« Chronologie de l’Afrique » : un accordéon pour ne plus jouer faux sur l’air du Continent Noir

Voilà qui devrait intéresser au moins un conseiller et un président : un ouvrage à la fois fondamental et des plus engageants d’accès. Il s’agit de « Chronologie de l’Afrique », qui vient de paraître sous la plume de Bernard Nantet. Un formidable bouquin qui, quant à la forme, tient autant de la tapisserie de Bayeux que de la Toile internet – sans certains de leurs inconvénients ! Cet ouvrage, en effet, nous amène à parcourir en un étonnant panoramique l’épopée historique du continent africain, quasiment depuis l’origine de la Terre et en tout cas depuis celle des hominidés, jusqu’à nos jours. Et, quand on n’ignore pas les découvertes de nos si lointains ancêtres Lucy et Toumaï (- 3,5 et 7 millions d’années), on réalise que cette chronologie recouvre aussi celle de l’humanité.

Le livre fait partie d’une collection d’une cinquantaine de titres réalisés selon ce même principe d’un déroulé chronologique se dépliant comme un accordéon. La maquette, à la fois simple dans sa logique et complexe dans la richesse de ses entrées – textuelles, photographiques, cartographiques –, permet une navigation facile et ludique. On peut ainsi virevolter dans le temps et dans l’espace du continent africain, tout au long d’une cinquantaine de pages grand format et sur une impressionnante longueur – environ quinze mètres ! C’est dire l’ampleur de la tâche pour laquelle Bernard Nantet – son auteur et néanmoins ami – a dû consacrer pas moins de quatre années. Devraient en profiter, outre les sus-cités de l’Élysée, ceux que l’obscurité et l’obscurantisme séparent du continent que l’on dit Noir, précisément – au premier rang desquels les enseignants et aussi les journalistes.

Retour en passant sur le trop fameux discours de Dakar par lequel un je sais-tout en mission commandée, répétant dans une feinte conviction la dictée d’un péremptoire conseiller, avait décrété que « l’homme africain [n’est] pas assez entré dans l’Histoire »… On sait le tollé provoqué. Une telle généralisation – qu’est-ce donc que « l’homme africain » ? Et de quelle « Histoire » s’agit-il ? – se trouve ici magistralement renvoyée dans ses cordes, noueuses, tendues par la prétention moralisatrice et l’ignorance. A l’opposé, Bernard Nantet allie l’érudition de l’africaniste chevronné à la clarté alerte du journaliste, photographe et archéologue nourris du terrain – la terre africaine, parcourue depuis un quasi demi-siècle – et aussi à la sévère exigence de ce « donner à comprendre » qui, justement, empêche tout jugement moraliste et péremptoire.

Chronologie de l’Afrique, de Bernard Nantet, éditions TSH. 31 euros. En librairies et par internet : www.chrono-tsh.com

Partager

  S’abonner  
M'avertir en cas de

Translate »