giques : – Selon les modèles scien­ti­fiques les plus pré­cis, le nombre glo­bal de cyclones dans le cli­mat futur devrait être stable, voire en légère baisse. Mais dans le même temps, on s’attend à une hausse des cyclones les plus intenses, qui s’explique notam­ment par l’augmentation des tem­pé­ra­tures des océans. On va aller vers des phé­no­mènes plus puis­sants, asso­ciés à des pluies plus intenses, d’environ 20 % supé­rieures. [Le Monde, 07/10/2016]

Haïti. Un autre mal­heur a frap­pé cette île tant de fois meur­trie – y com­pris par les dic­ta­tures suc­ces­sives –, c’est celui de l’indifférence. Car les « obser­va­teurs » n’avaient d’yeux que pour les États-Unis. « Seraient-ils tou­chés eux aus­si par cette même tem­pête ? » Seule cette ques­tion comp­tait. Rien ou presque pour les vic­times haï­tiennes. Pas même un « Je suis Haï­ti »…

C’est pour aler­ter le monde sur cette soli­da­ri­té à géo­mé­trie variable que Miguel Vil­lal­ba Sán­chez, un artiste espa­gnol, a réa­li­sé ce des­sin :

haiti-matthew-sanchez

« Per­sonne n’est Haï­ti », en effet.

« Je suis Char­lie, je suis Orlan­do, je suis Paris, je suis Bruxelles »… Mais pas de « Je suis Haï­ti »… Pour­quoi ? Pays trop petit, trop loin, trop noir, trop pauvre, trop…

Ce pays (situé sur la même île que la Répu­blique Domi­ni­caine), qui a quand même per­du 900 per­sonnes dans l’ouragan Mat­thew, n’a pas sus­ci­té d’émotion en pro­por­tion de son drame. Tous les regards média­tiques étaient bra­qués vers Mia­mi. En cher­cher les causes revient à ques­tion­ner l’état du monde, la géo-poli­tique, l’injustice, les conflits, le cli­mat… On en revient au point de départ.

haiti-unicef

Cette pho­to de l’Unicef résume tout. Contre l’indifférence, on peut adres­ser un donhttps://don.unicef.fr/urgences/ 


Le climat, peut-être… Mais la connerie ?

Suite, somme toute assez logique, de l’article pré­cé­dent (il y était ques­tion de la fin de l’humanité…), cet exemple pathé­tique, pris sur le « vif » de l’humanité débile. En l’occurrence, ça vient des Etats-Unis, dans l’État de Vir­gi­nie de l’Ouest (houille et gaz de schiste…) qui compte le plus de cli­ma­to-scep­tiques (deux tiers des habi­tants). Mais il n’y aurait qu’à se bais­ser pour en ramas­ser à la pelle tout autour de nous. Où l’on voit dans toute sa dimen­sion, l’alliance fusion­nelle de l’ignorance et des croyances (sur­tout reli­gieuses), à quoi vient s’amalgamer, de façon « natu­relle » en quelque sorte, la soif mala­dive du pro­fit. Inépui­sable sujet de médi­ta­tion. C’était ce 28 sep­tembre 2015 dans le JT de 20 heures de France 2.

Modi­fier l’évolution du cli­mat, ça peut encore se conce­voir… Mais que faire de la conne­rie ?

»> Vidéo cou­pée : Des dizaines d’autres films paradent sur la toile – taper « coal rol­ling » et déses­pé­rer du genre humain…

Post scrip­tum : Dans la même veine et en tout cas sur les mêmes sujets, j’ai failli oublier, cet excellent (comme tou­jours) billet de Sophia Aram sur France Inter, ce même 28 sep­tembre, au matin cette fois et inti­tu­lé Donald, Nadine et Dar­win :


Réchauffement climatique. « C’est foutu ? Non, mais… ça sera très difficile »

Certes, une tem­pête ce n’est pas la mer à boire… Ah ? Mais les voi­là qui se suc­cèdent en rafales,les tem­pêtes, érodent les côtes comme jamais, menacent les habi­ta­tions. Tan­dis qu’il pleut des cordes à peu près par­tout en Europe, voire dans le monde (sauf dans les zones déser­tiques, bien sûr), que les rivières débordent, les routes et les ponts s’effondrent. Certes, certes : ne pas confondre mau­vaise météo et cli­mat déré­glé. M’enfin, depuis qu’on nous canule sur l’air de Tout va très bien madame la mar­quise, il se pour­rait bien qu’on se rap­proche du début de la fin.

Consi­dé­rer cette infor­ma­tion toute « fraîche »: « L’année 2013 se place au sixième rang des années les plus chaudes obser­vées depuis le milieu du XIXe siècle, ex aequo avec 2007. Le bilan cli­ma­tique pré­li­mi­naire de l’année écou­lée, ren­du public mer­cre­di 5 février par l’Organisation météo­ro­lo­gique mon­diale (OMM), pré­cise en outre que la tem­pé­ra­ture moyenne à la sur­face de la Terre a été de 0,5°C supé­rieure à la nor­male météo­ro­lo­gique cal­cu­lée sur la période 1961-1990. » [LE MONDE | 

rechauffement-climat-le-telegramme-inondationsEt les Bre­tons de dépri­mer encore plus sous le coup des lames géantes ou des inon­da­tions, comme à Mor­laix, dont la mai­resse finit par déplo­rer publi­que­ment les effets d’une agri­cul­ture rava­geuse des haies et talus. Plus rien ne retient l’eau  de pluie qui se déverse dans la ville comme dans un enton­noir. Serait-il donc  pos­sible que l’activité humaine fût cause de tant de dérè­gle­ments et dégâts ?! La sagesse fini­rait-elle par poindre après tant de déné­ga­tions ou de contre-affir­ma­tions for­ce­nées ?

