Cancer par carence d’amour, le « J’accuse » de Gian Laurens

C’est un texte éprouvant qu’a écrit mon ami Gian Laurens, en témoignage de ce qu’il a vécu à travers la maladie et la mort en décembre 2016 de sa compagne, Cath, sa « bien aimée » qui, elle d’abord, a souffert le martyre pendant des mois de lutte et de déchéance fatale. Fatale ? peut-être pas, si… Telle est l’interrogation axiale autour de laquelle Gian, par-delà son indicible chagrin, a structuré son livre-récit-confession-réquisitoire. Un « J’accuse » porté à la fois à l’encontre de médecins qualifiés d’incompétents et d’inhumains ; en direction d’un milieu familial carencé en amour et cause de cette carence pathogène ; enfin envers lui-même. [Temps de lecture ± 6 mn]

Partager
Lire la suite
Translate »