Samuel Paty et les caricatures. La liberté d’expression, une question secondaire

Voici un article pour le moins dérangeant. À commencer par sa longueur, inhabituelle sur ce blog… Mais c’est sur le fond qu’il ne manquera pas de susciter des débats. Enseignant dans un collège, tout comme il y a peu Samuel Paty, Joël Decarsin avance l’idée que la question de la liberté d’expression, quoiqu’essentielle, ne serait pas primordiale car reléguée de facto au second plan par un impensé collectif relevant d’un matérialisme étriqué. À contre-courant de la doxa, il fonde son argumentation sur son expérience professionnelle et sur l’histoire de l’art, la théologie et la technocritique. Si l’auteur montre bien l’impossibilité pour les musulmans de dépasser l’interdit coranique de la représentation de leur prophète – tout enseignant y est désormais peu ou prou confronté – sa critique de l’Occident place celui-ci, en un renversement de la responsabilité, sur les bancs des accusés, coupable à la fois de liberté d’expression  sans limites et d’une sacralisation sans frein de la technique.

Partager
Lire la suite

Trump a sidéré des médias américains en perte de qualité

Journaliste et blogueur [“Ça va mieux en le disant”], Daniel Chaize porte une attention soutenue aux médias et à leur évolution, notamment dans leurs rapports à la politique et à son spectacle. Dans cet article fouillé, ill analyse le cas très particulier – et très actuel – des États-Unis et des journalistes par temps de trumpisme.

Partager
Lire la suite

Complots et « Hold up ». De la pandémie au pandémonium

Le documentaire “Hold up, retour sur un chaos”, sorti sur internet ce 11 novembre, remet en question l’ensemble des mesures sanitaires prises contre le Covid-19. Il dénonce à sa façon ce “hold up” qu’aurait réalisé, en un sinistre complot, une élite dirigeante sur la population française, en profitant du coronavirus. Deux heures quarante de complotisme.

Partager
Lire la suite

11-Novembre. « Mourir pour des idées » selon Maurice Genevois et Georges Brassens

Archive de janvier 1976, quand Maurice Genevoix et Georges Brassens se sont rencontrés à la télévision autour de Jacques Chancel. Il y fut évidemment question de la guerre, la “Grande”, si horrible, la “der des der” avait-on voulu croire. On aimerait voir tout le dialogue entre ces deux hommes si différents et pourtant si proches.

Partager
Lire la suite

Fawzia Zouari : « Il y a des jours où je regrette d’être née arabe »

Fawzia Zouari est écrivaine, journaliste tunisienne, docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne. Son « quart d’heure de colère » contre les siens sonne comme un cri d’alarme, celui d’une femme niée en tant que telle par ses origines, et niée en tant qu’être humain par ce totalitarisme religieux qu’elle dénonce si frontalement. Son courage résonne comme une claque face au silence de ses « coreligionaires » ou à leurs discours de fausseté contournée. Une claque rehaussée d’un appel à cet Occident aveuglé.

Partager
Lire la suite

Attentat de Nice. La mise en garde de Kamel Daoud

À nouveau l’horreur islamiste. Nice une nouvelle fois. Une stratégie est à l’œuvre pour déstabiliser notre pays et par-delà, tout ce qu’il représente et que rejettent ses ennemis : une civilisation qui, assurément, n’est pas la leur ! La semaine dernière, dans un long et remarquable article [Le Point du 22/10/20] intitulé « L’école, c’est l’avenir du califat », Kamel Daoud convoquait ses souvenirs de la terreur islamiste en Algérie : « Souvenirs de la guerre d’Algérie. Pas celle de la colonisation – je n’étais pas encore né – mais celle des années 1990, récente, si présente, mal soldée, aujourd’hui « mondiale ». Cette guerre-là, en effet, pourrait – devrait – nous servir de leçon. Voici une partie de son article, qui sonne comme un cri d’alarme.