L’humain et sa ten­dance à cou­rir au devant des catas­trophes – « Nous étions au bord d’un gouffre, nous avons fait un grand pas en avant »...(Félix Hou­phouët-Boi­gny). Puis, s’il en réchappe c’est aus­si­tôt pour oublier la leçon. Ain­si clau­dique l’humanité.

Voyons ce qu’en dit, dans sa docte pru­dence, un de nos spé­cia­listes du cli­mat.


Pour Jean Jou­zel, le réchauf­fe­ment cli­ma­tique... par Fran­ceIn­fo


Comment le nucléaire marque le clivage entre productivisme et humanisme

Quand il se fait pré­di­ca­teur de l’Apocalypse, ce n’est pas ce que j’aime le plus chez Paul Viri­lio, ce pen­seur de la tech­no­lo­gie alliée à la vitesse. C’est sans doute à cause du ton, par trop péremp­toire. Pour­tant, lorsqu’il pré­dit que tout ce qui peut arri­ver finit par arri­ver il est impa­rable et nous plonge le nez dans l’actualité la plus « radieuse ». Ain­si, je résume en sub­stance, en inven­tant le che­min de fer, l’homme a inven­té le déraille­ment. De même pour l’auto et les pla­tanes, l’avion et les crashes, les cen­trales nucléaires et Fuku­shi­ma ou Tcher­no­byl.

 

Mer­ci donc, Paul V. d’avoir fait de ces évi­dences l’un des pivots de nos moder­ni­tés infer­nales.

 

S’agissant du nucléaire, nous nous voyons pro­je­tés dans un autre registre que celui de l’accident, même le moins banal. Ain­si devons-nous nous attendre, hélas, aux 600 ou même 800 cadavres qu’il fau­dra dénom­brer du crash « annon­cé » d’un A-380 – l’appareil pro­ba­ble­ment van­té dans les pros­pec­tus comme « le plus sûr du monde ». On sait : il en fut de même du Concorde, …jusqu’à son der­nier vol. On repar­le­ra une autre fois de l’épopée fatale du Tita­nic.

 

Mais le nucléaire… Ici, nous chan­geons tota­le­ment de registre puisque, même en ayant déjà décré­té les actuelles ins­tal­la­tions comme les « plus sûres du monde », cette pré­ten­tion-slo­gan se fra­casse contre la ter­rible « loi » de Paul V. Et aujourd’hui, la ter­ri­fiante et déso­lante actua­li­té oblige les tech­no­crates – au sens strict : « qui gou­verne par la tech­nique » – à ajou­ter une couche sup­plé­men­taire à ladite sûre­té prise en défaillance. Madame Are­va s’est ain­si dépê­chée, au troi­sième jour de l’Apocalypse japo­naise, de pro­mou­voir le super-modèle déjà en maga­sin sous l’appellation magique de « EPR ». Si les Japo­nais, eut-elle l’outrecuidance d’énoncer en sub­stance, avaient été équi­pés de cen­trales EPR, ils n’en seraient pas là ! 

 

Madame Are­va, dans la caté­go­rie géné­rique des tech­no­crates, fait par­tie de la sous-espèce dite des « nucléo­crates » – ceux qui gou­vernent par le nucléaire. Il s’agit de têtes d’œuf, donc « bien faites et bien pleines » des dogmes de l’infaillibilité de la chose ato­mique. Tel­le­ment bour­rées de ladite chose qu’il n’y a plus, dans ces cer­veaux ain­si satu­rés, la moindre place pour quelques réflexions et connais­sances qui limi­te­raient leurs orgueilleuses pré­ten­tions et les ouvri­raient, sinon vers une franche huma­ni­té, du moins vers un sens authen­tique du bien com­mun.

Madame Are­va : « Nous, les ensei­gne­ments on les a déjà tirés dans tous nos « desi­gns » (sic)

 

Pas­sa­gè­re­ment secoués par la catas­trophe de Tcher­no­byl, ils ne man­quèrent pas de se rem­plu­mer lors de ce der­nier quart de siècle, qui vit aus­si l’émergence d’une relève de géné­ra­tion toute neuve, pim­pante, sûre d’elle et conqué­rante…

(Lire la suite…)


Allègre s’estime diffamé par Politis, qu’il attaque en justice

L’ancien ministre Claude Allègre s’estime dif­fa­mé par une tri­bune parue dans Poli­tis le 18 juin 2009. Le texte por­tait les signa­tures de huit per­son­na­li­tés du monde uni­ver­si­taire, scien­ti­fique ou asso­cia­tif. L’hebdo lance une péti­tion de sou­tien.

Les auteurs de la tri­bune qui dérange Allègre, ain­si que le direc­teur de la publi­ca­tion, ont été mis en exa­men pour « dif­fa­ma­tion publique envers un fonc­tion­naire public ». Ledit fonc­tion­naire n’est autre que Claude Allègre, dont Patrick Piro brosse le por­trait dans le numé­ro en cours.

