Chabrol dernière

Claude Chabrol mort, qu’ajouter de plus qui n’aurait été déversé dans le flot médiatique ? Rien, ou presque. Juste se dire qu’il aura bien vécu, ainsi qu’il le donnait à voir. «Bon vivant», l’expression qui revient le plus pour saluer ce cinéaste prolixe (60 films, plus ou moins réussis), inventif (Nouvelle vague), corrosif (un bourgeois d’origine pour dézinguer la bourgeoisie, il sait de quoi il parle), sympathique sans la grosse tête – d’où cette photo-clin d’oeil qui me semble assez le résumer.

Hier soir France 2 – plus prompte à modifier ses programmes que lors de la mort d’Alain Corneau, soit – a diffusé L’Ivresse du pouvoir, parodie autour de l’affaire Elf. Un film plutôt embrouillé, des traits forcés. Mais, par delà, un goût ironique et actuel, un parfum genre l’Oréal-Bettencourt-Woerth et le système Sarkozy.

Partager

4
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
faber

Le Chabrol racontait mieux qu’il ne filmait, sans se prendre la tête. Personne n’en voudra à ce drôle pas prétentieux qui choisissait ses lieux de tournage en fonction de la qualité des auberges avoisinantes (parait). Savait bien s’entourer, notamment de la Stéphane Audran (un temps sa compagne), du Jean Yann, la petite Huppert, un cinéma un peu téléfilm, à l’ancienne, sans complexes ni multiplexes.

Dominique Dréan

On a été bien servis ces derniers temps en films de Chabrol sur les chaines publiques. Un échantillonnage permettant de se rappeler combien c’était un cinéaste inégal: de “Que la bête meure” – grandiose – au “Cri du hibou” – grandiose foutage de gueule… Mais même dans la fumisterie, il demeurait sympathique et en regardant telle actrice “réciter” son texte, je rigolais en me disant qu’elle devait vachement compenser…à table, bien entendu. Il a eu bien raison d’en profiter! Quant au choix de France 2, hier soir, on peut se demander s’il s’agissait de rendre hommage à Chabrol ou plutôt… Lire la suite

c’était juste pour citer Chabrol ? c’est un peu juste, cette figure de “bon vivant” ou de “sympathique”, cette moue devant les bides. C’est encore bien français de classer haut le coq la culture… je ne partage absolument pas votre opinion goguenarde concernant ce cinéaste avant tout humaniste.

Dominique Dréan

Permettez-moi de vous retourner le compliment: “C’est un peu court jeune”…femme.
Il me semble qu’aucun de ces commentaires n’accuse Chabrol de moins disant culturel. Quant à mon “sympathique”, il n’a rien de goguenard ou de condescendant, “fraternel” aurait été plus près de ce que je pense, mais tellement présomptueux!

Translate »