Le futur « transhumaniste », selon le neurobiologiste Jean-Didier Vincent

ECRIVAINS JEAN DIDIER VINCENT ET GENEVIEVE FERRONE CHEZ GRASSETProfesseur à l’Institut universitaire de France et à la Faculté de médecine de Paris-Sud, directeur de l’Institut de neurobiologie Alfred-Fessard du CNRS, un des pionniers de la neuroendocrinologie, Jean-Didier Vincent est aussi un aventurier intellectuel et, comme tel, un passeur entre des domaines ouverts à la vie au plein sens. C’est dire qu’il ne saurait se limiter au seul domaine du cerveau, dont il est pourtant un grand spécialiste. Ses livres récents donnent une idée de son activité de transfert des connaissances : Casanova ou la contagion du plaisir, Celui qui parlait presque, La Chair et le diable, La Vie est une fable, Faust : une Histoire naturelle (tous chez Odile Jacob), Si j’avais défendu Ève (Plon). Un éclectisme à l’image de sa curiosité insatiable et de son humour à l’occasion provocateur.

Paul Veyne se demandait si les Grecs avaient cru à leurs mythes 1. Pour les chrétiens, pas de doute, le Christ a bel et bien ressuscité. Pâques en est la célébration religieuse la plus fervente, sourcée à une mythologie païenne datant de la plus haute antiquité. Il s’agissait de célébrer le retour du printemps, le cycle du vivant pour lesquels l’œuf représente le symbole de la vie. De même en est-il du lièvre (chocolaté désormais, comme l’œuf…), symbole antique de la fécondité – le con féminin (cunnus en latin), faut-il le rappeler, dérivant de l’analogie formelle avec le museau du lapin (conejo en castillan, conill en catalan et en occitan , coniglio, en italien, etc.) Dans le christianisme, ils symbolisent la résurrection du Jésus-Christ et sa sortie du tombeau, comme le poussin sort de la coquille avec sa pure naïveté questionnante et éternelle : quid de la poule ou de l’œuf ?

Je m’égare ? Non pas. Puisqu’il est question d’immortalité, question existentielle s’il en est et autour de laquelle se sont greffées les croyances religieuses puis leurs dogmes plus ou moins néfastes. De nos jours, ce sont les hallucinés coraniques qui détiennent les records les plus atroces. La compétition a toujours été vive dans ces domaines propices aux plus sinistres et mortifères obscurantismes, sans exclure les religions séculières telles que peuvent être considérés le nazisme et le stalinisme.

Je m’égare encore ? Non, car il s’agit cette fois de l’immortalité ici-bas, celle qui touche une autre forme de croyance, liée à la toute-puissance (notion divine) de la Science et de ses dérivés dits technologiques.

J’ai trop tardé à vous présenter le neurobiologiste Jean-Didier Vincent [voir ci-contre également], co-auteur avec Geneviève Ferone, en 2011, de l’ouvrage Bienvenue en Transhumanie. Sur l’homme de demain (éd. Grasset) 2. Livre passionnant autour de perspectives inouïes et terrifiantes, ainsi qu’on pourra le comprendre dans le passionnant entretien que Jean-Didier Vincent a donné au Figaro Magazine, en autorisant sa reprise sur « C’est pour dire ». En le remerciant vivement ainsi que l’intervieweur, Patrice De Méritens.

 

« L’espèce humaine ne peut durer que si elle demeure mortelle »

  • Qu’est-ce qui vous a pris d’écrire une nouvelle Apocalypse ?

Jean-Didier Vincent – Je n’ai rien fait d’autre qu’un voyage dans le futur de l’homme, et si j’ai effectivement pensé à l’Apocalypse, ce ne sera pas pour autant un texte sacré. J’ai eu envie de voir ce qu’il y avait dans le ventre de ces gens qu’on appelle les « transhumanistes ». Ce sont des idéologues qui visent au dépassement de l’espèce humaine, qu’ils considèrent comme imparfaite, par une cyberhumanité. Leur rêve est celui de l’immortalité pour une créature, produit du génie de l’homme. Le monde actuel est entré dans une zone de fortes turbulences, nous détenons une puissance de feu capable de transformer la Terre en confettis radioactifs, l’homme est en passe de bricoler son ADN, mais comme nous ne pouvons remonter la grande horloge biologique du vivant, la tentation est grande du passage en force technologique.