«Nous n’aimons guère l’adjectif « contro­ver­sé », écrit Denis Sief­fert, le rédac­teur en chef, Mais s’il s’applique à quelqu’un, c’est bien à Claude Allègre. L’homme est de nou­veau, aujourd’hui, au cœur d’une contro­verse qu’il a lui-même pro­vo­quée en contes­tant vio­lem­ment les tra­vaux des cli­ma­to­logues qui nous mettent en garde contre les consé­quences de cer­taines acti­vi­tés humaines sur l’avenir de la pla­nète. Il est entré dans ce débat comme tou­jours, sans être trop regar­dant sur les moyens ni les argu­ments. Comme un mau­vais rug­by­man dans la mêlée : en pié­ti­nant ses adver­saires. Contrai­re­ment à la pré­sen­ta­tion que l’on fait de lui dans cer­tains médias com­plai­sants, il n’est pas un « scep­tique ». Le scep­ti­cisme ne peut pas plus s’appliquer aujourd’hui aux conclu­sions des cli­ma­to­logues du monde entier qu’à la roton­di­té de la terre. Ce que M. Allègre appelle impro­pre­ment scep­ti­cisme, c’est l’incrédulité de l’ignorance. Et pire encore : l’exploitation de cette incré­du­li­té par quelqu’un qui sait.

«Mais, en juin 2009, lorsqu’est paru sous le titre « Claude Allègre : ques­tion d’éthique » le texte de Poli­tis, l’important per­son­nage avait une autre actua­li­té. On par­lait de lui comme minis­trable dans le gou­ver­ne­ment Fillon. Il s’apprêtait à deve­nir dans le domaine des sciences et de l’éducation ce qu’Éric Bes­son, ancien socia­liste comme lui, est à la soli­da­ri­té et aux droits de l’homme. Aurions-nous, mal­en­con­treu­se­ment, inter­fé­ré dans ce calen­drier ? Serait-ce la cause de la colère de Claude Allègre à notre égard ? Quoi qu’il en soit, nous vou­lons dire ici que, ce texte, nous sommes fiers de l’avoir publié et nous l’assumons plei­ne­ment aux côtés de nos sept amis – sept, hélas, et non pas huit, puisque Jean-Yves Bar­rère, empor­té par la mala­die, nous a quit­tés depuis. Ce texte, il peut se lire comme un bilan cri­tique de toute une car­rière. Mais aus­si comme pré­mo­ni­toire de la polé­mique sur le cli­mat. Preuve de sa double actua­li­té.»

»> Voir aus­si : Allègre, GIEC, curés pédo­philes. Science et reli­gion dans le plus obs­cur cli­mat


Allègre, GIEC, curés pédophiles. Science et religion dans le plus obscur climat

Malaise dans nos civi­li­sa­tions. Civi­li­sées, le sont-elles, d’ailleurs, autant qu’elles le pro­clament ? Où que l’on tourne le regard, le doute nous sai­sit. Quels repères, quels sens trou­ver qui indiquent direc­tion, espoir. « Le monde est pour­ri, la vie est belle », j’aime bien cette parole de Claire, une copine, qui ajou­tait aus­si, d’une convic­tion entière, « On fait ce qu’on peut ». Ça res­semble à du banal. Ce n’en est pas, non. Qui, en effet, peut pré­tendre ici-bas accom­plir tout son pos­sible ? Vrai­ment tout le pos­sible… C’était ma minute phi­lo qui m’entraîne dans la patau­geoire que nous appe­lons aus­si « actua­li­té », là où tout le pos­sible n’est jamais épui­sé. J’en prends deux bouts, les deux extré­mi­tés d’un bâton bien mer­dique :

– D’un côté des curés per­vers, pas­sant à l’acte sur des enfants qu’ils ont mis­sion de gui­der… ; dans cette lignée, un appa­reil, celui du pou­voir reli­gieux ecclé­sias­tique et sa cohorte éco­no­mique et hié­rar­chique, sous-papes et pape, l’État vati­ca­nesque, ses suc­cur­sales mon­dia­li­sées pro­pa­geant la « bonne parole » – tu parles, oui !

– De l’autre, une ten­ta­tive de poli­ti­sa­tion de la science par le tru­che­ment de deux illu­sion­nistes média­ti­sés, Vincent Cour­tillot et sur­tout Claude Allègre cumu­lant, lui, la fonc­tion com­plé­men­taire d’escamoteur et chantre du libé­ra­lisme « décom­plexé ».

Il s’agit bien d’un seul et même tenant, celui de la dis­si­mu­la­tion, de la fal­si­fi­ca­tion, formes visibles de cet obs­cu­ran­tisme reve­nant à l’offensive sau­vage dans nos temps en perte de lumières. 

Les reli­gions – depuis le temps ! – ont impré­gné toutes les strates de nos socié­tés, condi­tion­nant jusqu’à nos incons­cients, notre lan­gage, nos com­por­te­ments. Comme les sys­tèmes tota­li­taires, elles ont aus­si sécré­té leurs ordres poli­ciers, déployé des agents d’inquisition, enfon­cé « leur main noire jusque dans le ventre des hommes » – Panaït Istra­ti en 1927 à pro­pos du sta­li­nisme. Plus encore, elles ont acquis cette sorte de sta­tut recon­nu d’agent cultu­rel, paten­té, celui du medium selon la ter­mi­no­lo­gie de Régis Debray qui s’interroge sur leur sens pro­fond et les ques­tion­ne­ments que l’animal humain y place dans la durée de son his­toire.

Par­tout dans le monde débous­so­lé, les reli­gions se sont ins­crites comme des mani­fes­ta­tions « natu­relles » de don­nées émi­nem­ment cultu­relles : les croyances et les super­sti­tions. Dar­win, pour com­men­cer, puis ses conti­nua­teurs dont les plus actuels – entre autres, Patrick Tort en France et Richard Daw­kins en Grande-Bre­tagne – ont inté­gré les com­por­te­ments reli­gieux dans les pro­ces­sus de l’évolution natu­relle. Je passe ici sur leur argu­men­ta­tion, for­cé­ment com­plexe, pour plu­tôt faire res­sor­tir les dif­fi­cul­tés énormes que semble affron­ter le genre humain dans son immense majo­ri­té à pour­suivre son évo­lu­tion en direc­tion d’une ratio­na­li­té affir­mée, et pour autant non dénuée de spi­ri­tua­li­té – au contraire !

