Être gouverné, c’est choisir (hommage à la Grèce)

La démocratie

prend ses racines principales dans les réformes engagées autour de la cité d’Athènes dans la Grèce antique autour du ve siècle avant notre ère. Bien que la démocratie athénienne soit aujourd’hui considérée comme ayant été une forme de démocratie directe, elle faisait coïncider deux organisations politiques très différentes :

  • une Boulè

    regroupant environ 500 citoyens tirés au sort, chargés de recueillir les propositions de loi présentées par les citoyens, puis de préparer les projets de loi ;

  • d’autre part, l’assemblée des citoyens, Ecclésia, exemple type de la démocratie directe.

Tous les citoyens athéniens avaient le droit de prendre la parole et de voter à l’Ecclésia, où étaient votées les lois de la cité, mais aucun droit politique ni citoyenneté n’était accordé aux femmes, aux esclaves, aux métèques : des 250 000 habitants d’Athènes, seuls 40 000 environ étaient citoyens et, sur ces 40 000, tous les hommes riches (tous les citoyens de la première et deuxième classes, environ 5 000) et la plupart des thètes (citoyens de la quatrième classe, environ 21 000) participaient aux réunions de l’Ecclesia. Seuls les citoyens de la deuxième classe ont souvent envoyé une autre personne aux réunions. [Wikipedia]

aristocratie

autocratie

bureaucratie

cleptocratie

δημοκρατία

gérontocratie

idéocratie

médiocratie

méritocratie

monocratie

ochlocratie

phallocratie

physiocratie

ploutocratie

social-démocratie

technocratie

théocratie

vaginocratie

voyoucratie

Finalement, on a l’embarras du choix…

PS : Ordre alphabétique !

Partager

Gerard Ponthieu

Journaliste, écrivain. Retraité mais pas inactif. Blogueur depuis 2004.

16 réflexions sur “Être gouverné, c’est choisir (hommage à la Grèce)

  • 27 janvier 2015 à 0 h 59 min
    Permalien

    Ochlocratie ? Encore une cochonceté ai-je d’abord pensé.
    Recherche faite, il s’agit soit d’un régime politique sans limitations, soit d’une dictature du peuple. Grand écart ! Comme quoi l’étymologie ne saurait définir à elle seule un régime politique (ni quoi que ce soit sans contextualisation d’ailleurs).

    Répondre
    • 27 janvier 2015 à 10 h 17 min
      Permalien

      Érudit insatiable, sans doute grand pote du Robert, sage à tendance linguistique. Respect.

      Répondre
  • 27 janvier 2015 à 7 h 48 min
    Permalien

    J’ajouterai bien, pur le fun : vulvocratie, clitocratie, pornocratie et pour cimenter le tout : christocratie !!!

    Répondre
  • 27 janvier 2015 à 11 h 27 min
    Permalien

    “Pour ce coup, je ne voudrais sinon entendre comment il se peut faire que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a puissance que celle qu’ils lui donnent(…) Ce sont donc les peuples mêmes qui se laissent ou plutôt se font gourmander, puisqu’en cessant de servir ils en seraient quittes ; c’est le peuple qui s’asservit, qui se coupe la gorge, qui ayant le choix ou d’être serf ou d’être libre, quitte la franchise et prend le joug, qui consent à son mal”. E. de la Boétie, Discours de la servitude volontaire, 1546.

    Répondre
    • 27 janvier 2015 à 12 h 18 min
      Permalien

      Bien sûr : la vaste question. Comme cette autre (ça se rejoint) autour du fait que l’humain préfère croire que savoir… Peur fondamentale, “ontologique” ? Paresse intellectuelle ? Petitesse de l’animal humain ? Mais ce ne sont que considérations morales… À cet état de fait, qui touche la presque totalité du genre humain, creusons les causes relevant du questionnement rationnel, scientifique.

      Répondre
  • 27 janvier 2015 à 18 h 33 min
    Permalien

    Où l’on voit que les débuts antiques n’ont pas été de soi, que ce fut même bien laborieux, et que ça a cheminé deux millénaires pour en arriver là où on enn est,, c’est-à-dire pas si loin que ça !

    Répondre
  • 28 janvier 2015 à 11 h 19 min
    Permalien

    Étymologie
    Suffixe composé de -crate et -ie.
    -cratie féminin
    Sert à former un nom en rapport avec un pouvoir.
    pressocratie, télécratie, netocratie, pognoncratie, mafiacratie, desmauxcratie, commentairocratie, soumissocratie, impocratie, taxocratie, amendocratie, …/…
    J’aime bien votre voyoucratie.
    Svp, pourquoi PS : Ordre alphabétique, en fin de la liste ? Il semblerait qu’en Bouches-du-Rhône, il y ait des encore “dissensions” en cette tribu.

    Répondre
  • 28 janvier 2015 à 16 h 38 min
    Permalien

    Le comble : j’ai oublié “théocratie”. Un lapsus qui devrait m’inquiéter… Et personne n’a protesté !
    Je m’empresse de réparer.

    Répondre
  • 28 janvier 2015 à 17 h 03 min
    Permalien

    citoyennocratie, censurocratie, lapsusocratie, oubliocratie, plèbocratie, laïcocratie, crétinocratie, énarquocratie…/…

    Oui, vous en oubliâtes.

    Répondre
  • 28 janvier 2015 à 17 h 26 min
    Permalien

    Tout ça pourrait aussi bien rimer avec “crassouille”, non ?

    Répondre
  • 28 janvier 2015 à 18 h 24 min
    Permalien

    “Moustache de Paname” @moustachepaname, sans doute un anar instruit, me renvoie aimablement au fameux texte de Proudhon :
    @gponthieu “Être GOUVERNÉ, c’est être … noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté… ” Proudhon

    Voici le texte reproduit sur son blog :

    Être GOUVERNÉ, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni le titre, ni la science, ni la vertu… Être GOUVERNÉ, c’est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. C’est, sous prétexte d’utilité publique, et au nom de l’intérêt général, être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré. Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale !

    Idée générale de la Révolution au 19e siècle, Pierre-Joseph Proudhon, éd. Garnier frères, 1851, chap. Épilogue, p. 341 (texte intégral également sur Wikisource)

    http://blog.lignesdefuite.fr/post/2009/06/10/etre-gouverne

    Répondre
  • 28 janvier 2015 à 18 h 47 min
    Permalien

    P’titchefocratie, …le pire en France.
    Ceux qui gouvernent ceux qui gouvernent ceux qui gouvernent ceux qui gouvernent, …, selon une hiérarchie pyramidale.

    Répondre
  • 28 janvier 2015 à 20 h 14 min
    Permalien

    Non, état grippal. Pas mieux que les autres.

    Mais quand je pense à ceux qui (nous) gouvernent, ici, je me demande dans quel état j’ère…et mhttp://martial-maurette.tumblr.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Translate »