Partager
Lire la suite

Pierre Jourde : « Aux musulmans, et en particulier aux élèves et parents d’élèves qui désapprouvent les caricatures de Mahomet »

« Si vous êtes libres de pratiquer votre religion en France, si vous avez les mêmes droits que les chrétiens, c’est grâce au blasphème, qui a empêché une religion d’imposer sa loi. Les musulmans sont redevables de leur liberté aux blasphémateurs. »  Avant d’atteindre cette vérité historique, Pierre Jourde rappelle le long et morbide chemin parcouru en France depuis les guerres de religion (XVIe s.) Aujourd’hui, nous n’aurons sans doute pas cette patience, alors que la balle est renvoyée aux musulmans. Selon qu’ils pourront, ou non, s’extirper de leur enfermement.

Partager
Lire la suite

Islam : pourquoi beaucoup, en France, s’interdisent de nommer les faits qui gênent

Comprendre, sinon expliquer, dans le but d’apporter quelques éventuelles solutions, voilà bien ce que nous impose l’horrible décapitation du professeur d’histoire-géo de Conflans, Samuel Paty. Il y a plus d’un an maintenant, Philippe D’Iribarne se proposait de questionner l’interdit, voire le déni, qui empêchent de nommer « les faits qui gênent » à propos de l’islam. Par delà l’unanimité de circonstance que manifeste aujourd’hui « la classe politique », cette analyse reste des plus pertinentes.

Partager
Lire la suite

Conflans. L’islamisme, cet autre virus

Des guerres de religion au supplice du chevalier de la Barre en 1766 et jusqu’à cette abomination de Conflans-Sainte-Honorine, le fanatisme n’a cessé de jeter l’humanité dans le malheur. Aucun des trois monothéismes – pour s’en tenir à eux – n’a échappé à cette sorte de fatalité. Deux s’en sont plus ou moins délivrés, non sans mal – délivrez-nous du Mal… – mais pas l’islam.

Partager
Lire la suite

L’« affaire Obono ». Ou comment l’antiracisme devient l’instrument de l’islamisme

Députée mélenchoniste, Danièle Obono se dit victime du racisme de Valeurs actuelles, l’hebdo de droite qui l’a imaginée dans son Afrique d’origine au temps des trafics d’esclaves. Une occasion pour la « classe politique » unanime de charger un journal à des fins strictement tactiques et plus largement idéologiques. Tandis que l’antiracisme de bonne conscience et culpabilisant devient l’instrument de l’islamisme visant tout spécialement à déstabiliser la France et sa laïcité.

Partager
Lire la suite

Chronique d'été, avec et sans masque. 4 – Du gratte-dos, des monstrueux traîne-couillons, du Niqab pour tout le monde

Quatrième et dernière fournée de cette chronique d’été, avec et sans masque. Où il est question : du gratte-dos comme preuve de l’imperfection animale et du génie humain… ; des dinosaures encalminés dans le port de Marseille ; du fameux masque et de l’évolution des rouleaux de PQ.

Partager
Lire la suite

Espace. Faillite symbolique, ou sacralisation de la technique ? Réponse à Aurélien Barrau

Dans son article publié ici, « La conquête spatiale comme faillite symbolique » (01/06/20), Aurélien Barrau s’interrogeait sur la fascination et le rêve attachés à l’espace et aux fusées : « Comme si le cœur dur du génie humain s’était ici – et nulle part ailleurs – logé. » Même s’il rejoint en partie l’analyse de l’astrophysicien, Joël Decarsin s’étonne d’un questionnement qui semble ignorer la corrélation étroite entre la sacralisation de la technique et la désacralisation de la nature.

Partager
Lire la suite

Chronique d'été, avec et sans masque. 2 – Du mensonge nucléaire, de la Chine, de la nation

Deuxième fournée de cette chronique d’été, avec et sans masque. Où il est question du mensonge nucléaire, non pas tant de la sûreté des installations, que de leur protection face à la menace, notamment terroriste. Il sera aussi question de la Chine, puis des écologistes devenus « écolos » par la grâce politicienne.  Tandis que j’oserai aussi parler de patrie et de nation, ces deux ringardises si actuelles et nécessaires.

Partager
Lire la suite

À quoi servent les humanitaires ?