Certes, il fau­drait ici en appe­ler aux plus amples déve­lop­pe­ments ; ce n’est pas le lieu et je n’en ai pas non plus la pré­ten­tion. Je ne fais donc que frô­ler cette pro­blé­ma­tique à l’occasion des affaires de pédo­phi­lie ecclé­sias­tique qu’on peut consi­dé­rer sous deux angles.

Le pre­mier ne serait qu’anecdotique s’il ne tou­chait à une cri­mi­na­li­té et à ses vic­times ; il montre que les curés, condam­nés à la névrose et au refou­le­ment sexuel au nom du dogme le plus absurde selon lequel l’amour « nor­mal », sexua­li­té com­prise, contre­vien­drait au « dévoue­ment au Sei­gneur »… Faut-il avoir par­cou­ru toute une chaîne de patho­lo­gies mul­tiples pour accou­cher d’une telle héré­sie. Héré­sie elle-même fon­da­trice du code géné­ral de défi­ni­tions et dénon­cia­tions de toutes les autres, au nom du Dieu, bien sûr, et plus encore du Dogme cano­nique. Ain­si boucle-t-on des sys­tèmes tota­li­taires, en reli­gion comme en poli­tique, ou plus géné­ra­le­ment en idéo­lo­gie. Si on admet que les curés ne sau­raient être moins névro­sés que le reste de la popu­la­tion – c’est l’argument qui sert de défense à l’Église –, outre que cela donne matière à objec­tion, rap­port au fameux « vœu de chas­te­té », il ne faut pas oublier que ces « ser­vi­teurs » sont cen­sés se pré­sen­ter en paran­gon de Ver­tu, et se pré­tendent tels ! On a donc beau et faux jeu que de mini­mi­ser leurs crimes au pré­texte qu’ils ne seraient pas moindres de ceux des autres ber­gers de la socié­té, comme les ins­ti­tu­teurs de la laïque, sui­vez mon regard. L’argument me ren­voie à celui par lequel on oppose le régime cas­triste de Cuba à une pseu­do démo­cra­tie capi­ta­liste. Il s’agit bien de dic­ta­tures, mais l’un pré­tend avoir mené son peuple au Para­dis socia­liste. Ce qui n’excuse nul­le­ment l’autre !

Second angle : Ces « ani­croches » cor­res­pon­draient en somme à d’ordinaires ano­ma­lies concer­nant des bre­bis éga­rées. Il suf­fit de les remettre dans le droit che­min et tout ira bien et même mieux qu’avant. Un petit coup de « plai­der cou­pable », quelques contri­tions – vous savez ces séances publiques, bien média­ti­sées, de par­don­nage impu­dique et en larmes de cro­co­diles, même les poli­ti­cards en raf­folent, les patrons bri­gands encore plus, du moment que ça fait pas­ser les pilules du len­de­main… Moyen­nant quoi tout repart comme avant et, pour ce qui est des sys­tèmes d’aliénation reli­gieuse, tout rentre dans l’ordre ecclé­sial et sur­tout sécu­lier. Amen !

Deuxième bout du même bâton, donc. Il touche à la démarche ration­nelle, à la science, à la ten­ta­tive de l’homo sapiens, s’étant mis debout, de voir au delà de la seule chan­delle qu’il porte. La pen­sée construite – c’est-à-dire argu­men­tée et contrée avant vali­da­tion et pour­suite vers l’étape sui­vante – spé­ci­fique de l’ani­mal humain [je tiens cette judi­cieuse expres­sion de Wil­helm Reich], vaut par sa capa­ci­té à éclai­rer son deve­nir ; elle implique une idée de mieux-être, d’avancée dans une huma­ni­té en marche et sou­cieuse de n’abandonner rien de ce qui est humain et de ce qui y contri­bue. Sa rup­ture d’avec l’irrationalité reli­gieuse repose sur l’ancrage pré­ci­sé­ment ter­restre et non céleste, tem­po­rel et non éter­nel, réel et non contin­gent.

Elle s’écarte aus­si de la foi, soit en l’excluant comme hypo­thèse non ration­nelle, soit en la relé­guant au monde de l’intime. Savoir et croire, ça fait deux. Deux états qui se confrontent aus­si au quo­ti­dien, notam­ment dans le champ de la (dif­fi­cile) com­mu­ni­ca­tion entre per­sonnes, notam­ment aus­si dans l’établissement de ce qu’on appelle réa­li­té ou véri­té. Entre paren­thèses, le métier de jour­na­liste se trouve pré­ci­sé­ment à la croi­sée de ces états selon les­quels se consti­tuent, pour tout un cha­cun, son propre rap­port au monde.

La Science, quant à elle et moins que toute acti­vi­té humaine, ne sau­rait s’exclure de la sépa­ra­tion de ces états. Elle part de là et c’est de là aus­si que sur­git un cli­vage, voire un schiste : uni­fier savoir et croyance par éli­mi­na­tion « natu­relle » de la der­nière ; ou bien sépa­rer les deux domaines, consi­dé­rer qu’ils peuvent fonc­tion­ner sépa­ré­ment, voire col­la­bo­rer.

Que le doute se sai­sisse du monde scien­ti­fique, ou l’interpelle comme on dit, je n’y vois qu’avantage et néces­si­té. Trop de « cer­ti­tudes » ou de « véri­té » ne peut que nuire à l’établissement des don­nées de la com­plexi­té. Mais un soup­çon même de croyance, n’entache-t-elle pas l’ensemble de la démarche scien­ti­fique – point d’interrogation.

