De peur qu’il passe trop inaper­çu, voi­ci – envoyé en com­men­taire sur « c’est pour dire+ » – le mes­sage cha­leu­reux et opti­miste envoyé par un résis­tant bien connu ici. Il signe « Vincent-de-la-ban­de­role », et ça va tout de suite vous parler…

Salut et fraternité !

Le « Vincent-de-la-ban­de­role », c’est moi. 
C’était juste pour vous dire que la ban­de­role est tou­jours là, et que les CRS sont plu­tôt moins nom­breux depuis le départ de Sar­ko­zy du Minis­tère de l’intérieur.

Pour rebon­dir sur cette belle notion de « résis­tance » : je crois que la résis­tance, au sens plein du terme, ne peut être que col­lec­tive. Je ne crois pas à la résis­tance indi­vi­duelle, qui n’est pour moi que de la bonne conscience à pas cher. Oui, dans le quar­tier du QG de Sar­ko, la résis­tance a été col­lec­tive, fes­tive, souriante.

Exemple de cette résis­tance partagée :
Dimanche der­nier, les par­ti­ci­pants au mara­thon de Paris ont cou­ru sur un bitûme par­se­mé de grandes lettres blanches « Sar­ko­zy = dan­ger » tra­cées pen­dant la nuit, au nez et à la barbe de la Pré­fec­ture de Police.
De grandes lettres tra­cées à la pein­ture blanche, un peu comme les « vas y Pou­li­dor! » sur les routes du tour de France..... Effet visuel garan­ti, vu d’hélicoptère.
Et c’était pas moi, pro­mis juré : j’étais en Nor­man­die, occu­pé à jeter des cailloux dans la mer avec mon fis­ton adoré !

La suite : j’aimerais tant rem­pla­cer cet anxio­gène « Sar­ko­zy = dan­ger » par une belle ban­de­role « Ciao ! », le 6 mai au soir, pour saluer les membres du staff de Sar­ko qui revien­dront le 7 mai au matin faire leur car­ton pour tout rame­ner à Neuilly...

« Un char­ter pour Neuilly », c’est le nom d’un des sites ani­més par les habi­tants du quartier
http://uncharterpourneuilly.blogspirit.com/

le site le plus actif, c’est
http://rentrecheztoi.blogspirit.com/

Salut à tous, et « aux urnes » ! (moi ce sera Royal, avec enthou­siasme, mais que cha­cun vote selon ses convictions).

Vincent-de-la-banderole

Share Button