Retraites et politique. Pour ne pas refaire « du même » : mandat révocable pour les élus et négociation immédiate avec l’opposition de gauche

Deux mesures me sont apparues dans leur urgence avec ce conflit autour des retraites, notamment à propos des rapports entre la rue, les syndicalistes, les politiciens. A moins qu’on ne veuille refaire « du même », avec les mêmes lamentations et processions.

Primo. En venir à cette vieille idée anarchiste et profondément démocratique : tout représentant élu du peuple, syndicaliste, député, sénateur, président et tutti frutti est mandaté par le même peuple pour faire appliquer le programme sur lequel il a été élu. S’il ne respecte pas ses engagements, il est révoqué et une autre élection doit être organisée. C’est le mandat révocable. Plus de rente à vie, de planque, de pantouflage ! Qu’est-ce qui s’y oppose ? Rien dans les principes. Tout dans la pratique. On dira que c’est précisément là que ça se noue, puisqu’on ne voit pas un politicien faire campagne pour scier la branche qui le soutient…  On ne voit pas un « président du pouvoir d’achat » se soumettre à la vox populi – c’est le contraire qui se passe ! D’où la récurrente et toujours pertinente question : qu’est-ce que la démocratie ? Un grand chantier vieux comme la chose. Toujours à protéger, toujours à bâtir.

Combien encore de processions, de frustrations ?

Deuxio. Passons sur la première idée (un siècle ou deux n’y suffiront pas) et embrayons tout de suite – puisque les choses vont rentrer « dans l’ordre » avec un profond goût d’amertume et un désir de revanche. Puisque le PS dit vouloir revenir sur cette réforme votée au forceps – et sous couvert d’une démocratie formelle : un putsch démocratique, quel oxymore ! –, eh bien, que les syndicats entrent tout de suite en négociation avec le PS et même avec toute la gauche : un vrai Grenelles, quoi ! et pas de ces shows montés par la droite usurpatrice de l’Histoire.

Donc, ne pas attendre 2012 et l’hypothétique victoire électorale de la gauche aux présidentielles, mais œuvrer dès maintenant au re-montage de cette réforme des retraites : voir notamment en quoi elle est présentée comme inéluctable, c’est-à-dire quid de la question démographique ?, quid du financement et par qui, selon quels critères ? quid des choix politiques et sociaux qui déterminent les choix prioritaires d’une société ?

Bref, pourquoi et comment donner la priorité dans les questions d’éducation, de santé, de bien-être en général, et donc aussi de justice dans la répartition des richesses collectives ! Et tant qu’à dépenser le bien collectif, autant que ce soit dans le bien-être de tous, plutôt qu’à payer des policiers, militaires, et gardiens de prison – dont on ne discute pas leurs budgets pharamineux !

Et, dites-moi, qu’en pensez-vous ? Me laissez pas seul comme si je délirais…

Partager

19
  S’abonner  
plus récent plus ancien
M'avertir en cas de
faber

Bravo Ponthieu. L’idée de négociations dès maintenant entre syndicats et partis de gauche sur le sujet des retraites, voilà une idée lumineuse qui permettrait de “sortir par le haut” comme ils disent. Purée, quel pied de nez aux barbouzes, quelle leçon de démocratie, hein ? Ah si seulement ! T’imagines les encravatés dans leur château, seuls dans leur dorure et à côté, les humbles, les acteurs (pas les comédiens) en train de bâtir un autre modèle, une autre société, faire de la politique, quoi. Mais, mais, mais … À l’égal des assis de l’UMP, le camp d’en face est vautré… Lire la suite

Dominique Dréan

C’est une évidence: Les syndicats veulent une négociation. Les partis d’opposition la promettent. Il n’y a donc aucune raison de différer.
Parole, je suis prêt à faire le ménage de la salle où ça se passera, à leur servir le café, à leur cirer les pompes…et c’est tout, non mais, vous me prenez pour qui?
Pas l’ombre d’un espoir que ça se réalise mais tu as to-ta-le-ment raison.
Quelle leçon: se mettre au travail pour demain comme si ces charlots étaient déjà partis. Un coup à leur filer une bonne déprime.
C’est un truc imparable, le panache!