Pour en reve­nir aux deux « contre­ve­nants » s’opposant au Groupe d’experts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’évolution du cli­mat (GIEC), je ran­ge­rais Cour­tillot dans la pre­mière caté­go­rie – celle des semeurs de doute quant à la Véri­té cli­ma­tique, sous réserve de vali­di­té de l’argumentation, bien sûr –, et Allègre dans la seconde, évi­dem­ment, celui des mani­pu­la­teurs déli­bé­rés dont les visées peuvent, pour le moins, être sus­pec­tées d’intentions « impures » quant à la démarche scien­ti­fique. Les 400 cli­ma­to­logues qui lui volent dans les plumes [Le Monde, 2/4/10] semblent pos­sé­der de solides argu­ments. Je dis « semblent » car ils en pré­parent une pré­sen­ta­tion pro­chaine. Mais indé­pen­dam­ment, il y a le per­son­nage même d’Allègre, for­te­ment émet­teur d’antipathie – tant de suf­fi­sance ubuesque ! tant d’arrivisme poli­tique ! Il y a aus­si et sur­tout son atti­tude de faus­saire l’ayant ame­né à fal­si­fier des don­nées scien­ti­fiques et des courbes – ce qu’il a recon­nu en « rai­son » d’« un choix édi­to­rial ». Et ce qui l’exclut du champ scien­ti­fique. De même lorsqu’il conclut son débat avec un éco­lo­giste [Yan­nick Jadot, France Inter, 31/03/10] par, en sub­stance, « De toutes façons, la Nature répare tou­jours les dégâts des hommes »… – ce qui était déjà, dans les même termes, le cre­do libé­ral d’un Made­lin, ou des néo-conser­va­teurs états-uniens. Dès lors, il ne reste plus qu’à tirer l’échelle sous ce Nostra­da­mus à la manque et à le ren­voyer à ses pré­dic­tions vol­ca­niques et autres délires sur l’amiante.


Copenhague. La sirène et la grenouille

2rainette.1261238803.jpg

11rainette.1261239393.jpgC’est un conte de Noël, emprun­té à La Pro­vence [18/12/09]. Lisez voir ci-contre [clic droit] leur plat billet, mieux que rien. Mais à la veille du fias­co de Copen­hague – on peut bien cre­ver la gueule ouverte – l’historiette de la rai­nette de Salon valait bien une fable. Même les Fon­taine se tarissent de nos tristes jours. Je tente la mienne, éga­le­ment à base de gre­nouillette, peut-être même de l’espèce de Salon (de Pro­vence).
J’allais don­ner de ma grande cisaille à déga­ger le lierre enva­his­sant. Je l’ai aper­çue entre les deux lames, me scru­tant de ses yeux d’or, le jabot pal­pi­tant d’une courte res­pi­ra­tion. Inquiète ? Stres­sée ? Elle m’a lais­sé le temps d’une pause pho­to et même plus, comme une star­lette sur les marches de Cannes. Elle posait là dans le plus simple appa­reil, sur le plas­tique noir et tech­nique d’un boî­tier élec­trique ; à contem­pler le monde, sans rien savoir de Copen­hague ni de sa petite sirène au chant trom­peur. Mais en en connais­sant bien tous les enjeux. C’est bien ça : elle fré­mis­sait sous l’air incer­tain, souf­flant le chaud et le froid. Comme nous en somme, pauvres humains, sur la même galère en dérive. Jadis ani­mal fétiche de la météo, elle par­cou­rait l’échelle du temps qu’il fait. La voi­là deve­nue, petite et magni­fique gre­nouille, sym­bole du temps qui reste.


La dernière du jour : Et si l’Europe se chauffait avec le soleil du Sahara ?

« Un consor­tium alle­mand veut lan­cer un grand pro­jet de cen­trales ther­mo­so­laires. Pro­duite en Afrique saha­rienne, l’électricité tran­si­te­rait sur des lignes à haute ten­sion. Les pre­mières livrai­sons pour­raient avoir lieu dans dix ans ». [Le Monde, 13/7/09]

La der­nière richesse de l’Afrique pas encore exploi­tée, le soleil, bon sang, que fai­saient les rapaces à la lais­ser ain­si dorer… au soleil ? Sur­tout, que les Afri­cains ne se dépêchent pas d’entrer « dans l’Histoire », qu’on les pille encore un peu plus !

Remar­quez que les plus pour­ris des poli­ti­ciens afri­cains n’ont pas atten­du cette lumi­neuse idée venue du Nord. Ain­si, dans la si longue lignée des dic­ta­teurs du conti­nent, un Mobu­tu a-t-il pla­cé le Congo-Kin­sha­sa en coupes réglées ; pour exploi­ter, à son compte per­son­nel pour com­men­cer, les immenses richesses minières du pays, il a fait construire des bar­rages hydro­élec­triques, dont un gigan­tesque des­ti­né à ali­men­ter les mines de cuivre du Katan­ga. Les lignes à haute ten­sion tra­versent le pays, sans même condes­cendre dans les pauvres vil­lages quelles sur­plombent [lire sur ce blog : Congo-Banque mon­diale. Ou com­ment, avec deux euros par mois, rem­bour­ser une dette de 10 mil­liards ]

