Le Sahel frappé par la famine… et l’indifférence post-tsunami

Images2_1

On le redoutait : le tsunami aura fini par frapper l’Afrique – d’une vague d’indifférence. «La famine en Afrique ne fait pas recette.» lancent Alain Le Goff et Madieng Seck dans le dernier bulletin de l’agence Syfia. Le contraste est en effet saisissant entre le ras de marée humanitaire de décembre dernier et ce silence écrasant, cette chape sur le sud-Sahara.

La faim se fait de plus en plus durement sentir dans plusieurs régions du Sahel où les criquets et la sécheresse ont, l’an dernier, décimé récoltes et pâturages. En Mauritanie, au Niger et au Mali, plusieurs millions d’habitants attendent une aide alimentaire que les donateurs, moins empressés que pour les victimes du tsunami, tardent à apporter.

1sahel_1« Les crises alimentaires qui, écrivent les journalistes, citant la FAO, frappent actuellement 23 pays d’Afrique ne semblent guère impressionner les donateurs. Début mai à Dakar, le directeur régional adjoint du Pam (Programme alimentaire mondial) pour l’Afrique de l’Ouest, Arnold Vercken, s’inquiétait : “Nous n’avons reçu que 30 % des besoins annoncés, alors que nous sommes en train d’utiliser nos réserves de l’année dernière.” Pourtant, selon Joël Boutroue, directeur adjoint d’Ocha (Bureau de coordination des actions humanitaires de l’Onu) à Genève, la situation dans cette région est particulièrement critique. “2005 est l’année de tous les dangers en Afrique de l’Ouest ! dit-il. Il faut qu’on sonne l’alarme un peu plus fort pour rompre l’hésitation des bailleurs…” 190 millions de dollars US sont attendus pour aider l’Afrique de l’Ouest en 2005. D’urgence ! »

« Si la Mauritanie, qui, avant même l’arrivée des criquets, souffrait depuis plusieurs années de sécheresse, est le pays le plus touché par les pénuries alimentaires, d’autres zones du Sahel sont affectées. Au Mali, ce sont les régions du nord, proches de la Mauritanie, soit plus d’un million de personnes, qui ont été les plus ravagées par les criquets pèlerins. Selon Ocha, on observe aussi de fortes insuffisances de pâturages pour le bétail. Mais c’est au Niger que la malnutrition frappe le plus sévèrement. Près de 2,5 millions de personnes sont touchées dans 3 000 villages et selon l’UNICEF, 750 000 enfants sont en danger. Pourtant, avertit la FAO, les promesses d’aide alimentaire restent très en dessous des besoins de plus en plus urgents. »

Agence Syfia international

Partager

1
<span style=

  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de

Comment s’etonner de ce drame recurant au Niger(toutes les années ne peuvent etre des bonnes années) le Niger est le pays qui a le taux de fecondité le plus elevé de monde .De l’autre coté du Sahara l’Algerie à réussi à passer à un taux de moins de 2 enfants par femme et il n’y a pas de famine en Algerie aujourd’hui. Maintenant chacun sait que là où la scolarité avance le controle de l’avenir et de la fecondation augmente .

Translate »