Cannes, festival du Surfait, palme d’or du Divertissement spectaculaire

Photogcannes06

Cannes ou la fascination par le spectacle, l’exhibition des egos surpondérés, le voyeurisme soumis au  règne du surfait, le culte mystificateur porté à la Vedette totémisée, la pornographie du luxe clinquant, le bras d’honneur injuriant la misère du monde, la Connivence des pouvoirs poussée à son paroxysme. Et quoi encore ?

Faut-il s’étonner de ces centaines – milliers sans doute – de serveurs médiatiques, aplatis, accourus ventres à terre, ventres mous, affamés et assoiffés, à la grande messe païenne de la consommation cultureuse ?

Que dire de cette chroniqueuse de France Inter, retombant en pâmoison adolescente, n’en pouvant plus de superlatifs haut perchés pour lancer, au risque de l’évanouissement, sa litanie d’alléluias ?

Que dire de ce journaliste vedette de la radio publique (France Inter toujours) choisissant les paillettes cannoises pour faire sa rentrée spectaculaire et rédemptrice au sortir de convalescence ?

Que dire de cette place inconsidérée consacrée dans les médias, adolescents-convalescents, à ce non-événement – si on retire les mondanités pipoles et les enjeux d’affaires ?

Que dire encore ?, sinon tirer le rideau et la fermer, moi aussi !

Partager

1
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de

Et puis ce matin, je me suis dit : tu serais pas en train de virer vieux schnock, refusant la part du rêve nécessaire à l’animal humain, si humble finalement, ne demandant que son bout de pain et sa part de jeu… Le ciné comme boîte à rêves, cette lanterne magique… Oui mais Platon et sa caverne-ciné, la quête du mieux-être, au delà de l’illusion et du paraître? Au fond, ce qui me dérange dans la mise en spectacle de la société c’est sa résultante : la société du spectacle. Et, comme Guy Debord, j’en viendrais à souhaiter la mort… Lire la suite

Translate »