Donc l’énergie solaire et son exploi­ta­tion, c’est déjà com­men­cé avec les bar­rages. La nou­veau­té, sous cou­vert « tech­no­lo­gique » – jadis les mis­sion­naires et les mili­taires pré­cé­daient les colons ; aujourd’hui c’est la « tech­no­lo­gie » qui déboule d’abord – c’est de la jouer « éco­lo » avec des pan­neaux solaires. La blague ! Ils vont tout bon­ne­ment enva­hir le Saha­ra – pas grave, c’est un désert – et plan­ter leurs pylônes à tout va. Sans doute n’oseront-ils pas, ces affai­ristes tein­tés de sens démo­cra­tique, on ne rigole pas, la jouer car­ré­ment à la Mobu­tu. Non, ils dis­tri­bue­ront plus visi­ble­ment, osten­si­ble­ment, quelques miettes de kilo­watts à grands coups de com’ tiers-mon­diste. Crai­gnons le pire. Pour le peu que les Chi­nois sur­en­ché­rissent en tirant leurs lignes jusque là-bas…

Oba­ma devra reve­nir encore et sou­vent sur les traces de ses loin­tains ancêtres s’il veut par­ve­nir à bran­cher leurs actuels des­cen­dants sur les étroites voies du libé­ra­lisme démo­cra­ti­cable.


Écologie mon amour. Le « tour du monde » de Depardon ne vaut pas un pet de baudet

Voi­ci donc l’Air du Bar­bier de Nos­villes : demain on va éco­lo­gi­ser gra­tis et entrer dans une ère nou­velle, prout-prout ma chère comme dit ma copine Chan­tal. L’ère en ques­tion, l’air nou­veau que voi­là demain tout de suite ce sera selon la recette du pâté de che­val à l’alouette : une cen­trale nucléaire, un mou­lin à vent, dixit le Sar­ko nou­vo.

Or, à pro­pos de vents et de prouts, je vais vous en conter une. Si vous sui­vez ma prose blo­gueuse, vous savez donc que l’été der­nier, j’ai effec­tué un périple fan­tas­tique expo­sé dans un ouvrage du même aca­bit bra­ve­ment inti­tu­lé « Le tour d’un monde en sept jours avec un âne en Pro­vence ». [Sui­vez le lien pour plus d’info et si pos­sible le com­man­der].
Certes, je me fais un peu de pub au pas­sage mais, vous l’allez voir, elle se jus­ti­fie plei­ne­ment, en par­ti­cu­lier depuis les der­nières euro­péennes, avec les résul­tats qu’on sait.

Donc, disais-je, pour fêter à sa manière la sor­tie de mon bou­quins [voir ci-des­sus…], ma fian­cée m’a offert… un autre bou­quin au titre pro­vo­ca­teur : « Le tour du monde en 14 jours, 7 escales, 1 visa ». L’auteur est un peu plus connu que celui du « Tour d’un monde, bour­ri­cot, etc. ». C’est un cer­tain Ray­mond Depar­don, qui clame ceci sur la 4e de couv’ : « Je reviens fati­gué, mais heu­reux de voir que la Terre est ronde »… Beuh… Fati­gué, Ray­mond ? On le com­prend, le cham­pagne dans les zincs de pre­mière classe ou classe biz­ness, ça pompe. Il a d’ailleurs la can­deur, notre « pho­to­graphe de répu­ta­tion inter­na­tio­nale », de nous mettre sous le nez, les fac-simile de ses billets, tous ou presque de Uni­ted Air­lines, comme ça on sait d’où vient le pognon.

1juju-depardon.1244666840.JPG

A l’heure de l’écologie triom­phante, pour sûr, notre Depar­don se sent un peu péteux rap­port au kéro­zène qu’il a bouf­fé, en plus des petits fours de Uni­ted Air­lines. Alors, à la façon du non moins fameux et pom­peux Yann Arthus-Ber­trand [j’ai subi le début de son « Home » et ça m’a bien vite plus que gon­flé aus­si…], lequel est à Fran­çois Pinault ce que Depar­don est à Uni­ted Air­lines, notre super pho­to­graphe a cher­ché un ou deux… par­dons par anti­ci­pa­tion.

Il l’explique à la toute der­nière page de son bou­quin, une idée d’éditeur on dirait même : « Ray­mond Depar­don a sou­hai­té com­pen­ser les émis­sions de CO2 liées à son voyage. Il a fait appel à la fon­da­tion suisse Mycli­mate,  une des entre­prises de com­pen­sa­tion de car­bone les plus répu­tées (on compte aujourd’hui envi­ron 170 entre­prises de ce type).  Le cal­cul des émis­sions de CO2 s’effectue à par­tir de la consom­ma­tion de kéro­sène des avions emprun­tés ain­si que de la classe dans laquelle  le pas­sa­ger a voya­gé.  Pour son tour du monde, Ray­mond Depar­don  a par­cou­ru 45157 kilo­mètres en pre­mière classe et en busi­ness. Les émis­sions de car­bone liées  à ce voyage sont ain­si esti­mées à 17246 tonnes, com­pen­sables par un don de 1234 €.  Cette somme, que Ray­mond Depar­don a rever­sée à Mycli­mate, per­met à cette fon­da­tion de finan­cer des pro­jets spé­cia­li­sés dans la pro­mo­tion  des éner­gies renou­ve­lables et dans la limi­ta­tion de la consom­ma­tion d’énergie. » [Sou­li­gné par moi].

Pas beau ça ? Se don­ner bonne conscience, ça coûte pas cher quand on a les moyens. Ce bou­quin est une escro­que­rie intel­lec­tuelle, d’ailleurs révé­lée par les quelques lignes mal­ha­biles ten­tant à jus­ti­fier cet injus­ti­fiable « tour du monde en soli­taire ». Tu parles !

