Si vous sui­vez un peu « C’est pour dire » , vous êtes au cou­rant de l’esca­pa­de bruxel­loi­se de Sar­ko­zy avec ses deux avions offi­ciels, « Air Sar­ko One » et « Car­la One  ». On com­prend mieux aujourd’hui le pour­quoi de la pré­sen­ce du Fal­con 7X pré­si­den­tiel, ain­si que l’a révé­lé Fran­ce Inter. Le chef de l’État a uti­li­sé cet appa­reil de luxe de sei­ze pla­ces (la Répu­bli­que a de grands besoins) pour un dépla­ce­ment pri­vé à New York, un voya­ge éclair de 48 heu­res, le temps de fai­re notam­ment quel­ques emplet­tes dans des bou­ti­ques de luxe de la Cin­quiè­me ave­nue.

« Là tout n’est qu’ordre et beau­té…

Ce gen­re de révé­la­tion n’est pas pour plai­re à la pré­si­den­ce de la Répu­bli­que, cer­tes, qui a réagi mar­di en pré­ci­sant que Nico­las Sar­ko­zy « s’est acquit­té d’un billet au tarif com­mer­cial, lors d’un voya­ge pri­vé à bord d’un avion appar­te­nant à l’Etat. » Selon la pré­si­den­ce, citée par lemonde.fr , le chef de l’Etat s’acquitte tou­jours, dans ce cas de figu­re, du prix d’un billet en clas­se affai­res, soit un tarif com­pris entre 2.000 et 4.000 euros.

Un tarif sur lequel s’interroge le site du quo­ti­dien qui pré­ci­se que le prix d’un vol en Fal­con 7X n’est pas le même que celui sur un avion de ligne. Si un vol régu­lier en clas­se affai­res coû­te entre 1.000 et 4.000 euros, une heu­re de vol en Fal­con 7X coû­te, elle, 7.000 euros et sur­tout la loca­tion d’un tel appa­reil par un par­ti­cu­lier l’obligerait à débour­ser des cen­tai­nes de mil­liers d’euros.

C’est en fait la Cour des comp­tes qui jus­ti­fie une tel­le pra­ti­que. Dans son rap­port de 2009, elle avait sou­li­gné que le chef de l’Etat – en fonc­tion 24 heu­res sur 24 – ne peut fai­re autre­ment que de pren­dre un appa­reil gou­ver­ne­men­tal, même dans le cadre de dépla­ce­ments pri­vés pour des rai­sons de coûts. Le pré­si­dent de la Cour des comp­tes avait expli­qué, à l’époque, qu’il était, en effet, plus coû­teux de le fai­re voya­ger sur un avion de ligne que sur un avion de l’ETEC - l’Escadron de trans­port, d’entraînement et de cali­bra­tion - en rai­son du dis­po­si­tif de sécu­ri­té néces­sai­re à la pro­tec­tion du pré­si­dent de la Répu­bli­que. Ain­si, en payant entre 2.000 et 4.000 euros pour voler à bord du Fal­con 7X, Nico­las Sar­ko­zy n’a fait que sui­vre les recom­man­da­tions de la Cour des comp­tes… Et toc !

…luxe, cal­me et volup­té ». Tex­te de Bau­de­lai­re, ima­ges de Das­sault.

La ques­tion qui demeu­re est tout de même cel­le de la néces­si­té pour un pré­si­dent, de la sta­tu­re que l’on sait, d’aller, en plei­ne cri­se géo­po­li­ti­co-éco­no­mi­que, fai­re des emplet­tes de riche dans des maga­sins newyor­kais de luxe et au moyen d’un avion de luxe payé par le bon peu­ple.

Com­me pour Fillon, MAM et le faux ravi de Woer­th (pour ne citer qu’eux), le pro­blè­me est pré­ci­sé­ment qu’ils ne voient pas où se situe le pro­blè­me. Tant les ques­tions d’éthique et, disons seule­ment de décen­ce, leur sont étran­gè­res. Ils ne vivent pas dans le même mon­de que la popu­la­tion – la popu­la­ce confron­tée aux incer­ti­tu­des du len­de­main quand ce n’est pas à cel­les du jour même.

Ça nous ramè­ne une fois enco­re à cet­te décen­ce com­mu­ne chè­re à Geor­ge Orwell. Et ça me ren­voie à ce que j’en disais en juin der­nier, à pro­pos de cet­te insup­por­ta­ble impu­den­ce : « Ce goût du luxe jusqu’à la luxu­rian­ce, cet­te avi­di­té pour la « clin­quan­ce » (on en est à inven­ter des mots !), la cher­té obsé­quieu­se du bling-bling, le jamais assez et donc tou­jours plus, voi­là la névro­se obses­sion­nel­le des puis­sants de ce mon­de qu’ils met­tent en cou­pe réglée ! La ques­tion est bien cel­le du pognon exor­bi­tant dont cer­tains se goin­frent avec une avi­di­té enco­re jamais vue. Je dis bien « vue », en ce sens où le caché d’avant, sans dou­te, valait bien l’étalage actuel, deve­nu indé­cent jusqu’au por­no ! »

Un petit air pour l’envol…  Mer­ci Boris Vian et Ser­ge Reg­gia­ni pour ce « Maxim’s » qui rime tant avec Fouquet’s.

Clip audio : Le lec­teur Ado­be Fla­sh (ver­sion 9 ou plus) est néces­sai­re pour la lec­tu­re de ce clip audio. Télé­char­gez la der­niè­re ver­sion ici. Vous devez aus­si avoir JavaS­cript acti­vé dans votre navi­ga­teur.

On peut savou­rer aus­si ce cou­plet là, ter­ri­ble­ment moqueur :


UMP - Je veux une Répu­bli­que irré­pro­cha­ble
envoyé par ump. - L’info inter­na­tio­na­le vidéo.

Share Button