hamid-zanaz

Cré­dit pho­to : Hamid Zanaz

Algé­rien, Hamid Zanaz vit en France depuis une ving­taine d’années. Il n’est retour­né en Algé­rie que tout récem­ment. Écri­vain, tra­duc­teur et jour­na­liste, il publie abon­dam­ment dans des médias arabes, tuni­siens, algé­riens et liba­nais prin­ci­pa­le­ment. Pour lui, il n’y a rien à rete­nir de la reli­gion du pro­phète, islam et isla­misme sont syno­nymes. Para­doxe : malgré les inter­dic­tions et la répres­sion, il se sent plus libre d’écrire dans cer­tains médias ara­bo­phones qu’en France… Ce détrac­teur réso­lu de l’islam explique pour­quoi et nous livre son regard sur le monde arabe et l’Algérie. Pes­si­miste, iro­nique et bon-vivant, il pour­suit son œuvre-com­bat. Son der­nier ouvrage est titré Isla­misme: com­ment l’Occident creuse sa tombe.

Inter­view  par Mireille Val­lette, du site suisse LesObservateurs.ch [avec les vifs remer­cie­ments de C’est pour dire].

• Vous ne vou­lez plus publier d’ouvrages en fran­çais. Pourquoi ?

– Hamid Zanaz : Ce que je publie dans cer­tains pays arabes, jamais je ne pour­rais l’écrire en France. Même si en prin­cipe tout est inter­dit là-bas, le débat a lieu. Je viens de tra­duire du fran­çais en arabe un livre sur l’origine du monde qui est une vraie gifle à la reli­gion. Ici, on a peur d’être trai­té de raciste. Dans les pays musul­mans, je peux être trai­té de mécréant, jamais de raciste.

• D’autres exemples de ce que vous pou­vez dire là-bas ?

– Je peux écrire qu’il n’y a pas de dif­fé­rence entre islam et isla­misme, ou que le public de Dieu­don­né est for­mé à 80% de racaille isla­mique. Pas en France ou alors seule­ment dans des sites au public limi­té, et au risque d’ennuis judi­caires… Valls, lorsqu’il parle des dji­ha­distes, il fait atten­tion à ne pas dire qu’ils sont musul­mans. C’est ridi­cule ! Je publie en ce moment une série d’articles dans un quo­ti­dien liba­nais ara­bo­phone. Ce sont des inter­views de femmes arabes rebelles, dont Wafa Sul­tan et des femmes encore plus radi­cales. J’en ferai un livre en arabe inti­tu­lé « Ma voix n’est pas une honte », en réfé­rence à Maho­met dans l’un de ses Hadiths.

• Pour vous, la pau­vre­té en est-elle le ter­reau de l’intégrisme ?

– Contrai­re­ment à ce que veulent croire les Occi­den­taux, ce n’est pas la misère et la dis­cri­mi­na­tion qui ont créé l’islamisme, c’est l’école ! C’est la pos­si­bi­li­té de lire. Avant, les reli­gieux trans­met­taient un islam popu­laire, c’est-à-dire mal com­pris. Les gens étaient incons­ciem­ment tra­vaillés par la moder­ni­té, ils y adhé­raient peu à peu. Lorsque l’enseignement a été ara­bi­sé en Algé­rie, les gens et les imams ont pu connaître l’islam savant, « le vrai islam ». Et quand ils l’ont connu, ils sont natu­rel­le­ment deve­nus inté­gristes et ils ont com­men­cé à récla­mer l’application de cet islam, la cha­ria. Mais en fait, une bonne par­tie de la popu­la­tion lit peu, elle dépend sou­vent de quelqu’un qui cite ce qu’il y a dans les textes. En Algé­rie, c’est sur­tout l’Etat qui isla­mise, c’est l’offre qui crée la demande. Je regarde par­fois des émis­sions sur des TV algé­riennes. L’autre jour, je tombe sur des ques­tions-réponses avec un type connu, auto­pro­cla­mé spé­cia­liste de l’islam. Une femme dit : j’ai des pro­blèmes avec mon mari, il fait ceci et cela qui n’est pas juste.Et lui répond : pour plaire à Allah, tu dois suivre tout ce que dit ton mari.