Avant l’avènement du posthumain, nous voici donc arrivés dans une phase de transition, celle du transhumanisme. Elle répond en quelque sorte aux préoccupations apocalyptiques anciennes où l’homme, dépassant la créature réagissant aux misères qui lui sont infligées par son créateur, ne compte plus que sur lui-même et sur les technologies qu’il a su développer pour faire face à la grande crise qui frappe l’ensemble de la biosphère. Les transhumanistes ne sont pas une secte, mais un groupe de pression qui utilise pour ses desseins le concept de convergence des nouvelles technologies : les NBIC : nanotechnologies (N), biotechnologies (B), informatique (I) et sciences cognitives (C). En faisant converger sur des projets communs les moyens théoriques et techniques de ces quatre champs disciplinaires, on espère obtenir des résultats supérieurs à la somme de ceux obtenus par chacun d’eux isolément. On peut aussi s’attendre à l’émergence d’observations inattendues. Pour vous faire appréhender ce qu’est la convergence, j’utiliserai cette métaphore peut-être un peu violente : vous faites collaborer un forgeron avec un menuisier et ils vous construisent une croix pour crucifier le Christ…

  • Où sont les transhumanistes et comment travaillent-ils ?

– Leur mouvement est fortement implanté aux Etats-Unis, il a essaimé en Europe, notamment au Royaume-Uni et en Allemagne. Nous n’en avons qu’un faible contingent en France. Leur « pape » est un Suédois, professeur à Oxford, Nick Bostrom. Il est loin de m’avoir fasciné. En revanche, j’ai rencontré dans la Silicon Valley (que j’appelle la « vallée de la poudre »), pas mal de beaux esprits ainsi qu’une collection d’originaux. Leur projet d’ « humains augmentés » remet en cause la définition traditionnelle de la médecine fondée depuis Francis Bacon sur la réparation du corps et le soulagement de la souffrance. Le transhumanisme aspire non seulement à empêcher l’homme d’être malade, mais à le rendre « incassable ». Ainsi, par exemple, l’informatique associée à la biologie moléculaire aboutit à la bio-informatique, qui permet de décrypter les génomes et les lois de la vie avec une acuité, une pertinence, et une efficacité prodigieuses – l’exponentiel étant le mot clé ! Les sciences cognitives, quant à elles, permettent de modifier le cerveau, avec notamment les implants. La seule barrière de communication entre le cerveau et la machine demeure nos sens, avec leurs organes récepteurs qui servent d’intermédiaires. Si ces derniers sont absents par la naissance ou par la maladie, ils peuvent être remplacés par des appareils électroniques implantés directement au contact des voies sensorielles à l’intérieur du cerveau. Voici venu le temps des cyborgs ! Cet ensemble va donner des pouvoirs dont le premier bénéficiaire est d’ores et déjà l’armée américaine, avec la Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency), principale source de subventions de ces recherches.

Émanation de la recherche militaire états-unienne, ce robot bestial, hollywoodien et terrifiant.

Ainsi se dessine le projet d’un nouvel humain, pas tout à fait encore homo novus, mais sapiens sapiens augmenté, non plus dans le cadre de la natura naturans de Descartes, mais dans celui du per artem artefact. L’augmentation des capacités permettant en toute logique l’augmentation de la vie dans ses fonctions et sa durée.

