mehdi-meklat

Lors de l’émission La Grande librai­rie, 17 février.

Il avait l’allure d’un jeune homme bien, un rien effron­té sans doute, sous sa cas­quette « chan­vrée »… Meh­di Mek­lat, 24 ans, s’était construit une cer­taine noto­rié­té avec son com­père Badrou : Bon­dy Blog, France Inter, Arte, Les Inrocks. Sym­pas, quoi, ces jeunes, porte-voix des ban­lieues autres que déses­pé­rantes. Jeu­di der­nier, on les retrouve même, l’Arabe et le Noir, comme incon­grus dans le décor de La Grande librai­rie, émis­sion de France 5 pour la sor­tie de leur bou­quin, Minute.

La mariée était trop belle : entre­temps, des inter­nautes exhument des tweets de Mek­lat à base d’injures anti­sé­mites, homo­phobes, racistes, miso­gynes. Sidé­ra­tion. Le jeune homme à cas­quette fleu­rie s’excuse, invoque un « per­son­nage fic­tif » caché der­rière son pseu­do­nyme (« Mar­ce­lin Des­champs »), his­toire de « ques­tion­ner la notion d’excès et de pro­vo­ca­tion »… Mais quand il eut déci­dé de reprendre sa vraie iden­ti­té de twit­teur, il prit tout de même soin d’intégrer à son compte ses délires pré­cé­dents. Flo­ri­lège :

 

Quelques voix média­tiques s’élèvent cepen­dant pour prendre la défense de l’indéfendable. Pour excu­ser quoi ? Au nom de quoi ? Ce qui est sûr, c’est qu’une telle dupli­ci­té va ali­men­ter encore davan­tage la lepé­ni­sa­tion en marche. Peut-être est-ce même le but recher­ché, celui de Daesh en par­ti­cu­lier : cou­per en deux la socié­té fran­çaise, pous­ser à l’affrontement et, « idéa­le­ment » à la guerre civile.