“Merci Patron !” La belle arnaque

Merci Patron !, un film plus que sympa et qui connaît un beau succès depuis sa sortie fin février. C’est l’éternelle histoire des David et Goliath, des pots de terre et de fer. Traité ici sur le mode « sérieux déconnant », entre Michael Moore et Jean-Yves Lafesse, par François Ruffin, rédac’ chef du journal amiénois Fakir. 

merci-patron!
l’affiche
[J]ocelyne et Serge Klur fabriquaient des costumes Kenzo à Poix-du-Nord, près de Valenciennes. Depuis la délocalisation de leur usine vers la Pologne, le couple est au chômage et criblé de dettes. François Ruffin va suivre ce couple et partir « dans une course poursuite humoristique avec Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France » dont le groupe est propriétaire de l’usine. Scènes surréalistes et quiproquos en cascades, Merci Patron ! se transforme en « film d’espionnage ».

« On ne pensait même pas faire un film mais avec l’histoire qui se déroulait sous nos yeux c’est devenu impossible de ne pas le faire ! » raconte Johanna, de l’équipe de Fakir. Porté par l’association Fakir, le film a séduit critiques et médias. Il a même eut droit à une double page dans Le Monde qu’il qualifie de « chef-d’œuvre du genre ».

Pourtant, tout n’était pas gagné. Le film qui comptait sur l’aide financière du Centre national du cinéma voit sa demande rejetée. L’équipe décide de passer outre les aides traditionnelles et se tourne vers le financement participatif. Grâce aux 21 000 € des contributeurs Ulule et une levée de fonds auprès des abonnés de Fakir, le film verra le jour. Une levée de fonds pour une levée de fronde : la bonne idée pour une belle arnaque !

Partager

  S’abonner  
M'avertir en cas de

Translate »