  • Vous avez parlé d’immortalité pour une créature, produit du génie de l’homme…

– Ce qui ne signifie nullement l’immortalité de l’homme lui-même. « La vie c’est la mort, la mort c’est la vie », disait Claude Bernard – et il n’y a pas de processus de vivant sans processus de mort associé. Grâce à la biologie moléculaire, aux nanotechnologies, aux neurotechnologies, la durée de la vie sera prolongée. Sans être du domaine quantique (une réalité abstraite), la nouvelle matière intermédiaire inaccessible au visible, créée par les nanotechnologies, permettra d’intervenir sur la santé en touchant des cibles à l’intérieur du corps. On pourra entrer dans la cellule malade et, par exemple pour les cancers, appliquer des thérapeutiques auxquelles on ne pouvait pas soupçonner d’avoir un jour accès. Certains produits commencent déjà à bénéficier de ces découvertes. Sous forme nanométrique, au milliardième de mètre, la matière prend des propriétés extraordinaires. C’est ainsi que l’or, métal impassible, change de couleur sous forme de nanoparticules. Quand il rougit, il devient toxique et attaque l’oxygène. C’est surtout à partir du carbone que l’on obtient des matières exceptionnelles, par exemple pour des fils destinés aux ascenseurs spatiaux, dont la résistance sera 1 000 fois supérieure à celle d’un métal de même dimension. Mêlez à cette révolution technologique les progrès de la biotechnologie, et nous deviendrons de nouveaux humains. Le clonage permettra le triage d’embryons, l’élimination comme l’ajout de certains gènes ; on fera même des Frankenstein réussis – des chimères, au strict sens du mot.

  • Avec quelles conséquences ?

– Sans même évoquer les questions d’éthique, auxquelles il serait bon de réfléchir en amont, les conséquences sur le plan social risquent d’être particulièrement destructrices. Le sexe n’ayant plus d’importance, que restera-t-il de nos amours ? Complètement séparés de la reproduction, que vont devenir le désir, l’érotisme – la culture elle-même qui est toujours, peu ou prou, sexuelle ? Il faudra enterrer solennellement le Dr Freud ! Épicure dit que l’âme est le cri de la chair, mais justement, il faut que la chair souffre, qu’elle jouisse, qu’elle éprouve de l’affect, qui est le fondement de l’humain. Nous sommes des êtres duels. Le jour où l’on parviendra à provoquer le plaisir par la libération d’ocytocine dans le cerveau, autrement dit provoquer un orgasme artificiel avec une puce implantée dans la région ad hoc du cerveau, qu’adviendra-t-il d’une société devenue exclusivement onaniste ? Où sera le souci de la descendance ? Quelle sera cette société sans amour, douée de raison et de multiples qualités sélectionnées pour construire les humains ?

  • Une société efficace… c’est presque tentant ! Quand y sera-t-on ?

– On ne le sait heureusement pas. Dans la perspective d’une humanité augmentée, « mort à la mort » n’en demeure pas moins un programme de recherche réalisable. Il suffira de neutraliser les ensembles génétiques qui causent notre perte, et le suicide ou l’accident sera le seul moyen de remplir les cimetières. Nous serons donc cassable mais non mortels, tout comme ces services de vaisselle hérités des grands-parents qui finissent par être détruits avant d’être usés. Clonage et « amortalité » seront réservés aux puissants, la reproduction demeurant la spécialité des humbles. Mais si la possibilité de ne pas mourir est offerte à tous, pauvres et riches, alors, selon la loi de l’offre et la demande, le coût de la mort deviendra exorbitant : offrez la vie éternelle, la mort deviendra précieuse. Au cours de mon voyage en transhumanie, j’ai rencontré un prophète et grand mathématicien nommé Eliezer Yudkowsky, qui ne désespère pas de créer des algorithmes grâce auxquels on pourra introduire dans les cerveaux de la pensée nouvelle et des capacités de conceptualisation, pour l’heure inimaginables. Penser l’impensable ! Mais que sera l’impensable dès lors que nous n’aurons plus l’angoisse de la mort et de l’au-delà, sur quoi se construit la métaphysique ? Frustrés à l’origine, frustrés à l’arrivée ! Nous serons conçus par l’opération du Saint-Esprit (si ce n’est qu’il n’y a plus d’esprit), sans plus avoir à s’en soucier puisque nous serons immortels. C’est trop beau pour être vrai, et proprement inconcevable.

  • Oui, si l’on s’en tient à l’imbrication de la vie et de la mort selon Claude Bernard, mais ce principe ne risque-t-il pas un jour d’être techniquement obsolète ?

