L’usine du nucléaire du Tri­cas­tin, dans la Drôme, a connu mer­cre­di 23 juillet, un nou­vel inci­dent. Hier matin donc, vers 9 h 30, une cen­taine de tra­vailleurs d’EDF et d’entreprises sous-trai­tants ont élé conta­mi­nés par des pous­sières radio­ac­tives conte­nant notam­ment du cobalt 58. L’accident s’est pro­duit lorsqu’un tuyau a été ouvert pen­dant des opé­ra­tions de main­te­nance sur le réac­teur n°4 de la cen­trale, située sur la com­mune de Saint-Paul-Trois-Châ­teaux.. Il s’agit du troi­sième inci­dent nucléaire dans la région en moins de seize jours.

Sur l’ensemble des per­sonnes exa­mi­nées, 39 pré­sentent des traces infé­rieures au seuil d’analyse et 61 « de faibles traces de radio­élé­ments, infé­rieures au qua­ran­tième de la limite régle­men­taire », selon la direc­tion de la centrale. 

Pour le réseau Sor­tir du nucléaire, ce « nou­vel évé­ne­ment grave (...) met en cause l’industrie nucléaire. » « Contrai­re­ment au dis­cours offi­ciel qui pré­tend que ces conta­mi­na­tions ne sont pas dan­ge­reuses », l’association rap­pelle que « dès 1990, la très offi­cielle Com­mis­sion Inter­na­tio­nale de Radio­pro­tec­tion (CIPR) a admis que toute dose de rayon­ne­ment com­porte un risque can­cé­ri­gène et génétique ».

NB – L’ASN a clas­sé l’événement au niveau… zéro ! À la pro­chaine occa­sion l’Autorité de sûre­té nucléaire devra pas­ser en zone négative…

Share Button