À bord du porte-conteneurs « Debussy ». Pour l’album-souvenirs

18/11/05, 12h 20. Photo « de famille ». La veille, j’exprime au commandant mon souhait de prendre une photo de tout l’équipage. Il est plus que d’accord. Rendez-vous est donné pour le lendemain midi à la passerelle. Nous sommes au mouillage au large du Havre, « plantés » par la concurrence du « Nyk Canopmus » qui occupe le quai des Amériques… L’impatience est palpable à bord. Surtout pour ceux qui descendent à terre pour deux mois de congés avec les leurs. Pour les autres, c’est une relève d’une moitié d’équipage ; tout un système relationnel à rebâtir…  La photo : éviter l’écueil de la lumière crue, soleil plein pot. De plus, le bateau tourne autour de son ancre… Ce sera à bâbord sur l’aileron de passerelle. On monte des bancs. Didier-le bosco apporte une bouée ; ça sera pour le « zef » Julien, l’élève-officier. Ça sent l’after-shave. On dirait une équipe de foot, non :de rugby – avec son arbitre en noir, son Mr Singer en blazer…  Le 27e vient d’arriver,remonté des soutes. J’appuie sur le retardateur et me glisse dans le tableau. Et voilà !
18/11/05, 12h 20. Photo « de famille », au mouillage au large du Havre. L’équipage au grand complet du “Debussy”, porte-conteneurs de la CMA-CGM.

18/11/05, 12h 20. Photo « de famille ». La veille, j’exprime au commandant mon souhait de prendre une photo de tout l’équipage. Il est plus que d’accord. Rendez-vous est donné pour le lendemain midi à la passerelle. Nous sommes au mouillage au large du Havre, « plantés » par la concurrence du « Nyk Canopus » qui occupe le quai des Amériques… L’impatience est palpable à bord. Surtout pour ceux qui descendent à terre pour deux mois de congés avec les leurs. Pour les autres, c’est une relève d’une moitié d’équipage ; tout un système relationnel à rebâtir…
La photo : éviter l’écueil de la lumière crue, soleil plein pot. De plus, le bateau tourne autour de son ancre… Ce sera à bâbord sur l’aileron de passerelle. On monte des bancs. Didier-le bosco apporte une bouée ; ça sera pour le « zef » Julien, l’élève-officier. Ça sent l’after-shave. On dirait une équipe de foot, non :de rugby – avec son arbitre en noir, son Mr Singer en blazer…  Le 27e vient d’arriver,remonté des soutes. J’appuie sur le retardateur et me glisse dans le tableau. Et voilà !

Les amateurs du feuilleton “Debussy” sont invités à monter à bord, par l’échelle de coupée…

Partager

<span style=

  S’abonner  
M'avertir en cas de
Translate »