– Est-ce fantasmer de penser que l’espèce humaine ne peut durer que si elle demeure mortelle ? La mort supprimée reviendrait à sa négation. Sans même évoquer les problèmes matériels que poserait l’immortalité : asphyxie numérique, survie alimentaire, anémie spirituelle en cas de numerus clausus – sans compter l’ennui ! –, j’oppose à la mort une virtuelle immortalité, celle de la « communion des saints » : vous n’êtes immortel que dans la mesure de l’amour du prochain que vous avez semé autour de vous, lequel vous gardera dans la mémoire du vivant. Que signifie la longévité des patriarches ? Mathusalem, un peu plus de 900 ans, Enoch un peu moins de 400 ans, ou bien encore Abraham, 175 ans, alors qu’il y eut peut-être cinquante Mathusalem, trente Enoch, dix Abraham qui se succédèrent. Ce qui apparaît comme un mythe relève de la communion des saints : Abraham, passé dans un autre Abraham, etc. C’est ainsi que l’humanité évolue, conservant ses propres traces dans l’inconscient collectif, pour reprendre une expression qui sent un peu la psychanalyse. J’espère bien qu’un peu de moi survivra dans d’autres qui m’auront entendu, que j’aurai aimés et qui m’auront aimé.

Augmentons donc la vie de l’homme, supprimons tous ses handicaps, notamment ceux de la vieillesse odieuse, souvent reléguée dans les hospices, cela ne peut qu’améliorer la bonté de l’homme. Vaincre cette forme de pré-mort est la vraie victoire. Mais si nous n’aspirons qu’à la valeur existentielle d’une vaisselle de famille, cette immortalité-là ne me séduit guère. Sans compter que le transhumanisme est une idéologie porteuse d’espérances douteuses…

  • Que voulez-vous dire ?

– En matière militaire, un seul soldat serait capable de détruire une population ennemie. Question d’équipement : avec sa smartdust (poussière communicante électronique), son exosquelette, son corps autoréparable, des nanobots (robots nanométriques) capables d’envahir l’adversaire sans qu’il s’en rende compte, des drones et des chars d’assaut pilotés par la pensée… La quatrième technologie, celle du cerveau, traite de l’interface cerveau-machine : si vous perdez un bras, il sera remplacé par un exobras mécanique autorégulé. Pour vous en servir, vos ordres seront envoyés à partir des données enregistrées par des électrodes dans votre cerveau et transmis par voie de communication d’ordinateurs.

  • Une part de cette science demeure donc hautement positive. L’homme ne risque-t-il pas d’être dépassé par sa création ?

C’est pourquoi il est essentiel que des progrès non technologiques s’accomplissent parallèlement dans l’humain. L’homme est de tous les animaux celui qui ne peut pas vivre seul. Il a besoin de l’homme, c’est inscrit dans sa physiologie. L’autre lui est nécessaire pour apprendre à parler, communiquer, vivre. Il est en même temps unique : pas un individu ne ressemble intégralement à un autre. Mais le transhumanisme risque de nous induire en tentation d’une plus grande uniformité, qui nous ferait régresser au monde des abeilles. Quelques individus aux super capacités pourraient prendre le pouvoir, comme dans les fictions d’Orwell et plus exactement d’Huxley, qui a parfaitement pressenti le phénomène dans Le Meilleur des mondes. D’où le souci de l’entraide : l’attention à l’autre, telle est la morale des anarchistes. D’où, également, la nécessité de retrouver une organisation de société fonctionnant plutôt sur le mode local, utilisant les grandes technologies de la communication pour établir des liens entre les groupes, tout en permettant d’intégrer les individus. Dès lors que nous ne réinventerons pas l’économie – non plus que ce dont nous sommes morts, c’est-à-dire la dangereuse virtualité du capital, qui permet de faire n’importe quoi –, nous reviendrons au contact du réel pour reconstruire des sociétés fondées sur la communion entre les humains.

