PRESSE & ARGENT. Le Monde selon Lagardère

En faisant un peu d’archéologie dans mes Monde en retard, butinant sans malice, sur quoi ne tombé-je pas ? Mine de rien, sous la neutre barrette «Correspondance» et titré aussi sobrement «Une lettre du groupe Lagardère», ceci :

«A la suite de notre article intitulé «Salaires en hausse pour les patrons français» (Le Monde du 3 décembre), nous avons reçu de Pierre Leroy, cogérant du groupe Lagardère, la mise au point suivante :Picsou1
«Vous avez fait écho à une certaine étude sur les salaires des responsables d’entreprise qui présente M. Arnaud Lagardère, gérant de notre groupe, comme le dirigeant le mieux payé de France, avec un salaire de 9,5 millions d’euros en 2003.

«Le vrai salaire d’Arnaud Lagardère a été en 2003, en montant brut, de 1,4 million d’euros […].»

Mince alors, me dis-je in petto, va aussi falloir donner pour ce sinistré ?!
Que nenni ! Apprenons plutôt à compter concret et à gloser autour des chiffres :
1,4 million d’euros, calculette en main, ça ne fait jamais que 9,18 millions de francs ; ou encore, par mois, 0,12 millions d’euros, soit 770.000 francs (77 millions de centimes, pour les attardés dans mon genre). J’arrive même pas à imaginer ! Et pour rien au monde je ne voudrais de ce venin, non merci ! M’empoisonner l’existence à jouer l’oncle Picsou, à pelleter de l’or jour et nuit, à borner mon rapport au monde à des écrans de tableur : non, merci vraiment très beaucoup.

En qualifiant cette modeste somme de «vrai salaire», le communiqué laisse entendre qu’il pourrait en avoir du «pas vrai», ou du «moins vrai». Mais là, j’interprète, …il est vrai.

– Je me demande aussi comment cette information a circulé dans les journaux du groupe Hachette Filipacchi Médias; ce que les salariés auraient pu en penser; ce que les journalistes auraient pu en faire.

– Mais les jouissances sonnantes et trébuchantes de l’oncle Picsou ont des limites. Il lui faut aussi palper, brasser et embrasser tout le pognon des sociétés qu’il possède et gère. Et pour quoi diable faire? S’acheter de nouveaux journaux, ou en prendre des parts, comme ça. Exemple précis et très actuel sans plus tarder :

Car ce qu’un journal peut s’empêcher de publier, un blog comme c’est pour dire ne va pas se gêner – c’est même l’intérêt de la chose, non ? J’en profite donc pour rappeler que Le Monde, qui a connu une baisse de sa diffusion de 4,5% en 2003, [Ce n’est pas le seul ! Lire à ce sujet, sur l’état de la presse, l’étude publiée sur CINQsurCINQ.net : Les journaux sont foutus, vive les journalistes!] doit faire face à des pertes estimées par un audit récent à 147 millions d’euros. Il a ainsi entamé des discussions avec Lagardère, lequel pourrait investir entre 10 et 20 millions d’euros dans la société Le Monde. «Pour voir», comme on dit au poker.Picsou

Rappel : Tout comme Dassault, Lagardère tire une partie de son chiffre d’affaires de commandes publiques. Il possède en effet des parts importantes dans le consortium européen EADS, spécialisé dans l’aéronautique et l’armement. Le groupe comprend également le deuxième éditeur français, Hachette Livres, et le premier éditeur mondial de presse magazine, Hachette Filipacchi Médias. Il s’est aussi diversifié dans l’audiovisuel, la radio, ou encore le multimédia avec Internet.

Partager

  S’abonner  
M'avertir en cas de

Translate »