oktintin-congo-copie1181653424.1183323419.jpg Je l’avais redou­té : à peine par­ti, ils me feraient des enfants dans le dos ! Et en effet Tin­tin l’a eu dans le pètche. Je l’ai su dès que dans l’avion du retour j’ai eu sous mes yeux le Libé du jour titrant à la une: « Sar­ko­zy et les médias – La fronde ». Et voi­là le tra­vail : Arrêt sur images, éjec­tée de France 5 et Schnei­der­mann avec ; la Bande à Bon­naud, idem de France Inter ; Arnault LVMH qui veut se payer Les Échos pour mieux lar­guer La Tri­bune ; Minc qui, mor­pio­ni­bus, s’accroche à son fau­teuil du Monde…

Et quoi encore ? Titre du Monde à la une du 23 juin : « Des émeutes urbaines à Cer­gy sont pas­sées inaper­çues » ! Je crois rêver ! C’est de mon pays qu’il s’agit ? Car je viens de pas­ser dix jours à ana­ly­ser la situa­tion des médias de la Répu­blique démo­cra­tique du Congo… Certes on y tue des jour­na­listes et la presse demeure confi­den­tielle. Mais le peuple congo­lais et ses jour­na­listes n’ont pas de leçon à rece­voir de nous ! Qu’on se le dise en rabat­tant notre caquet, notre pré­ten­tion et notre pognon. GP

PS : Mer­met res­te­ra sans doute en place. « Là-bas si j’y suis » tient lieu de cau­tion « libé­rale » pour pas cher, au milieu de l’après-midi. Tan­dis qu’on vire Bon­naud de France Inter, autre­ment plus sub­ver­sif car moins can­ton­né à un public de mili­tants consan­guins.

Share Button