Bouffeur de curés et bouffeurs de chapeaux

Voilà que Mélenchon, sénateur socialiste de l’Essone et naguère curé trotskiste, chapelle de saint-Lambert (OCI), vole au secours de la Chine communiste néo-impérialiste ! On aura donc tout vu et entendu surtout, comme sa sortie du jour dans laquelle il oppose le Tibet et la Chine comme le vice et la vertu : « Même si le Dalaï Lama, a-t-il péroré, est un curé très sympathique, il ne faut pas perdre de vue que le système dont il est la tête est un système théocratique dans lequel les gens paient des impôts aux monastères, où des enfants ne vont jamais à l’école. » Comme si cette réalité justifiait une annexion colonialiste et, pendant qu’on y est, une libération salutaire. Car les actuels opposants aux JO de Pékin seraient des attardés dont l’analyse politique se limiterait, a même ajouté le sénateur, à la lecture de « Tintin au Tibet »…

La famille déjà très élargie des bouffeurs, non pas de curés mais cette fois de chapeaux, a été  brillamment rejointe aujourd’hui [9/4/08] par Nathalie Kosciusko-Morizet. La secrétaire d’Etat chargée de l’écologie s’en était prise en termes très vifs dans Le Monde au président du groupe UMP à l’Assemblée, Jean-François Copé, ainsi qu’à son ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo.

« J’en ai marre d’être confrontée à une armée de lâches », avait-elle tonitrué en réaction à la polémique sur la façon dont elle était intervenue dans le débat au Palais-Bourbon sur les OGM.

Mais elle devait bien vite manger son galurin de fière à bras. D’abord sur France inter le midi, mettant en cause l’interprétation du Monde. Deux journalistes avaient été dépêchés pour une interview express, l’un pour Kosciusko, l’autre pour Morizet, au cas où… C’est de bonne guerre de charger « les médias » en cas de nécessaire repli. Ça fait moins piteux de s’en prendre aux durs de la feuille et du chou qui ont mal compris la finesse de la dialectique écologico-ministérielle.

« Il y a un concours de lâcheté et d’inélégance entre Jean-François Copé, qui essaie de détourner l’attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe, et Jean-Louis Borloo, qui se contente d’assurer le minimum », avait pourtant déclaré au Monde la secrétaire à l’écologie.

Le tout avant de se faire « vertement » rappeler au bon ordre-UMP par ces messieurs Coppé, Fillon et son chef Borloo.

Un pas en avant, deux en arrière : c’est le pas de deux des bouffeurs de chapeaux qui se succèdent ainsi au bal sarkozien tenant lieu de cohérence politique. Bernard Kouchner et Khadafi (entre autres…), Jean-Marie Bockel et la Françafrique (rétrogradé aux anciens combattants), Fadela Amara et son « dégueulasse » (sans lendemains). La reine de la bourde politique demeure Rama Yade avec ses squatteurs d’Aubervilliers, son Khadafi-paillasson, l’Arche de Zoé – et on en passe. Le suivant est dans les starting-blocks : c’est Martin Hirsch avec son « Revenu de solidarité active » qu’il est en train de se faire tailler en pointe.

Partager

<span style=

  S’abonner  
M'avertir en cas de
Translate »