Ils ont tout dit… Donc je me contente d’opiner…

Pierre VILLION

“You may say that I’m a dreamer. But I’m not the only one” (John Lennon, Imagine). Tu n’es certes pas le seul à rêver. Je considère pour ma part la politique comme relevant elle-même du rêve et de l’illusion, même si son registre diffère du tien. Du reste, qui, sur la “scène” politique, propose de mettre en place le chantier que tu décris ? Dans cette histoire, tout le monde rêve parce que personne n’a de prise sur le réel. Quel est alors ce réel insaisissable ? Non pas le fait que la loi du profit l’emporte sur tout le… Lire la suite

Denis Guenneau

Non Gérard, tu n’es pas seul ………….

La démocratie se résume t-elle au pouvoir absolu donné à un président élu qui a tout l’art du bonimenteur pour recueillir le maximum de suffrages sur un maximum de promesses?
La démocratie est déjà vieille de plus de 25 siècles (http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie_ath%C3%A9nienne). Il faut à mon sens la faire évoluer, car la dérive actuelle ne peut que s’amplifier du fait de la réforme de la constitution.

Alors, ton appel pour un “Grenelle” de la retraite, sur de nouvelles bases de démocratie, j’y adhère.

Dok

Il serait grand temps, pour le gouvernement actuel..de battre en “retraite”..

Pierre VILLION

Le profit mène le monde certes. Un exemple : les socialistes, qui se vantent pourtant de ne pas rouler pour le profit, “profitent” du mouvement social, de sa popularité et de l’impopularité croissante du nain, en annonçant que s’ils reprennent les manettes en 2012, ils rétabliront le retour à la quille à 60 ans. La belle affaire, le bel effet d’annonce ! Tout çà en effet pour préciser par ailleurs qu’ils allongeraient la durée de cotisation. Cherchez la cohérence. Qu’en conclure ? Que depuis des lustres, la droite se prononce pour une politique de droite et l’applique tandis que la… Lire la suite

Ben oui, mon Gégé. Je crains bien que tu ne sois en train de rêver tout debout !

nicolas carrias

Salut gé! Cela fait un bout que je lis “c’est pour dire” en silence, mais aujourd’hui j’ai envie moi aussi de crier un coup … parce que je ne sais pas si tu rêves debout, mais pour moi ce n’est pas exactement le bon qualificatif: Le point de départ de ma colère c’est le “mouvement” des lycéens: comment la jeunesse de ce pays se mobilise pour les retraites …. quel beau projet pour la jeunesse … j’espère que c’est un cauchemard! Qu’on aime pas sarko et tout ce qu’il représente, je partage, qu’on ne croie plus au PS pour faire… Lire la suite

Jean Louis

Moi, un programme commun, au moins sur la question de la retraite, je veux bien. Mais avec qui discuter ? Aubry, Strauss-​Kahn, Valls, Hamont, Fabius, Royal, Hollande (et les autres), rien que pour le PS ?

Dominique Dréan

Hier après-midi, j’écoutais dans les embouteillages Bruno Julliard, secrétaire national du PS à l’éducation, évoquer sur France Info le projet de son parti. Le principe, si je l’ai bien compris, c’est: On a négocié jadis avec tous les syndicats enseignants. En voulant les satisfaire tous, il n’en est ressorti qu’un “filet d’eau tiède” et, au final, ils n’ont pas voté majoritairement pour nous…Cette fois, nous présenterons un projet “audacieux” sans nous soucier de savoir s’il nous attirera leurs suffrages… Cela m’a évidemment fait penser à ton idée sur les retraites pour me dire que,d’abord, ils sont très loin de la… Lire la suite

Translate »