L’assassinat récent au Niger par des islamistes de six jeunes humanitaires français et leur deux accompagnateurs locaux a provoqué indignation et émotion jusqu’au sommet de l’État. Pour autant, comment ne pas s’interroger sur le rôle profond de cette forme d’aide ? Ne s’agit-il pas plutôt d’un assistanat qui ne dit pas son nom, qui colporte des représentations fantasmatiques et, créant ainsi de nouvelles dépendances, retarde d’autant une véritable démarche vers l’autonomie des peuples?

Partager
Lire la suite

Niger. Les girafes de Kouré, lieu d’attraction djihadiste

Ce dimanche 9 août au Niger, des djihadistes à moto ont assassiné huit personnes, dont deux Nigériens et six Français, dans la zone de Kouré, juste là considérée comme protégée. Elles circulaient dans un 4X4 pour une virée d’agrément dans la réserve naturelle de Kouré, à la rencontre de girafes, attraction locale à une soixantaine de kilomètres de Niamey, la capitale. Et désormais lieu d’attraction de fait, et de méfait, pour les djihadistes assassins en mal d’exploits retentissants.

Partager
Lire la suite

Alignez-vous ! par Régis Debray

S’aligner, mais sur quoi ? Et pourquoi ? S’aligner ! – point d’exclamation. Pour Régis Debray nous n’avons plus le choix, les jeux sont faits depuis que le monde est entré « en américanité » en assimilant dans la joie et la soumission consentie – « pour vivre avec son temps, parce qu’un monde est devenu le monde. » – non seulement la marchandise, ses variantes culturelles et sa langue même ; mais aussi son libéralisme et ce qu’il faut de finances et d’inégalités croissantes – et de croissance « infinie » ; mais encore, son mode de vie et de consommer, jusqu’à son « vivre en séparation », effet des communautarismes par lesquels les peuples se dissolvent : « Plus de peuple mais des populations, c’est-à-dire des communautés, c’est-à-dire des clientèles. Ainsi a-t-on remplacé « la classe par l’ethnie », « le militant par le pénitent », avec ses cortèges de repentants accablés de culpabilité, tels des boucs émissaires consentants.

Partager
Lire la suite

On veut respirer ! Lettre ouverte à Assa Traoré par Stella Kamnga

Dans une tribune publiée sur le site Front populaire, Stella Kamnga, étudiante d’origine camerounaise, s’adresse à Assa Traoré, l’égérie de l’idéologie racialiste en France, si choyée par certains médias et des écologistes – entre autres. «  On n’a jamais vu en France une victime de « racisme systémique » être aussi libre que toi ! » lui lance-t-elle.

Partager
Lire la suite

Roland de Miller. Sur le sentiment de la nature

L’urgence est au vert et les politiciens s’appliquent à repeindre leurs discours à la peinture écolo. Les écolos eux-mêmes, version politicienne, se grisent en se rêvant aux marches du Pouvoir via « la transition écologique », euphémisme de la dernière entourloupe pour prolonger la croissance suicidaire. Auteur de Nature, mon amour, et de Robert Hainard, peintre et philosophe de la nature, une biographie du grand naturaliste suisse, Roland de Miller fut l’un des premiers à remettre l’écologie au coeur de la condition humaine. Son article sur le sentiment de la nature, de plus de trente ans, en témoigne.

Partager
Lire la suite

Jean Giono. « La machine tue les hommes, la joie, l’équilibre et la civilisation »

Ces temps d’incertitude généralisée nous renvoient vers des penseurs et écrivains des profondeurs humaines. C’est bien le cas de Jean Giono, auteur universel. En 1937, dans Les Vraies richesses. Il oppose la vie paysanne à la société industrielle capitaliste, la ville et le machinisme. Sa résonance demeure ô combien actuelle.

Partager
Lire la suite

Rappel. Pédophilie : de la chute de Matzneff à une lecture sexo-politique de l’après-68

Il y eut un « avant » et une certaine « affaire Matzneff »… Il y eut aussi un bouquin de Gérard Ponthieu sur ladite affaire, et un méchant virus pour en contrarier la diffusion. Et il y a maintenant : Pédophilie : de la chute de Matzneff à une lecture sexo-politique de l’après-68 est disponible dans les bonnes librairies. On peut aussi le commander directement aux Éditions libertaires : https://editions-libertaires.org/?p=1740

Partager
Lire la suite
Translate »