Un mal rampant frappe l’Afrique : la pandémie colloquienne

Ouagadougou. Qui dira un jour le nombre de séminaires, congrès et autres colloques que l’Afrique, en sa cinquantaine d’États, aura pu inscrire dans la lutte sans fin contre la pauvreté? C’en est une industrie, une des rares florissantes sur le continent noir. En vivent, et souvent fort bien, toute une flopée d’organisateurs, organismes, organisations… S’en nourrissent, plus chichement, un cortège de « séminaristes », souvent les mêmes, collectionnant stylos, bloc-notes et porte-documents à l’effigie de telle ou telle ONG.

En vivent aussi les peintres sur calicot à qui l’on confie le soin de claironner aux populations miséreuses la fin lointaine de leurs tracas.

Corollaire immuable : les tartines d’étouffe-lecteurs étalées à pleines pages dans les gazettes bourratives, les pompeux discours retransmis en long et en large sur les ondes radio et télé. Les soldats-journalistes du développement – désormais durable –  ont répondu à l’ordre de mobilisation. Car les ONG n’auront pas manqué de payer lesdits « journallistes » alors conviés, sinon convoqués, à ces agapes de pensée molle, à ces messes auto-congratulantes.

« Sidwaya » (la vérité), quotidien d’État de Ouagadougou (Burkina Faso), en sa livraison du mardi 5 septembre livre son échantillon du jour. Un pur spécimen intitulé « Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté. Rendre opérationnel le dispositif de suivi-évaluation ». Beau comme l’antique avec son chapeau de temple corinthien gravant dans le marbre une « étude sur l’opérationnalisation dudit dispositif ».

Il est tout de même rassurant d’apprendre que « les différents acteurs sont repartis nantis de capacité à même d’élaborer et de produire des rapports de suivi-évaluation répondant aux exigences des stratégies de lutte contre la pauvreté et aux attentes des bailleurs de fonds. » Et que les sceptiques s’écrasent – sous le poids de « trois rapports consignant les résultats de ladite étude ».

Avec deux photos à l’avenant, ça vous cale une page d’intérêt plus que nul, qui finira dans le press-book glorifiant l’ONG éradiqueuse de pauvreté et le ministère attenant. Jusqu’à la revoyure prochaine. Cernée par une telle pandémie colloquienne, c’est sûr, la misère n’a qu’à bien se tenir.

Partager

1
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
Lo

Bonjour ! Je suis allée en Afrique pendant quelque temps et en ce moment j’ai un dossier à faire sur le problèmes des ONG au Burkina Faso plus particulièrement ! Pourriez vous m’indiquer des articles ou autres documents pouvant m’aider à fonder ma critique des ONG parceque ne généralisons pas d’accord, mais on se fou de nous, il faut le dire !

Translate »