À propos d’élections et de démocratie…

les-echos-elections-education

education-elections-democratie
Un vieux sujet de réflexion, toujours actuel

À propos d’élections, le tableau ci-dessus exprime bien des choses… Il résulte d’une enquête menée auprès de 2.800 personnes pour le compte des Échos, le quotidien de l’économie libérale – que je me permets ainsi de citer, une fois n’est pas coutume. À chacun sa propre lecture de cette « photographie ».

Merci à ma fille de m’avoir envoyé ce document, accompagné de son commentaire : « En tout cas, certains ont bien intérêt à ne pas trop éduquer les masses… »

Nous touchons là à l’essence de la démocratie, que Churchill considérait comme, le « pire système de gouvernement, à l’exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés ». [« Democracy is the worst form of Government except all those other forms that have been tried from time to time ». Winston Churchill, 11 novembre 1947, à Londres, Chambre des communes].

Partager

6
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de

Il doit y avoir le même type de tableau pour la religiosité….

Je suis désolé, Gérard, mais pour moi, ce graphique ne montre que les seuls intérêts qu’ont les uns et les autres à défendre la structure qui protège leurs propres intérêts, suivant l’intelligence que leur donne leur conditions sociales. Je veux dire que les “gens de gauche” (ici les diplômes supérieurs) ne sont pas moins pour l’exploitation de la main-d’œuvre des “basses classes” et, bien que “progressistes”, ne prendront jamais la place de ceux-ci, que ces “basses classes” ne comprendront leur propre rôle dans leur propre aliénation et iront vers les droites “dures”. Ce n’est pas pour ces derniers une question… Lire la suite

D’autant qu’il manque un critère : ceux qui ne vont pas voter ! Est-ce que d’aller voter est un signe d’intelligence, d’éducation ou d’un moindre mal, sorte de compromis entre les deux ? Si la droite dure a pris tant d’ampleur, c’est que STRATÉGIQUEMENT il sert au système politique dans sa globalité, il a été bien servi par tous les politiques, les médias, et autres services : sa présence n’est possible que comme facteur de paix SOCIALE : sans lui, le système implose, car elle focalise les radicalisations en les transformant systématiquement en nullités : au lieu de dire “Oui,… Lire la suite

faber

Le coup de la calculette me fatigue. Ayant fait des infographies de presse pendant 7 ans, je ne sais toujours pas ce qu’elles veulent dire ou faire dire. Mettre en équation le merdier. Super témoinagne par contre ce jour à Nancy avec des collégiens et Lycéens sur ls “liberté de la presse”. 250 gosses dans un auditorium, ça envoie. Pas de chiffres mais une expression forte, une innocence, de l’envie, de la pertinence, de l’espoir. Ahhh, de l’espoir, merci les gamins !

Gian

1 : ce graphique ne dit pas l’essentiel, à savoir combien de gens veautent contre ceux qu’ils n’aiment pas (beurk) plutôt que pour ceux qu’ils aiment (bisou) et en général il n’y en a pas, et il semble que le désenchantement se trouve un peu partout dans l’échelle des QI : perso, je connais beaucoup plus de gens de la catégorie beurk que bisou 2 : la grande majorité, c’est quand même les abstentionnistes, qui comprennent ceux qui dégueulent sur les foutaises électoralistes et militent pour la démocratie directe, les lucides, et les absentéistes, qui vont à la pêche ou… Lire la suite

Translate »