Tan­dis que bibi, avec son « Juju » de bau­det pro­ven­çal, a réa­li­sé son tour d’un monde en moi­tié moins de temps et pour zéro émis­sion de CO2… Zéro, vrai­ment ? Ah non, pas tout à fait, il faut comp­ter nos pets – eh ! – et sur­tout ceux de l’âne, pos­si­ble­ment volu­mi­neux mais rares en véri­té, si on n’évalue pas ce qui se passe lors de l’émission de crot­tin.

Or, ce matin, j’aborde la chose avec un spé­cia­liste, Patrick Piro, jour­na­liste « éco­lo­gie » à Poli­tis et vieux copain. Voi­ci ce qu’il m’apprend presque en s’excusant : « Puis-je sou­li­gner que le pet des bour­ri­cots est neutre cli­ma­ti­que­ment, si l’on consi­dère que l’herbe bouf­fée repousse (fer­ti­li­sée par les déjec­tions), fixant le car­bone relâ­ché ? D’autant que les ânes n’étant pas des her­bi­vores poly­gas­triques comme les bovins, leurs fla­tu­lences n’émettent que peu ou pas de méthane. »

Ain­si étais-je, en tant que grand voya­geur tour-de-mon­diste, tota­le­ment absout de pol­lu­tion nocive !

Quant au bou­quin lui-même, il n’a pas dû être trop dépen­sier : sor­ti à peu d’exemplaires (400) chez un impri­meur éti­que­té « Imprim’ vert », il a seule­ment dû être trans­por­té par camion­neur et par la poste.

A ce pro­pos, je peux même vous l’envoyer ! : chèque de 14 euros, et hop vous voya­ge­rez plus qu’avec Depar­don !



Tout un monde en Hummer et en Provence, jusque chez Richard Perle

2hummer_1En ce 1er août 2006, mon pote Ber­nard me dit au bigo ce dimanche, à l’heure de la messe :

« Ouf, ça va mieux, il pleu­viote sur Paris ! » [Notez le «sur» Paris, comme dans le Pré­vert de «il pleu­vait sans cesse sur Brest» ...] 

Je dis ça en pas­sant parce qu’on parle sou­vent à la va comme je te cause, et on écrit aus­si de même, agis que nous pou­vons être par les modes de par­lure, genre « au final », « on va dire », « je des­cends sur Mar­seille », « que du bon­heur ! » et autres for­mules frap­pées à l’emporte-pièce puis, on ne sait trop com­ment, pro­pa­gées par une espèce de grippe-aviaire-des-mots, sans doute ino­cu­lée par les publi­ci­taires, répan­dues par les feuille­tons télé, les radios et toute la basse-cour média­tique. (Belle phrase, non ?).

Ce gros machin fachoïde…

Il me disait ça, le Ber­nard et, tels des ex de la colo­niale, lui et moi on évo­quait cette fois où sous une paillote de l’hôtel Cha­ri à N’Djaména, com­plè­te­ment à la ramasse, on regar­dait notre ther­mo­mètre atteindre son Eve­rest : 47° Oui, la cani­cule dix mois par an, sans clim ni par­fois de flotte. Tu le ferais, toi ? « Des fei­gnants ces nègres, tiens ! » Ce genre de conne­rie qu’on fini­ra peut-être bien­tôt par ne plus entendre, une fois nos cli­mats bien déré­glés. Et que peut-être aus­si, à son tour, l’Afrique connaî­tra les dou­ceurs d’un Gulf stream. En atten­dant la gla­cia­tion. Ce qui, il est vrai et comme pour « le fût du canon », peut prendre quand même un cer­tain temps. Ain­si qu’on le va conter.

Donc, de ce pas et sous le cagnard domi­ni­cal, j’allais qué­rir ma gazette locale au tabac-jour­naux du pate­lin. C’est bien de sor­tir. Même pas loin, comme j’aime à dire aux appren­tis-jour­na­listes. Assi­gné à rési­dence dans mes espa­drilles, je n’aurais rien su – pas cette fois du moins – d’une nou­velle hor­reur venant s’ajouter aux nuages d’ozone et CO2 de notre noir ave­nir pla­né­taire. Je n’en voyais guère de pire que les 4x4 die­sel, genre four­gon funé­raire pour riches, tur­bi­nant leurs 20 litres au cent, sans comp­ter la clim’ pour gar­der le teint rosé. Mais t’as pas fini d’en voir, mon gars !

Ce gros machin fachoïde, là, garé sur l’emplacement du car, fenêtres noires et closes, moteur et clim en marche Pas croyable, un monstre ! Comme qui dirait Schwar­ze­ne­ger – ouais, gou­ver­neur de la Cali­for­nie, où il a fait aus­si dans les 45° ces jours-ci – en bat­tle-dress macabre, casque à visière aveugle, des chromes comme des poi­gnées de cer­cueil. Un machin de guerre amé­ri­cain mâti­né de cor­billard sovié­tique. Un « Hum­mer » ça s’appelle, que m’apprend le débi­tant – « Y a des revues là-des­sus, voyez ! ». Regar­dez à votre tour (▲ pho­tos ▼ piquées sur le oueb, j’allais quand même ache­ter un canard pareil !). Vous croi­sez ça à la nuit tom­bante rue Quin­cam­poix, dans le qua­trième, à Paris – sup­po­sons –, que vous ne savez plus dans quel trou vous réfu­gier, comme en 40 sous la Kom­man­dan­tur.

Eh bien, y avait « ça » devant mon tabac-jour­naux ce matin ! Et « ça » était conduit par une dame aus­si élé­gante que fluette venue cher­cher ses trois paquets de Marl­bo­ro. Et que même mon débi­tant lui a cau­sé en anglo-pro­ven­çal, vu qu’elle ne pipait pas le molière. Pas le moindre «Bon­jour, Marl­bo­ro, trois, mer­ci, r’voir». Que de l’angliche.

