Radio France. 380 journalistes sur siège éjectable

Ben ouais, en trois semaines, j’ai trouvé moyen de ne pas parler ici de la grève des soutiers de Radio France ! Quand je me suis décidé, c’était le jour de la reprise ; je voulais signaler l’excellente page dans Libé à base de mini-portraits de certains travailleurs de l’ombre [Paroles de la “Maison d’en bas”, Catherine Mallaval], 21/04/05.] Cette fois, je prends les devants à propos d’une autre catégorie de précaires, les « journalistes clandestins », ainsi qu’ils s’appellent eux-mêmes sur leur site www.radioprecaire.com qui s’ouvrent sur ces mots :


1precaires« Certains journalistes que vous avez pu entendre sur France Info, France Inter, ou France Bleu pendant plus de 5 ans ne sont plus là.

« Plus d’un journaliste sur trois est un précaire à Radio France. Depuis quelques mois, la radio de Service Public se sépare des pigistes et CDD les plus expérimentés. Sans préavis. Arbitrairement.

« La direction a ignoré le dossier de la précarité pendant des années. Aujourd’hui, le SNJ Radio France demande l’embauche massives des journalistes précaires.

« 380 précaires dans les rédactions. C’est plus d’un tiers des journalistes sur un siège éjectable. »

→ L’image : Page d’accueil du site “radioprecaire.com”.

Partager

1
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
Oups_

Petit message répondant au dernier commentaire. Excusez mon propos qui va peut etre vous paraitre radical mais je saute sur ma chaise. Je suis un des adhérents du SNJ et permettez-moi jeune confrère de vous dire que ce syndicat très largement majoritaire au sein des journalistes de Radio France et compte suffisamment d’adhérents pour exister. Par ailleurs, le nombre d’adhérents est en augmentation constante depuis 5 ans. Venez à l’assemblée générale à la mi-janvier : pour vous en rendre compte : rien n’est secret ! Et le Snj RAdio France n’a aucun intéret à gonfler ses troupes et n’encourage pas… Lire la suite

Translate »