Coup de démarreur


Démarrer, certes. Ce papier d’ouverture comme un édito. « On ne se refait pas ». Chassez le journaliste, le revoilà par la fenêtre internet. Une fenêtre comme une grande porte, celle par qui continue à passer les courants d’air, plutôt vif, des faits et des idées. C’est en partie le pari des quelque cinq millions de blogueurs (dans le monde), dont sans doute aussi pas mal de blagueurs. Peut-être pas plus d’ailleurs que dans les médias patentés, dont on a vu – en particulier en cette année 2004 – à quel point ils ont pu forcer sur la fausse nouvelle, le bidonnage, les manipulations, les à-peu-près et autres généralisations. Pas étonnant que les canalisations cèdent, emportant les digues anciennes que l’on croyait « de béton ». « Les journaux sont foutus », croit devoir prophétiser un analyste américain, John MacGregor, dans un article charpenté et néanmoins lourd d’espérances puisqu’il ajoute aussitôt « Vive les journalistes ! ».

Mais qu’est-ce qu’un journaliste, au fait ? That is, plus que jamais, the question. Plus que jamais dans la mesure où, justement, les nouveaux outils comme celui-ci déconnectent la pratique d’un métier d’une technicité lourde et onéreuse. Depuis les années 60, presque un demi-siècle, une opinion dominante (se) repose sur un aphorisme descendu de la galaxie MacLuhan (encore un Mac) selon lequel « le média est le message », voire le « massage » cérébral. Ce genre d’assertion comminatoire a pourtant connu la gloire, une gloire médiatique, forcément, qui prouvait au moins que les gens des médias sont peu rancuniers, ou bien masochistes, ou alors débiles, voire tout ça à la fois. Si, en effet, il y a « du vrai » dans le commandement macluhanien – tout comme dans le fait que son auteur avait été des premiers à annoncer au « Village global » les délires de notre actuelle mondialisation –, un inventaire reste a établir quant à l’état de la Résistance au rouleau compresseur médiatique.

D’où quelques autres questions « subsidiaires » : internet, la toile, les blogs, tous ces nouveaux médias d’autopublications en ligne, vont-ils participer d’une Renaissance médiatique ? Ou sont-ils déjà condamnés par la technicité qui les porte et, comme tels, promis à cette vulgate qui nous (moi et quelques autres…) désespère ?

D’où, le rappel de the question : Mais qu’est-ce donc qu’un journaliste?

Enfin, c’est pour dire.

Partager

1
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
Pascal THOMAS

BONJOUR
C’est un peu le bazar sur la première page ! Pourquoi pas un lien direct vers la pétition ? Des signataires risquent de perdre et leur signature avec!
Mais bravo pour l’inititative , il est temps de faire campagne pour al laïcité avec ferveur ! Cordialement
Pascal

Translate »