Je le lui fais remar­quer à mon débi­tant, en lui pre­nant la Pro­vence que du coup il me fait payer « nine­ty » – pour de rire. Et qu’il accom­pagne d’une vanne écu­lée, pro­bable sur­vi­vance d’un film sur les Viets, façon Schoen­doerf­fer: « Dans un œuf, y a du jaune et du blanc ; cas­sé et mélan­gé, y a plus que du jaune, hé ! »

Bon, je la ferme et me casse. La dame a rejoint sa case­mate à moteur pour démar­rer aus­si­tôt comme à Dal­las, seule à bord.

Eh eh, me fais-je in pet­to, si c’était Mrs Perle ? Oui : l’épouse de Richard Perle, conseiller et ami de W. Bush, l’un des néo-cons’ les plus influents à la Mai­son Blanche – et pos­sé­dant par ailleurs une rési­dence dans le Lube­ron, je ne sais trop où, mais pas bien loin de mon tabac-jour­naux… Tenez, le v’là en pho­to  dans sa cabane pro­ven­çale… à Gordes La vie est belle. Allez, « à ciao ! » Je vous laisse écrire la morale du conte (un peu) véri­dique.


  • © Ch.- M. Schulz

    « Il fau­drait com­prendre que les choses sont sans espoir et être pour­tant déci­dé à les chan­ger. » F. Scott Fitz­ge­rald, Gats­by le magni­fique, 1925
    ––––
    « Le plus grand dérè­gle­ment de l’esprit, c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet. » Bos­suet

  • Traduire :

  • Abonnez-vous !

    Saisissez votre @dresse pour vous abonner à « C’est pour dire » et recevoir un courriel à chaque nouvel article publié.

  • Twitter - Gazouiller

  • Énigme

    Philippe Casal,, 2004 - Centre national des arts plastiques

    Phi­lippe Casal, 2004 - Centre natio­nal des arts plas­tiques - Mucem, Mar­seille

  • Et ça, c’est tentant aussi…

  • La réa­lité vraie n’est jamais la plus manifeste. (Claude Lévi-Strauss)

    La réa­lité vraie n’est jamais la plus mani­feste.
    (Claude Lévi-Strauss)

  • 2sexpolLa Revue Sexpol ressuscitée !

    Parue de 1975 à 1981, la Revue Sex­pol (sexua­li­té / poli­tique), ses 39 numé­ros et 2000 pages ont res­sus­cité par la grace de la numé­ri­sa­tion. Un DVD est désor­mais dis­po­nible, au prix coû­tant de la numé­ri­sa­tion, de la dupli­ca­tion et des frais de port, soit 16 euros avec jaquette cou­leur et boî­tier rigide ou 11 euros sans. Ren­sei­gne­ments et com­mande en cli­quant ici ou sur la cou­ver­ture du der­nier numé­ro, ci-des­sus. En savoir plus ici sur Sex­pol.
  • « Comme un nuage – 30 ans après Tchernobyl »

    Comme un nuage, album pho­tos et texte mar­quant le 30e anni­ver­saire de la catas­trophe de Tcher­no­byl (26 avril 1986). La sous­crip­tion étant close (vifs remer­cie­ments à tous les contri­bu­teurs !) l’ouvrage est désor­mais en vente au prix de 15 euros, fran­co de port. Vous pou­vez le com­man­der à par­tir du bou­ton « Ache­ter » ci-des­sous (bien pré­ci­ser votre adresse pos­tale !)

    tcherno2-2-300x211

    Il s’agit d’un album-pho­to de qua­li­té, à tirage soi­gné et limi­té, 40 p. for­mat A4 « à l’italienne ». Les pho­tos, prises en Pro­vence et notam­ment à Mar­seille, expriment une vision artis­tique sur le thème d’« après le nuage ». Cette créa­tion rejoi­gnait l’appel à l’organisation de « 1.000 évé­ne­ments cultu­rels sur le thème du nucléaire », entre le 11 mars 2016 (5 ans après Fuku­shi­ma) et le 26 avril 2016 (30 ans après Tcher­no­byl).
  • L’argument fon­da­men­tal pour la liberté d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances (Ber­trand Russel)

    L’argument fon­da­men­tal pour la liber­té d’expression est le carac­tère dou­teux de toutes nos croyances. (Ber­trand Rus­sel)

  • montaigne

    Le vrai miroir de nos dis­cours est le cours de nos vies. Mon­taigne - Essais, I, 26

    La véri­té est un miroir tom­bé de la main de Dieu et qui s’est bri­sé. Cha­cun en ramasse un frag­ment et dit que toute la véri­té s’y trouve. Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273)

  • « C’est pour dire » de Gérard Pon­thieu, est mis à dis­po­si­tion selon les termes de la licence Crea­tive Com­mons : Attri­bu­tion - Pas d’Utilisation Com­mer­ciale - Pas de Modi­fi­ca­tion (3.0 France). Pho­tos, des­sins et docu­ments men­tion­nés sous copy­right © sont pro­té­gés comme tels.
    Licence Creative Commons

  • « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

    « Si vous ne chan­gez pas en vous-même, ne deman­dez pas que le monde change »

  • Catégories d’articles

  • Salut cousin !

    Je doute donc je suis - gp

  • Calendrier

    mai 2017
    lunmarmerjeuvensamdim
    « Avr  
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031 
    Copyright © 1996-2017 C’est pour dire. Tous droits réservés – sauf selon la license Creative Commons.
    iDream theme by Templates Next | Turbiné par WordPress