La démo­cra­tie prend ses racines prin­ci­pales dans les réformes enga­gées autour de la cité d’Athènes dans la Grèce antique autour du ve siècle avant notre ère. Bien que la démo­cra­tie athé­nienne soit aujourd’hui consi­dé­rée comme ayant été une forme de démo­cra­tie directe, elle fai­sait coïn­ci­der deux orga­ni­sa­tions poli­tiques très dif­fé­rentes :

  • une Bou­lè regrou­pant envi­ron 500 citoyens tirés au sort, char­gés de recueillir les pro­po­si­tions de loi pré­sen­tées par les citoyens, puis de pré­pa­rer les pro­jets de loi ;
  • d’autre part, l’assemblée des citoyens (Ecclé­sia), exemple type de la démo­cra­tie directe.

Tous les citoyens athé­niens avaient le droit de prendre la parole et de voter à l’Ecclésia, où étaient votées les lois de la cité, mais aucun droit poli­tique ni citoyen­ne­té n’était accor­dé aux femmes, aux esclaves, aux métèques : des 250 000 habi­tants d’Athènes, seuls 40 000 envi­ron étaient citoyens et, sur ces 40 000, tous les hommes riches (tous les citoyens de la pre­mière et deuxième classes, envi­ron 5 000) et la plu­part des thètes (citoyens de la qua­trième classe, envi­ron 21 000) par­ti­ci­paient aux réunions de l’Ecclesia. Seuls les citoyens de la deuxième classe ont sou­vent envoyé une autre per­sonne aux réunions. [Wiki­pe­dia]

aris­to­cra­tie

auto­cra­tie

bureau­cra­tie

clep­to­cra­tie

δημοκρατία

géron­to­cra­tie

idéo­cra­tie

médio­cra­tie

méri­to­cra­tie

mono­cra­tie

ochlo­cra­tie

phal­lo­cra­tie

phy­sio­cra­tie

plou­to­cra­tie

social-démo­cra­tie

tech­no­cra­tie

théo­cra­tie

vagi­no­cra­tie

voyou­cra­tie

Fina­le­ment, on a l’embarras du choix…

PS : Ordre alpha­bé­tique !

Share Button