Ah ! ah ! mon­sieur est mélen­chon­iste ? C’est une chose bien extra­or­di­naire ! Com­ment peut-on être mélen­chon­iste ? » J’ai tout de suite pen­sé à Mon­tesquieu et ses Let­tres per­sanes. Je venais de voir, atter­ré, (en repasse, car jeu­di soir je me sen­tais mieux avec des amis que devant la télé) le pas­sage de « L’émission poli­tique » [France 2] dont l’invité était Jean-Luc Mélen­chon – le « tri­bun du peu­ple » comme il s’est auto­proclamé 1 Voyez ou revoyez ce pas­sage con­sacré au Vénézuela. Bien sûr, les plus inté­gristes, comme leur maître, vont me reprocher ce choix. Ce fut la défense par l’attaque de l’Insoumis. Mais voyons cet extrait d’une dizaine de min­utes :

Cette séquence étant mon­trée et vue, je repose ma ques­tion : « Com­ment peut-on être mélen­chon­iste ? » Dites-moi, mes amis mélen­chon­istes (car j’en ai encore), com­ment pour­riez-vous jus­ti­fi­er : l’agressivité, la mau­vaise foi, la fix­ité idéologique (pléonasme), la mal­hon­nêteté intel­lectuelle, la gou­ja­terie 2 ? Je ne veux pas m’étendre à analyser ce qui me sem­ble sauter aux yeux d’un spec­ta­teur nor­male­ment atten­tif et de bonne foi. J’exclus donc à l’avance les dévôts de la France insoumise, venus à l’émission faire la claque à leur idole tels des fans du show­biz. À l’image de l’auteur de ce tweet :

✔@thomas_guenole « J’apprends à l’instant que “l’historienne” face à @JLMelenchon sur le #Venezuela est en fait une ex-ban­quière macro­niste. A @France2tv: en résumé, vous devriez avoir honte. 23:48 — 30 nov. 2017 »

Réac­tion typ­ique de rejet de toute dis­cus­sion, du procès d’intention, des pra­tiques stal­in­i­ennes et leurs avatars cas­tristes et chav­istes. Mélen­chon a ain­si ten­té la diver­sion vers l’Arabie saou­dite. Il lui faut, en effet, mobilis­er bien des con­tre­feux pour jus­ti­fi­er ses affinités passées ou actuelles avec les Pou­tine, Ahmadine­jad et autres auto­crates chi­nois. Tous ces bien­fai­teurs de l’humanité. Tan­dis que l’Insoumis en chef désigne son enne­mi suprême, cause de tous les maux de la Terre, l’impéri­al­isme améri­cain. Comme Georges Mar­chais dans les années 80, en moins drôle – c’est dire.

Share Button

Notes:

  1. Voir Mélen­chon, l’homme qui ne plan­tait rien (ou qui plan­tait tout). Voir aus­si sur « C’est pour dire » en tapant « Mélen­chon » dans la case de recherche.
  2. Dou­blée de mépris lorsqu’il tourne osten­si­ble­ment le dos à son inter­locutrice – « je rangeais mes papiers » !