• Pen­sez-vous que la jeu­nesse du monde arabe repré­sente un espoir ?

– Non, la jeu­nesse du monde arabe ne change pas, mis à part une mino­ri­té. L’école fabrique des inté­gristes jour et nuit. J’ai été prof de phi­lo au lycée. Lorsque tu traites de l’Etat par exemple, le pro­gramme t’oblige à faire la liste des méfaits et des avan­tages du capi­ta­lisme et du socia­lisme, puis à faire la syn­thèse et à don­ner la solu­tion : c’est l’Etat isla­mique. Les jeunes ne sont pas fana­ti­sés par inter­net, ils sont d’abord isla­mi­sés dans les mos­quées et les ins­ti­tu­tions de l’Etat. L’Internet, c’est le pas­sage à la pratique.

• Mais les pré­ceptes, par exemple rela­tifs à la sexua­li­té, sont extra­or­di­nai­re­ment sévères. La popu­la­tion réus­sit-elle à les respecter ?

– Non, même s’ils sont pro­gram­més par le logi­ciel isla­mique, les gens ne peuvent pas résis­ter, la vie est plus forte. C’est une vaste hypo­cri­sie. Quand je suis arri­vé en Algé­rie, je suis allé dans un bar où il y avait des femmes et des hommes, où l’on buvait de l’alcool. Mais c’est deve­nu presque clan­des­tin, ces lieux ferment petit à petit… sou­vent sous la pres­sion des habi­tants du quartier.

• Com­ment est-ce que le pou­voir se maintient ?

– Dans ce pays, il y a deux opiums, la reli­gion et l’argent. L’Algérie ne se déve­loppe pas, mais pour gar­der le pou­voir, les auto­ri­tés ont créé une sorte d’Etat-providence. Ils achètent la paix sociale et rap­pellent constam­ment qu’ils ont stop­pé le ter­ro­risme des années 90. Pour l’instant, ça marche. Mais il n’y a pas de pou­voir fort, les Algé­riens se sont tou­jours rebel­lés. En résu­mé, c’est le bordel !

• Et à votre avis, ce régime peut tenir jusqu’à quand?

Jusqu’à la famine… jusqu’à ce que la manne pétro­lière soit épui­sée ou concur­ren­cée par d’autres formes d’énergie. Le pro­blème de l’islam va se régler quand il n’y aura plus de pétrole. Fran­che­ment, qui écou­te­rait l’Arabie saou­dite ou le Qatar s’ils n’en ’avaient pas?

• En Algé­rie, avez-vous res­sen­ti l’explosion démographique ?

– Les bâti­ments enva­hissent tout, on ne cesse de construire. Si ça conti­nue comme ça, dans 50 ans, il n’y aura plus d’espace non-bâti. Il n’y a pas de tra­vail. La pol­lu­tion est ter­rible, les auto­routes déla­brées… C’est le chaos par­tout. Mais j’y ai fait un beau séjour, il y a la famille, la mer…

• Que pen­sez-vous du cas tunisien ?

– J’ai tou­jours aimé ce pays, c’est une excep­tion dans le monde arabe. C’est dû à l’apport de Bour­gui­ba, il avait vrai­ment com­pris le dan­ger de l’islam, entre autres dans l’enseignement. L’éducation a bien fonc­tion­né, elle a pro­duit une élite laïque très bien for­mée et sa résis­tance à la pres­sion reli­gieuse est extra­or­di­naire ! Je les admire ! Ces Tuni­siens défendent la laï­ci­té plus et mieux que les Fran­çais et dans un cli­mat hostile.


« Il est grand le bonheur des musulmans »

Illus­tra­tion affli­geante du condi­tion­ne­ment reli­gieux infli­gé à des enfants…

Faut-il com­men­ter ?

Share Button