Entretien avec Richard Galliano. Bach entre le jazz et la baloche

Fête de la musique, sacrifions au rite institué… Mon ami Faber, ce matin, me causait de Bach, oui, Jean-Sébastien. Je ne sais plus comment on en est arrivé là, si Bach… Pour glorifier le génie, certes. Alors je me suis souvenu de mon entretien avec Richard Galliano, oui, l’accordéoneux, ainsi qu’on le dit souvent avec quelque dédain. Il s’agit d’un musicien, un vrai, un grand. Et qui, justement, a osé interpréter des œuvres du « Cantor de Leipzig » avec son « orgue portatif ». Un défi des plus convaincants, dont il parle aussi en musicologue. (Étonnant : cet article a été vu jusqu’à ce 21 juin 2018, 8418 fois !)

Lire la suite

Journalisme. Petite leçon entre la pêche au ton et le ton qui pèche

Déjà à la radio… À la télé c’est encore pire : ce formatage qui ravage tant de commentaires et de reportages ! Masquez les images, entendez la musiquette qui scande les enfilades de clichés… : “Ce soir là… Chantal Lanvin rentre dans sa lointaine banlieue… ”  Pourquoi ce ton forcé ? Pour maquiller la banalité des sujets ? Pour s’adresser à des attardés ?

Lire la suite

Chant funèbre pour Libé (histoire ancienne et actuelle)

Première publication le 18 juin 2006. Qu’on ne s’y trompe pas : Libé a survécu à ce chant funèbre. Une survie, certes, comme tant de titres papier. Mais le “mal”, abordé il y a douze ans par ce lecteur, persiste. Surtout dans l’usage éhonté des anglicismes, du frangliche et autres américanismes dont sont truffés des journaux, en particulier comme La Provence, ainsi que je l’ai déjà pointé ici : https://c-pour-dire.com/2018/03/20/journee-de-la-francophonie-mon-cul/. C’est un “fait de société” aussi déplorable que grave. On malmène sa langue et, en même temps, sa culture. Signe des temps, sans doute, et peut-être bien aussi signal de décadence.

Lire la suite
Translate »