  • On voit resurgir ici le philosophe anarchiste. Vous avez pointé le bout de l’oreille en évoquant la morale…

– Que voulez-vous, je ne peux m’empêcher de prêcher l’amour entre les hommes. Je suis un athée absolu en même temps qu’un chrétien irrécupérable. Cette religion qui tourne radicalement le dos au Dieu de l’Ancien Testament est fondée sur l’incarnation. Dieu est homme. C’est nous. Avec ce message essentiel : aimez-vous les uns les autres, qui est aussi celui des anarchistes. Pas les poseurs de bombes, comme les terroristes russes avec leur goût du néant, mais des penseurs comme Kropotkine, ou Élisée Reclus, l’anarchie pour eux étant la forme supérieure de l’ordre, qui s’établit dès l’instant où l’amour règne dans un groupe humain. 3

  • Pour autant, vous nous parlez ici d’une société virtuelle…

Mais c’est la société actuelle qui est virtuelle, on le voit chaque jour avec la crise financière ! La société future reposera quant à elle sur la technologie, inscrite dans une matérialité. Si l’on suit le principe qui veut que l’on ne connaisse que ce que l’on a fabriqué, l’Apocalypse n’est pas promesse de malheur, mais d’une nouvelle Jérusalem. Le mot, qui signifie « révélation », dévoile à la fois la méchanceté du monde et les risques qu’il court. Les transhumanistes sont donc à prendre comme des sortes d’éclaireurs, dont on appréciera les idées avec circonspection. Il ne faut pas les laisser sur le côté, ne serait-ce que pour ne pas les laisser faire n’importe quoi. Parmi eux, on trouve une collection incalculable d’imbéciles, et quelques génies illuminés. Ils ne peuvent être nuisibles que dans la mesure où ils sont un groupe de pression. A contrôler ! Sachant que les pires transhumanistes sont malheureusement les militaires – et certains médecins qui, quelquefois, ne valent pas plus cher.

–––

1. Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante. Paul Veyne, 1992. Points Essais, 168 p., 6.10 €

2. Bienvenue en Transhumanie. Sur l’homme de demain, par Geneviève Ferone et Jean-Didier Vincent, Grasset, 288 p., 17,50 €. Geneviève Ferone, directrice du développement durable du Groupe Veolia Environnement, est l’auteur chez Grasset de 2030. Le krach écologique (2008).

3.  L’Entraide, un facteur de l’évolution, est un essai de l’écrivain anarchiste russe Pierre Kropotkine paru durant son exil à Londres en 1902. Déterminant dans la théorie anarchiste, le concept d’entraide l’est aussi pour Charles Darwin qui le développe, non pas dans L’ Origine des espèces (1859), mais dans La Descendance de l’Homme (1871), ouvrage dans lequel il s’attarde sur la notion d’altruisme chez l’humain et aussi dans le monde animal, le rattachant à sa théorie de l’évolution. Ce livre s’inscrit en faux contre la notion de “darwinisme social” qui lui sera postérieure, contresens délibéré inventé par les tenants du libéralisme. [Note de GP]

Partager

3
  Subscribe  
plus récent plus ancien plus apprécié
M'avertir en cas de
Gian

Oui Gé, you’re right dans ta note 3, le fameux contresens “darwinisme social” est une insulte faite à Darwin (comme l’a bien montré P. Tort). Il faut remplacer ce syntagme par un mot/une expression plus adaptée : je propose “Selektion”, mot allemand de sinistre mémoire, qui a le mérite d’être compris par beaucoup de locuteurs français et étrangers.

BION

Ne serait-ce pas, avec cette idée de transhumanisme, un aboutissement extrême(une forme de délire ?)des dominantes de notre contemporanéité : un scientisme technologique et une relégation de la quête de sens (conscience)? Il semblerait bien que les populations pré-néolithiques s’étaient adaptées à cette perception “d’absurdité” de l’existence humaine terrestre. Le concept de temps cycliques (alternance jour, nuit et renouvellements des saisons)apparaîtrait bien être à la base des mythes les plus anciens ? CROYANCES ET ENTENDEMENT : – Forces de la nature – Animisme – Bovidés = “autres pareils” – Concept du cycle de la vie – L’éternel retour” .., pour tous et toutes choses… Lire la suite

léon44

Superbe entretien, aussi rigoureux que visionnaire. On ne pourra pas dire “je ne savais pas”.

Translate »