Ce titre-blague, pas ter­ri­ble, soit, mais ter­ri­ble quand même… Petit retour en arrière, same­di 15 décem­bre au Moulin à Jazz de Vit­rolles. Soirée « filles » à peu de choses près, si on ose dire (deux musi­ciens mâles sur neuf). D’autant que l’homme est une musi­ci­enne comme les autres. On n’imagine même pas à quel point le mas­culin domine. Enfin, dom­i­nait. Car, sauf pour la gram­maire et le genre qui l’emporte…


Voilà bien pourquoi la blague s’avère ter­ri­ble : on n’assiste pas de nos jours à un quel­conque équili­brage des gen­res, mais à un total ren­verse­ment des dom­i­nantes. Et Les voici, Elles, tri­om­phantes ou qua­si­ment – excep­tion faite des salaires, des postes-clé, donc de l’éco-social et de la poli­tique. Pas rien, direz-vous, et il est vrai.

»> Lire tout l’article, voir des pho­tos…

Share Button